Trois questions à John Dennison

2 juillet 2018

John Dennison, ancien équipier de Maidstone Rugby (Royaume-Uni) et arbitre de rugby a créé une entreprise mémorielle Francourt Events en 2013.  Francourt Events, basée à Laon, organise des manifestations sportives et éducatives pour commémorer la Grande Guerre.

 

1. Vous avez lancé un projet de création d’un mémorial dédié aux rugbymen tombés au cours de la Grande Guerre. D’où vous est venue cette idée ? Pourriez-vous nous expliquer votre projet ?

En 2013, nous nous sommes réunis avec quelques amis à Laon et nous avons réfléchi à l’idée de commémorer le rugby pendant le centenaire. En même temps, le conseil départemental de l’Aisne s’est chargé de suivre les projets mémoriels du département concernant la Grande Guerre. Dès que nous nous sommes rencontrés, nous avons proposé l’idée du projet de « tranchée des Rugbymen », réunissant les sportifs ayant participé aux batailles du Chemin des Dames et de l’Aisne. Nous avons rapidement constaté que 15 joueurs internationaux de rugby ont péri entre 1914-1918 dans ce département.  Parmi eux, on compte 12 Français, 1 Anglais et 2 Ecossais. Les joueurs britanniques faisaient partie des équipes Blackheath et London Scottish, deux des plus anciens et célèbres clubs du Royaume Uni. Les deux clubs ont beaucoup souffert durant le conflit. Blackheath a perdu 68 joueurs et London Scottish 126.

Nous avons rendu hommage à ces rugbymen au cours du week-end du 12 au 14 septembre 2014 au Chemin des Dames lors d’un festival de rugby à Laon. Les équipes jeunes de Blackheath et London Scottish et quelques équipes de la Fédération Française de Rugby en Flandres ont participé à l’événement, qui a rencontré un large succès.

Nous avons alors décidé de créer un mémorial permanent à la mémoire des rugbymen morts pendant la Première Guerre mondiale. Le monument a été inauguré le 16 septembre 2017 à Croanelle au cœur des champs de bataille du Chemin des Dames par Jean-Pierre Rives, le légendaire capitaine de l’équipe de France de rugby.

L’inauguration était un moment fort et international. Nous avons invité plusieurs équipes jeunes de l’Angleterre et du Pays de Galle et l’Armée britannique, le 12e Régiment (Royal Artillery) ainsi qu’une équipe caritative « Rugby for Heroes » y ont participé. La France a été représentée par la Gendarmerie Nationale, des équipes jeunes de Flandres, des clubs locaux et le XV du Pacifique (une sélection nationale militaire française composée de joueurs originaires des îles du Pacifique [Polynésie, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna] engagés au sein des forces armées et en service dans les unités métropolitaines). Nous avons organisé un événement inoubliable pour tous les participants.

En parallèle à ces événements mémoriels et sportifs, je poursuis des recherches afin de recenser les noms de tous les rugbymen morts au combat ou portés disparus lors de la Grande Guerre. Une base de données sera disponible le 11 novembre 2018 lors des commémorations de l’Armistice au Rugby Club de Compiègne.

 

2. Comment expliquez-vous l’engagement des joueurs de rugby lors de la Première Guerre mondiale ? Pourquoi tant de sportifs se sont-ils engagés ?

Quand la guerre a éclaté, la hiérarchie sociale était très différente de celle d’aujourd’hui. Beaucoup de rugbymen venaient des milieux aisés. Ils étaient éduqués parfois dans des établissements privés et prolongeaient leurs études au niveau universitaire. Pour le grand public, les joueurs internationaux étaient des héros. Une majorité était des officiers.

Pendant la guerre, 140 internationaux, originaires de différentes nations, ont été tués et des centaines furent blessés. Il y a tant d’histoires prouvant leur héroïsme. Ils menaient très souvent des charges hors des tranchées et servaient d’exemple moral pour les hommes à leurs côtés.

Personne n’a recensé les noms de tous les joueurs de rugby ayant combattu lors de la Grande Guerre et, malheureusement, beaucoup d’archives ont disparu. Nous arrivons cependant à rassembler de nombreuses informations. Nous lançons encore des appels afin d’en savoir plus, en particulier sur les joueurs français.

 

3. Comment le sport peut-il être un vecteur de mémoire ?

A l’époque contemporaine, la plupart d’entre nous considèrent des sportifs comme des héros. Ils nous montrent ce dont l’homme est capable. Le talent des sportifs nous inspire. Ces hommes et ces femmes s’inscrivent dans notre mémoire personnelle. Nous nous souvenons des noms des joueurs qui ont marqué tel but décisif ou qui ont gagné telle course.

Les héros nationaux du passé et du présent nous permettent de partager un moment de gloire et d’émotion qui réunit la Nation entière.

Il y a cent ans, beaucoup de ceux qui ont combattu pour leur pays croyaient non seulement en leur Nation, mais aussi aux hommes qui combattaient à leurs côtés. La solidarité était exemplaire.

Des hommes ordinaires, confrontés à des situations extraordinaires, relèvent souvent des défis stupéfiants. Les sportifs qui ont combattu il y a cent ans sont non seulement des héros, mais ils sont aussi des icônes.

Contact : johndennisson@francourt.org

Pour en savoir plus : www.francourt.org

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

John Dennison, ancien équipier de Maidstone Rugby (Royaume-Uni) et arbitre de rugby a créé une entreprise mémorielle Francourt Events en 2013.  Francourt Events, basée à Laon, organise des manifestations sportives et éducatives pour commémorer la Grande Guerre.

 

1. Vous avez lancé un projet de création d’un mémorial dédié aux rugbymen tombés au cours de la Grande Guerre. D’où vous est venue cette idée ? Pourriez-vous nous expliquer votre projet ?

En 2013, nous nous sommes réunis avec quelques amis à Laon et nous avons réfléchi à l’idée de commémorer le rugby pendant le centenaire. En même temps, le conseil départemental de l’Aisne s’est chargé de suivre les projets mémoriels du département concernant la Grande Guerre. Dès que nous nous sommes rencontrés, nous avons proposé l’idée du projet de « tranchée des Rugbymen », réunissant les sportifs ayant participé aux batailles du Chemin des Dames et de l’Aisne. Nous avons rapidement constaté que 15 joueurs internationaux de rugby ont péri entre 1914-1918 dans ce département.  Parmi eux, on compte 12 Français, 1 Anglais et 2 Ecossais. Les joueurs britanniques faisaient partie des équipes Blackheath et London Scottish, deux des plus anciens et célèbres clubs du Royaume Uni. Les deux clubs ont beaucoup souffert durant le conflit. Blackheath a perdu 68 joueurs et London Scottish 126.

Nous avons rendu hommage à ces rugbymen au cours du week-end du 12 au 14 septembre 2014 au Chemin des Dames lors d’un festival de rugby à Laon. Les équipes jeunes de Blackheath et London Scottish et quelques équipes de la Fédération Française de Rugby en Flandres ont participé à l’événement, qui a rencontré un large succès.

Nous avons alors décidé de créer un mémorial permanent à la mémoire des rugbymen morts pendant la Première Guerre mondiale. Le monument a été inauguré le 16 septembre 2017 à Croanelle au cœur des champs de bataille du Chemin des Dames par Jean-Pierre Rives, le légendaire capitaine de l’équipe de France de rugby.

L’inauguration était un moment fort et international. Nous avons invité plusieurs équipes jeunes de l’Angleterre et du Pays de Galle et l’Armée britannique, le 12e Régiment (Royal Artillery) ainsi qu’une équipe caritative « Rugby for Heroes » y ont participé. La France a été représentée par la Gendarmerie Nationale, des équipes jeunes de Flandres, des clubs locaux et le XV du Pacifique (une sélection nationale militaire française composée de joueurs originaires des îles du Pacifique [Polynésie, Nouvelle-Calédonie, Wallis et Futuna] engagés au sein des forces armées et en service dans les unités métropolitaines). Nous avons organisé un événement inoubliable pour tous les participants.

En parallèle à ces événements mémoriels et sportifs, je poursuis des recherches afin de recenser les noms de tous les rugbymen morts au combat ou portés disparus lors de la Grande Guerre. Une base de données sera disponible le 11 novembre 2018 lors des commémorations de l’Armistice au Rugby Club de Compiègne.

 

2. Comment expliquez-vous l’engagement des joueurs de rugby lors de la Première Guerre mondiale ? Pourquoi tant de sportifs se sont-ils engagés ?

Quand la guerre a éclaté, la hiérarchie sociale était très différente de celle d’aujourd’hui. Beaucoup de rugbymen venaient des milieux aisés. Ils étaient éduqués parfois dans des établissements privés et prolongeaient leurs études au niveau universitaire. Pour le grand public, les joueurs internationaux étaient des héros. Une majorité était des officiers.

Pendant la guerre, 140 internationaux, originaires de différentes nations, ont été tués et des centaines furent blessés. Il y a tant d’histoires prouvant leur héroïsme. Ils menaient très souvent des charges hors des tranchées et servaient d’exemple moral pour les hommes à leurs côtés.

Personne n’a recensé les noms de tous les joueurs de rugby ayant combattu lors de la Grande Guerre et, malheureusement, beaucoup d’archives ont disparu. Nous arrivons cependant à rassembler de nombreuses informations. Nous lançons encore des appels afin d’en savoir plus, en particulier sur les joueurs français.

 

3. Comment le sport peut-il être un vecteur de mémoire ?

A l’époque contemporaine, la plupart d’entre nous considèrent des sportifs comme des héros. Ils nous montrent ce dont l’homme est capable. Le talent des sportifs nous inspire. Ces hommes et ces femmes s’inscrivent dans notre mémoire personnelle. Nous nous souvenons des noms des joueurs qui ont marqué tel but décisif ou qui ont gagné telle course.

Les héros nationaux du passé et du présent nous permettent de partager un moment de gloire et d’émotion qui réunit la Nation entière.

Il y a cent ans, beaucoup de ceux qui ont combattu pour leur pays croyaient non seulement en leur Nation, mais aussi aux hommes qui combattaient à leurs côtés. La solidarité était exemplaire.

Des hommes ordinaires, confrontés à des situations extraordinaires, relèvent souvent des défis stupéfiants. Les sportifs qui ont combattu il y a cent ans sont non seulement des héros, mais ils sont aussi des icônes.

Contact : johndennisson@francourt.org

Pour en savoir plus : www.francourt.org

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >