Trois questions à Wolfgang Schneiderhan

2 décembre 2019

Wolfgang Schneiderhan est président du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V. depuis 2017. Né en 1946 à Riedlingen/Donau, il intègre en 1966 une école d’officier. Il consacre toute sa carrière à la Bundeswehr en débutant en tant que jeune officier de troupe blindée. Deux ans plus tard, il est promu sous-lieutenant puis lieutenant en 1971.

De 1977 à 1979, Wolfgang Schneiderhan suit une formation d’état-major de l’armée à l’Académie de la Bundeswehr (FüAkBw). Il est ensuite promu major en 1979 et intègre les Forces de l’OTAN aux Pays-Bas.

En 1982, il est promu lieutenant-colonel. En 1983, Wolfgang Schneiderhan assume le poste d’officier d’état-major des opérations (G3) au siège de l’OTAN aux Pays-Bas. En 1986,  il prend le commandement du bataillon de chars 553 à Stetten am kalten Markt. De 1988 à 1994, il est successivement Chef de cabinet d’une division, chef d’unité à l’OTAN à Bruxelles, chef de département à la Führungsakademie de la Bundeswehr

En 1994, Wolfgang Schneiderhan prend le commandement de troupes de la brigade blindée 39 à Erfurt. De 1997 à 1999, il occupe le poste de chef du département du personnel de la Bundeswehr du ministère fédéral de la Défense à Bonn et à Berlin. En 1999, Wolfgang Schneiderhan est nommé major général et occupe de 1999 à 2000 les fonctions de chef du département de la politique militaire et de direction (FüS III).

En 2000 il est nommé lieutenant général  et chef de la planification des politiques du ministre fédéral de la Défense.

En 2002, Wolfgang Schneiderhan est finalement nommé chef d’État-Major de la Bundeswehr  Son mandat est prolongé deux fois au-delà de l’âge habituel de la retraite. Il prend sa retraite en 2010

En 2014, il est vice-président du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge. En 2016, Wolfgang Schneiderhan prend la présidence provisoire du Conseil et le 28 avril 2017 et est élu président.

1. Le VDK a fêté son 100e anniversaire. Pouvez-vous nous raconter comment cette grande association a été créée ?

Cette année, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge fête ses 100 ans. L’histoire du Volksbund est étroitement liée à l’histoire allemande et à l’histoire européenne. Le Volksbund est né d’une initiative citoyenne qui a été soutenue par une grande partie de la population allemande. Sa mission principale consistait à rechercher, à identifier et à apporter une sépulture digne aux soldats allemands tombés à l’étranger lors de la Première Guerre mondiale. Au fil des décennies, le VDK est devenu une organisation humanitaire internationale qui œuvre pour la compréhension entre les peuples et pour la paix. Le Volksbund tire de son travail le leitmotiv « Ensemble pour la paix ». Les nécropoles sont des lieux  de recueillement et de deuil pour les proches, mais le VDK souhaite également développer les cimetières militaires en tant que lieux de réflexion et d’apprentissage. En 100 ans, le travail du VDK couvre un large spectre : la culture du souvenir, l’entretien des sépultures, l’assistance aux familles, l’éducation historico-politique, mais aussi les rencontres et les coopérations internationales.

Le VDK célèbre son 100e anniversaire sous l’adage « La paix demande du courage ». Le VDK a présenté son travail à Kassel, siège de l’association, lors d’une semaine de rencontre sur le thème « La paix demande du courage ». Un programme varié a été proposé : inauguration d’une exposition « L’Europe, la guerre et moi », tables rondes, lectures avec l’auteur Freya Klier, concerts etc…. Le Président de la République fédérale d’Allemagne, Monsieur Frank-Walter Steinmeier, qui parraine le VDK, a salué notre travail par ces mots : «A une époque où le nationalisme et l’extrémisme peuvent conduire à de nouvelles divisions, le travail pour la paix du Volksbund est inestimable pour l’Allemagne et pour l’Europe ».

2.    Le VDK entretient des tombes dans de nombreux pays du monde. Pouvez-vous nous présenter les principaux dossiers d’actualité pour le VDK ?

En France, le VDK est chargé de l’entretien de 262 cimetières militaires de la Première et de la Seconde Guerre mondiale sur une surface de 305 hectares et emploie 90 jardiniers. De nombreux projets de rénovation vont être mis en œuvre en 2020 : la rénovation de la chapelle de la nécropole d’Orglandes et de celle de Marigny, la rénovation du hall d’accueil de la nécropole de Bourdon, la mise en peinture de l’ensemble des croix et la rénovation de l’ossuaire à St Quentin etc. Le VDK souhaite également développer et renforcer sa collaboration avec les soldats d’active et les réservistes de la Bundeswehr afin de pouvoir mettre en œuvre de nombreux projets de rénovation de cimetières, de monuments et de tombes franco-allemands issus de la guerre franco-prussienne de 1870. Le VDK mise également sur l’écologie en mettant en place des surfaces bio dans les nécropoles et en progressant sur l’objectif 0 phyto.

Dans le domaine de la mémoire, en 2020, nous commémorerons les 75 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Alliés ont libéré l’Europe mais également l’Allemagne du nazisme. Il conviendra de garder en mémoire, les conséquences de la guerre sans oublier la division de l’Europe pendant la guerre froide.

A l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale le VDK  lance un projet novateur nommé « PEACELINE : Vivre l’Europe ». Ce projet sera un moment de rassemblement, de rencontres, de réconciliation et d’éducation.

L’idée : Des jeunes de 18 à 26 ans issus de différents pays voyagent ensemble à travers plusieurs pays d’Europe centrale et occidentale. Ils visiteront des lieux de mémoire et monuments commémoratifs de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, de la division et de l’essor de l’Europe.

Des responsables de groupe ayant une expérience pédagogique les accompagneront à travers ce périple mémoriel.

3.    Le Souvenir Français est comme le VDK une association mémorielle. Un partenariat a été signé et un projet est en cours, le 150e anniversaire de 1870. Pouvez-vous nous présenter les pistes de réflexion du VDK sur ce 150e anniversaire ?

 Le VDK et le Souvenir Français portent des valeurs similaires et communes, et se doivent d’être un relais pour la transmission de la mémoire et pour la paix.

De nombreux projets communs l’ont démontré : la marche franco-allemande pour la paix organisée par le VDK en partenariat avec Le Souvenir Français sur les hauteurs de Spicheren, les dépôts de gerbes SF/VDK lors des commémorations du 8 mai et du 11 novembre, le soutien du VDK au Souvenir Français pour le projet de recensement des tombes françaises en Allemagne …

Le 150eme anniversaire de 1870 devrait être l’occasion de conforter l’amitié franco-allemande mais aussi de mettre en lumière ces nécropoles où les ennemis d’autrefois reposent auprès de ceux qu’ils ont combattus. Les nécropoles permettent de nous souvenir mais elles doivent aussi être un vecteur pour promouvoir la paix, être un support pédagogique pour notre devoir de transmission de la mémoire envers les jeunes.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

Wolfgang Schneiderhan est président du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e.V. depuis 2017. Né en 1946 à Riedlingen/Donau, il intègre en 1966 une école d’officier. Il consacre toute sa carrière à la Bundeswehr en débutant en tant que jeune officier de troupe blindée. Deux ans plus tard, il est promu sous-lieutenant puis lieutenant en 1971.

De 1977 à 1979, Wolfgang Schneiderhan suit une formation d’état-major de l’armée à l’Académie de la Bundeswehr (FüAkBw). Il est ensuite promu major en 1979 et intègre les Forces de l’OTAN aux Pays-Bas.

En 1982, il est promu lieutenant-colonel. En 1983, Wolfgang Schneiderhan assume le poste d’officier d’état-major des opérations (G3) au siège de l’OTAN aux Pays-Bas. En 1986,  il prend le commandement du bataillon de chars 553 à Stetten am kalten Markt. De 1988 à 1994, il est successivement Chef de cabinet d’une division, chef d’unité à l’OTAN à Bruxelles, chef de département à la Führungsakademie de la Bundeswehr

En 1994, Wolfgang Schneiderhan prend le commandement de troupes de la brigade blindée 39 à Erfurt. De 1997 à 1999, il occupe le poste de chef du département du personnel de la Bundeswehr du ministère fédéral de la Défense à Bonn et à Berlin. En 1999, Wolfgang Schneiderhan est nommé major général et occupe de 1999 à 2000 les fonctions de chef du département de la politique militaire et de direction (FüS III).

En 2000 il est nommé lieutenant général  et chef de la planification des politiques du ministre fédéral de la Défense.

En 2002, Wolfgang Schneiderhan est finalement nommé chef d’État-Major de la Bundeswehr  Son mandat est prolongé deux fois au-delà de l’âge habituel de la retraite. Il prend sa retraite en 2010

En 2014, il est vice-président du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge. En 2016, Wolfgang Schneiderhan prend la présidence provisoire du Conseil et le 28 avril 2017 et est élu président.

1. Le VDK a fêté son 100e anniversaire. Pouvez-vous nous raconter comment cette grande association a été créée ?

Cette année, le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge fête ses 100 ans. L’histoire du Volksbund est étroitement liée à l’histoire allemande et à l’histoire européenne. Le Volksbund est né d’une initiative citoyenne qui a été soutenue par une grande partie de la population allemande. Sa mission principale consistait à rechercher, à identifier et à apporter une sépulture digne aux soldats allemands tombés à l’étranger lors de la Première Guerre mondiale. Au fil des décennies, le VDK est devenu une organisation humanitaire internationale qui œuvre pour la compréhension entre les peuples et pour la paix. Le Volksbund tire de son travail le leitmotiv « Ensemble pour la paix ». Les nécropoles sont des lieux  de recueillement et de deuil pour les proches, mais le VDK souhaite également développer les cimetières militaires en tant que lieux de réflexion et d’apprentissage. En 100 ans, le travail du VDK couvre un large spectre : la culture du souvenir, l’entretien des sépultures, l’assistance aux familles, l’éducation historico-politique, mais aussi les rencontres et les coopérations internationales.

Le VDK célèbre son 100e anniversaire sous l’adage « La paix demande du courage ». Le VDK a présenté son travail à Kassel, siège de l’association, lors d’une semaine de rencontre sur le thème « La paix demande du courage ». Un programme varié a été proposé : inauguration d’une exposition « L’Europe, la guerre et moi », tables rondes, lectures avec l’auteur Freya Klier, concerts etc…. Le Président de la République fédérale d’Allemagne, Monsieur Frank-Walter Steinmeier, qui parraine le VDK, a salué notre travail par ces mots : «A une époque où le nationalisme et l’extrémisme peuvent conduire à de nouvelles divisions, le travail pour la paix du Volksbund est inestimable pour l’Allemagne et pour l’Europe ».

2.    Le VDK entretient des tombes dans de nombreux pays du monde. Pouvez-vous nous présenter les principaux dossiers d’actualité pour le VDK ?

En France, le VDK est chargé de l’entretien de 262 cimetières militaires de la Première et de la Seconde Guerre mondiale sur une surface de 305 hectares et emploie 90 jardiniers. De nombreux projets de rénovation vont être mis en œuvre en 2020 : la rénovation de la chapelle de la nécropole d’Orglandes et de celle de Marigny, la rénovation du hall d’accueil de la nécropole de Bourdon, la mise en peinture de l’ensemble des croix et la rénovation de l’ossuaire à St Quentin etc. Le VDK souhaite également développer et renforcer sa collaboration avec les soldats d’active et les réservistes de la Bundeswehr afin de pouvoir mettre en œuvre de nombreux projets de rénovation de cimetières, de monuments et de tombes franco-allemands issus de la guerre franco-prussienne de 1870. Le VDK mise également sur l’écologie en mettant en place des surfaces bio dans les nécropoles et en progressant sur l’objectif 0 phyto.

Dans le domaine de la mémoire, en 2020, nous commémorerons les 75 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les Alliés ont libéré l’Europe mais également l’Allemagne du nazisme. Il conviendra de garder en mémoire, les conséquences de la guerre sans oublier la division de l’Europe pendant la guerre froide.

A l’occasion du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale le VDK  lance un projet novateur nommé « PEACELINE : Vivre l’Europe ». Ce projet sera un moment de rassemblement, de rencontres, de réconciliation et d’éducation.

L’idée : Des jeunes de 18 à 26 ans issus de différents pays voyagent ensemble à travers plusieurs pays d’Europe centrale et occidentale. Ils visiteront des lieux de mémoire et monuments commémoratifs de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, de la division et de l’essor de l’Europe.

Des responsables de groupe ayant une expérience pédagogique les accompagneront à travers ce périple mémoriel.

3.    Le Souvenir Français est comme le VDK une association mémorielle. Un partenariat a été signé et un projet est en cours, le 150e anniversaire de 1870. Pouvez-vous nous présenter les pistes de réflexion du VDK sur ce 150e anniversaire ?

 Le VDK et le Souvenir Français portent des valeurs similaires et communes, et se doivent d’être un relais pour la transmission de la mémoire et pour la paix.

De nombreux projets communs l’ont démontré : la marche franco-allemande pour la paix organisée par le VDK en partenariat avec Le Souvenir Français sur les hauteurs de Spicheren, les dépôts de gerbes SF/VDK lors des commémorations du 8 mai et du 11 novembre, le soutien du VDK au Souvenir Français pour le projet de recensement des tombes françaises en Allemagne …

Le 150eme anniversaire de 1870 devrait être l’occasion de conforter l’amitié franco-allemande mais aussi de mettre en lumière ces nécropoles où les ennemis d’autrefois reposent auprès de ceux qu’ils ont combattus. Les nécropoles permettent de nous souvenir mais elles doivent aussi être un vecteur pour promouvoir la paix, être un support pédagogique pour notre devoir de transmission de la mémoire envers les jeunes.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >