Sous les projecteurs

2 septembre 2021

l’Assemblée Générale annuelle du Souvenir Français

Programme des 25 et 26 septembre 2021 à Nancy

Le samedi 25 septembre à 18h15, Le Souvenir Français organise une cérémonie à la Porte Désilles à Nancy.

L’ARC DE TRIOMPHE DE LA PORTE DESILLES

Porte Désilles

L’histoire d’un monument :

Située à l’extrémité nord du Cours Léopold et de l’esplanade du Souvenir Français, sur la place du Luxembourg, la Porte Désilles se présente sous la forme d’un arc de triomphe haut de 12 mètres, de trois ouvertures, celle du milieu faisant 6 mètres de hauteur et les deux autres 3 mètres.

Construite de 1782 à 1785 sous la direction de l’architecte Didier- Joseph-François Melin selon les souhaits du maréchal de Choiseul-Stainville, Gouverneur général de Lorraine, cette porte fut d’abord appelée Porte Saint Louis, puis Porte Stainville avant de prendre définitivement  le 7 février  1867 le nom d’un jeune lieutenant originaire de Saint-Malo, André-Joseph-Marc Désilles blessé le 31 août 1790 en tentant de s’interposer entre les soldats de la garnison de Nancy qui réclamaient leurs soldes et les troupes du marquis du Bouillé envoyées par Lafayette pour mater cette mutinerie. Il succomba à ses blessures le 17 octobre 1790.

A l’origine, le monument avait pour but de commémorer la mémoire des Nancéiens morts pour l’indépendance de l’Amérique, en particulier durant la bataille de Yorktown en 1781.  Des sculptures et bas-reliefs de Joseph Söntgen évoquent également la bataille de Nancy qui vit le 5 janvier 1477 les troupes du duc de Lorraine René II affronter victorieusement celle du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire.

La Porte Désilles est considérée comme le plus ancien monument aux Morts de France.

La transformation mémorielle du monument :

En 1976, après restauration, la porte devient officiellement le lieu mémoriel de toutes les commémorations patriotiques de la ville de Nancy comme le mentionne la plaque installée sur la dalle  » La ville de Nancy à tous ses enfants morts pour la France au cours de son histoire « .  Elle comporte aussi des citations aux veuves et orphelins des guerres, aux militaires et civils morts pour la France en Indochine, en Corée, en Algérie, Tunisie et Maroc ainsi qu’aux Harkis.

Maryse Humbert, DGA 54

Le dimanche 26 septembre 2021, à 10h30, Le Souvenir Français organise une cérémonie inter-religieuse au cimetière de Préville.

LE CIMETIERE DE PREVILLE

Cimetière de Préville

Ce cimetière est le plus ancien des deux cimetières modernes de Nancy. Il est situé au centre-ouest de la ville entre le quartier de la gare et le quartier de la Commanderie encadré par la rue de la Côte au nord, l’avenue de Boufflers et la rue Raymond Poincaré au sud, la rue Notre-Dame des Anges à l’est et la rue Messier à l’ouest.

En 1820, en raison de la saturation des anciens cimetières dispersés dans la ville, la question de la création d’un nouveau cimetière fut posée.

Plusieurs projets furent examinés. Finalement après des années de discussions et de polémiques, le site de l’ancien domaine de Préville datant du XVIIIème siècle fut retenu et acheté par la ville. Le cimetière fut officiellement inauguré en 1842 après sept ans de travaux et le rapatriement des corps relevés dans les anciens cimetières de la ville.

Le cimetière compte 11 000 emplacements dont 312 chapelles funéraires. Il abrite de nombreuses tombes monumentales signées par les grands noms de l’Ecole de Nancy et de célèbres artistes lorrains (Louis et Jacques Majorelle, Emile Gallé, Eugène Corbin, Auguste Desch). On y trouve également les tombes de Nancéiens célèbres et de bienfaiteurs de la ville. Emile Friand a représenté le cimetière sur son célèbre tableau « La Toussaint » (1888).

Le cimetière chrétien côtoie le cimetière israélite créé en 1841 dans la partie nord-ouest du cimetière. A l’entrée de celui-ci, un monument du souvenir rend hommage aux membres de la communauté juive de Nancy disparus lors de la Seconde Guerre mondiale. Le nom de chaque enfant juif déporté est inscrit sur une stèle inaugurée en présence des écoliers en 1987.

Dans la partie haute du cimetière se trouve un cimetière allemand de la Guerre de 1870. 31 tombes blanches parsèment une pelouse et entourent un monument central sur lequel on peut lire gravé en allemand sur la pierre :  » Ici reposent des guerriers allemands ». Un autre monument a été érigé un peu à l’écart sur une fosse commune à la mémoire de 162 soldats français et 573 soldats allemands morts dans les ambulances de Nancy en 1871.

Dans la partie basse du cimetière à l’entrée principale, rue Raymond Poincaré, un monument dédié aux morts de la Guerre de 1870-1871 a été érigé en 1874 par la ville grâce à une souscription pour rendre hommage aux victimes militaires françaises de cette guerre.

Maryse Humbert, DGA 54

Le samedi 25 septembre 2021, les participants de l’Assemblée Générale du Souvenir Français pourront découvrir différentes expositions.

L’exposition du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement

Illustration du CAUE

Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement propose de redécouvrir le patrimoine bâti du département à travers une exposition visible à l’hôtel du Département du 23 août au 2 novembre 2021.

A travers une sélection de bâtiments élargie, l’exposition donne à voir la manière dont l’histoire politique, sociale et économique a influencé la production architecturale du siècle dernier. Elle propose également une lecture évolutive de chaque « famille » de bâtiments tout au long du XXème siècle.

Les participants à l’Assemblée Générale pourront découvrir cette exposition le samedi 25 septembre 2021 à 19h30.

La Conférence du centre des Archives départementales sur les vétérans de la guerre 1870-1871

Conseil départemental

Pour cette conférence sur les vétérans de la guerre de 1870-1871, ont été choisis trois francs-tireurs meurthe-et-mosellans ayant pris part à l’épisode de Fontenoy-sur-Moselle : la destruction d’un pont ferroviaire sur la ligne de Paris à Strasbourg, le 22 janvier 1871, afin de ralentir l’avancée des Prussiens vers la capitale.

25 ans plus tard, en 1896, la commémoration de ce fait d’armes est initiée, qui se développe ensuite jusqu’à faire de Fontenoy l’un des lieux de mémoire les plus importants de Meurthe-et-Moselle au début du XXe siècle.

La présentation de ces trois parcours de vétérans permet d’illustrer le développement de la mémoire de la guerre de 1870-1871, de retracer les réseaux des anciens combattants et de saisir l’inscription économique, sociale, associative ou encore politique des vétérans dans les enjeux d’une époque marquée par le déploiement de la démocratie parlementaire et de l’esprit de revanche. 

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sous les projecteurs

2 septembre 2021

l’Assemblée Générale annuelle du Souvenir Français

Programme des 25 et 26 septembre 2021 à Nancy

Le samedi 25 septembre à 18h15, Le Souvenir Français organise une cérémonie à la Porte Désilles à Nancy.

L’ARC DE TRIOMPHE DE LA PORTE DESILLES

Porte Désilles

L’histoire d’un monument :

Située à l’extrémité nord du Cours Léopold et de l’esplanade du Souvenir Français, sur la place du Luxembourg, la Porte Désilles se présente sous la forme d’un arc de triomphe haut de 12 mètres, de trois ouvertures, celle du milieu faisant 6 mètres de hauteur et les deux autres 3 mètres.

Construite de 1782 à 1785 sous la direction de l’architecte Didier- Joseph-François Melin selon les souhaits du maréchal de Choiseul-Stainville, Gouverneur général de Lorraine, cette porte fut d’abord appelée Porte Saint Louis, puis Porte Stainville avant de prendre définitivement  le 7 février  1867 le nom d’un jeune lieutenant originaire de Saint-Malo, André-Joseph-Marc Désilles blessé le 31 août 1790 en tentant de s’interposer entre les soldats de la garnison de Nancy qui réclamaient leurs soldes et les troupes du marquis du Bouillé envoyées par Lafayette pour mater cette mutinerie. Il succomba à ses blessures le 17 octobre 1790.

A l’origine, le monument avait pour but de commémorer la mémoire des Nancéiens morts pour l’indépendance de l’Amérique, en particulier durant la bataille de Yorktown en 1781.  Des sculptures et bas-reliefs de Joseph Söntgen évoquent également la bataille de Nancy qui vit le 5 janvier 1477 les troupes du duc de Lorraine René II affronter victorieusement celle du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire.

La Porte Désilles est considérée comme le plus ancien monument aux Morts de France.

La transformation mémorielle du monument :

En 1976, après restauration, la porte devient officiellement le lieu mémoriel de toutes les commémorations patriotiques de la ville de Nancy comme le mentionne la plaque installée sur la dalle  » La ville de Nancy à tous ses enfants morts pour la France au cours de son histoire « .  Elle comporte aussi des citations aux veuves et orphelins des guerres, aux militaires et civils morts pour la France en Indochine, en Corée, en Algérie, Tunisie et Maroc ainsi qu’aux Harkis.

Maryse Humbert, DGA 54

Le dimanche 26 septembre 2021, à 10h30, Le Souvenir Français organise une cérémonie inter-religieuse au cimetière de Préville.

LE CIMETIERE DE PREVILLE

Cimetière de Préville

Ce cimetière est le plus ancien des deux cimetières modernes de Nancy. Il est situé au centre-ouest de la ville entre le quartier de la gare et le quartier de la Commanderie encadré par la rue de la Côte au nord, l’avenue de Boufflers et la rue Raymond Poincaré au sud, la rue Notre-Dame des Anges à l’est et la rue Messier à l’ouest.

En 1820, en raison de la saturation des anciens cimetières dispersés dans la ville, la question de la création d’un nouveau cimetière fut posée.

Plusieurs projets furent examinés. Finalement après des années de discussions et de polémiques, le site de l’ancien domaine de Préville datant du XVIIIème siècle fut retenu et acheté par la ville. Le cimetière fut officiellement inauguré en 1842 après sept ans de travaux et le rapatriement des corps relevés dans les anciens cimetières de la ville.

Le cimetière compte 11 000 emplacements dont 312 chapelles funéraires. Il abrite de nombreuses tombes monumentales signées par les grands noms de l’Ecole de Nancy et de célèbres artistes lorrains (Louis et Jacques Majorelle, Emile Gallé, Eugène Corbin, Auguste Desch). On y trouve également les tombes de Nancéiens célèbres et de bienfaiteurs de la ville. Emile Friand a représenté le cimetière sur son célèbre tableau « La Toussaint » (1888).

Le cimetière chrétien côtoie le cimetière israélite créé en 1841 dans la partie nord-ouest du cimetière. A l’entrée de celui-ci, un monument du souvenir rend hommage aux membres de la communauté juive de Nancy disparus lors de la Seconde Guerre mondiale. Le nom de chaque enfant juif déporté est inscrit sur une stèle inaugurée en présence des écoliers en 1987.

Dans la partie haute du cimetière se trouve un cimetière allemand de la Guerre de 1870. 31 tombes blanches parsèment une pelouse et entourent un monument central sur lequel on peut lire gravé en allemand sur la pierre :  » Ici reposent des guerriers allemands ». Un autre monument a été érigé un peu à l’écart sur une fosse commune à la mémoire de 162 soldats français et 573 soldats allemands morts dans les ambulances de Nancy en 1871.

Dans la partie basse du cimetière à l’entrée principale, rue Raymond Poincaré, un monument dédié aux morts de la Guerre de 1870-1871 a été érigé en 1874 par la ville grâce à une souscription pour rendre hommage aux victimes militaires françaises de cette guerre.

Maryse Humbert, DGA 54

Le samedi 25 septembre 2021, les participants de l’Assemblée Générale du Souvenir Français pourront découvrir différentes expositions.

L’exposition du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement

Illustration du CAUE

Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement propose de redécouvrir le patrimoine bâti du département à travers une exposition visible à l’hôtel du Département du 23 août au 2 novembre 2021.

A travers une sélection de bâtiments élargie, l’exposition donne à voir la manière dont l’histoire politique, sociale et économique a influencé la production architecturale du siècle dernier. Elle propose également une lecture évolutive de chaque « famille » de bâtiments tout au long du XXème siècle.

Les participants à l’Assemblée Générale pourront découvrir cette exposition le samedi 25 septembre 2021 à 19h30.

La Conférence du centre des Archives départementales sur les vétérans de la guerre 1870-1871

Conseil départemental

Pour cette conférence sur les vétérans de la guerre de 1870-1871, ont été choisis trois francs-tireurs meurthe-et-mosellans ayant pris part à l’épisode de Fontenoy-sur-Moselle : la destruction d’un pont ferroviaire sur la ligne de Paris à Strasbourg, le 22 janvier 1871, afin de ralentir l’avancée des Prussiens vers la capitale.

25 ans plus tard, en 1896, la commémoration de ce fait d’armes est initiée, qui se développe ensuite jusqu’à faire de Fontenoy l’un des lieux de mémoire les plus importants de Meurthe-et-Moselle au début du XXe siècle.

La présentation de ces trois parcours de vétérans permet d’illustrer le développement de la mémoire de la guerre de 1870-1871, de retracer les réseaux des anciens combattants et de saisir l’inscription économique, sociale, associative ou encore politique des vétérans dans les enjeux d’une époque marquée par le déploiement de la démocratie parlementaire et de l’esprit de revanche. 

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >