Trois questions à Sabrina Verrier

3 novembre 2021

Veuve de guerre à 25 ans, Sabrina Verrier fonde en 2019 l’Association Nationale des Veuves et des Orphelins de Guerre. Elle est actuellement adjointe du chef de la cellule d’information et d’accompagnement aux Familles de la caserne Drouot à Nancy. Elle est également déléguée de la région Nord-Est de la ligue universelle du bien public.

1 – Votre mari est « Mort pour la France ». Pouvez-vous nous décrire sa carrière et son décès ?

Mon mari, le Caporal-chef de 1ère classe Nicolas Verrier est décédé à l’âge de 31 ans en 2009. Nicolas s’est engagé à 17 ans et demi volontairement pour défendre son pays car c’était pour lui une noble cause, et les valeurs de la citoyenneté l’animaient depuis le plus jeune âge. Pour lui, s’engager signifiait aussi « choisir », prendre sa vie en main. Après de nombreuses Opérations Extérieures (OPEX) qu’il enchaine tous les ans (Kosovo, ex-Yougoslavie, Côte d’Ivoire etc.), il décède de ses blessures lors de sa dernière mission au Liban en 2009. Il laisse alors derrière lui trois jeunes enfants âgés de 2, 3 et 6 ans. Après la mort de mon mari, j’ai mené un combat de près de 12 ans pour qu’il soit reconnu officiellement comme « Mort pour la France » et inhumé en nécropole militaire, ce qui a pu être réalisé il y a un an, le 1er novembre 2020 à la nécropole militaire d’Epinal.

2 – Vous avez créé l’Association Nationale des Veuves et des Orphelins de Guerre. Quel est l’objectif de cette création ?

En 2019 je crée cette association pour faire valoir le statut des veuves et des orphelins des familles des soldats « Morts pour la France » en OPEX, ainsi que celles souhaitant recevoir la médaille de la Famille. L’idée est de faire également entendre la voix de ces veuves et de ces familles endeuillées. Nous avons organisé une marche de 597 kilomètres d’Epinal à Paris en juillet dernier. Chaque kilomètre représentait 1 soldat « Mort pour la France » en OPEX. Nous avons alors été reçus par plusieurs municipalités pendant ce périple et nous avons réussi à faire vivre le lien armée-nation auprès de tous, ce qui est aussi une des missions de notre association. Lorsque nous sommes arrivés à Paris, nous avons participé au Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe en présence de nombreux sénateurs, députés et militaires, et plusieurs représentants de ministères. Le Souvenir Français était présent pour nous accompagner durant cette marche.

3 – Vous avez rejoint le Souvenir Français. Pourquoi ?

Nous n’avons pas hésité une seconde pour signer une convention de partenariat avec Le Souvenir Français car cela était la suite logique pour lier la belle synergie et la belle amitié entre nos deux associations. Être les sentinelles de la nation de demain et rappeler également que les familles sont la mémoire de nos défunts « Morts pour la France » était une évidence et un devoir de citoyenneté. Cette mission commune de conserver leurs mémoires nous apparait comme une évidence pour toutes les familles endeuillées des Armées.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois questions à Sabrina Verrier

3 novembre 2021

Veuve de guerre à 25 ans, Sabrina Verrier fonde en 2019 l’Association Nationale des Veuves et des Orphelins de Guerre. Elle est actuellement adjointe du chef de la cellule d’information et d’accompagnement aux Familles de la caserne Drouot à Nancy. Elle est également déléguée de la région Nord-Est de la ligue universelle du bien public.

1 – Votre mari est « Mort pour la France ». Pouvez-vous nous décrire sa carrière et son décès ?

Mon mari, le Caporal-chef de 1ère classe Nicolas Verrier est décédé à l’âge de 31 ans en 2009. Nicolas s’est engagé à 17 ans et demi volontairement pour défendre son pays car c’était pour lui une noble cause, et les valeurs de la citoyenneté l’animaient depuis le plus jeune âge. Pour lui, s’engager signifiait aussi « choisir », prendre sa vie en main. Après de nombreuses Opérations Extérieures (OPEX) qu’il enchaine tous les ans (Kosovo, ex-Yougoslavie, Côte d’Ivoire etc.), il décède de ses blessures lors de sa dernière mission au Liban en 2009. Il laisse alors derrière lui trois jeunes enfants âgés de 2, 3 et 6 ans. Après la mort de mon mari, j’ai mené un combat de près de 12 ans pour qu’il soit reconnu officiellement comme « Mort pour la France » et inhumé en nécropole militaire, ce qui a pu être réalisé il y a un an, le 1er novembre 2020 à la nécropole militaire d’Epinal.

2 – Vous avez créé l’Association Nationale des Veuves et des Orphelins de Guerre. Quel est l’objectif de cette création ?

En 2019 je crée cette association pour faire valoir le statut des veuves et des orphelins des familles des soldats « Morts pour la France » en OPEX, ainsi que celles souhaitant recevoir la médaille de la Famille. L’idée est de faire également entendre la voix de ces veuves et de ces familles endeuillées. Nous avons organisé une marche de 597 kilomètres d’Epinal à Paris en juillet dernier. Chaque kilomètre représentait 1 soldat « Mort pour la France » en OPEX. Nous avons alors été reçus par plusieurs municipalités pendant ce périple et nous avons réussi à faire vivre le lien armée-nation auprès de tous, ce qui est aussi une des missions de notre association. Lorsque nous sommes arrivés à Paris, nous avons participé au Ravivage de la Flamme sous l’Arc de Triomphe en présence de nombreux sénateurs, députés et militaires, et plusieurs représentants de ministères. Le Souvenir Français était présent pour nous accompagner durant cette marche.

3 – Vous avez rejoint le Souvenir Français. Pourquoi ?

Nous n’avons pas hésité une seconde pour signer une convention de partenariat avec Le Souvenir Français car cela était la suite logique pour lier la belle synergie et la belle amitié entre nos deux associations. Être les sentinelles de la nation de demain et rappeler également que les familles sont la mémoire de nos défunts « Morts pour la France » était une évidence et un devoir de citoyenneté. Cette mission commune de conserver leurs mémoires nous apparait comme une évidence pour toutes les familles endeuillées des Armées.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >