Présentation de l’opération : « MémoiredHomme»

28 avril 2016

Présentation de l’opération :

« MémoiredHomme »

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France est confrontée à l’obligation d’inhumer plus de 1 400 000 hommes. Une politique est définie, la création de grandes nécropoles nationales où les tombes sont entretenues par l’Etat pour une durée perpétuelle. De nombreuses familles firent cependant pression afin de rapatrier dans leurs tombes familiales les corps de leur combattant. Environ 250 000 corps furent restitués et furent inhumés dans les cimetières communaux généralement dans le cadre de concessions perpétuelles.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la pression des familles se faisant plus forte et la volonté de l’Etat s’affaiblissant, la majorité des corps de combattants furent restitués. Il en est de même pour les guerres plus contemporaines (Indochine, Algérie et pour les opérations extérieurs (OPEX).

Cent ans après la Première Guerre mondiale, de nombreuses tombes familiales connaissent un avenir incertain. La disparition des familles conduit à la remise en cause des concessions et à la destruction des tombes. Ces disparitions constituent une véritable « amputation de la mémoire ».

La tombe du Mort pour la France dans un cimetière communal constitue en effet un véritable « témoin mémoriel ». La tombe se situe à la convergence de trois histoires : l’histoire familiale, communale et nationale.

Alors que la France célèbre le Centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français a souhaité mettre en œuvre une politique de sauvegarde et de mise en valeur des tombes familiales des Morts pour la France. Cette politique prend la forme d’une géolocalisation.

 

De quoi s’agit-il ?

De rendre possible la découverte de chaque tombe familiale dans laquelle repose un « Mort pour la France » au moyen des outils modernes que constituent les téléphones portables et les tablettes.

Devant chaque tombe, le visiteur découvrira le destin d’un combattant Mort pour la France.

 

Quel type d’application ?

L’application, développée pour la plateforme Appel (iOS version 8 et plus) a été créée pour une utilisation sur iPad et iPhone.

Elle permettra :

  • de positionner l’utilisateur par rapport au cimetière le plus proche par l’utilisation d’un GPS.
  • de visualiser en mode carte et satellite chaque sépulture.
  • de repérer les sépultures grâce à la fonction « réalité augmentée ».
  • de découvrir des contenus: vidéo, son, texte, photos, objet 3D.
  • de télécharger l’ensemble des informations d’un ou plusieurs cimetières, pour permettre l’accès aux contenus sans accès internet. Le contenu est déverrouillé uniquement à proximité des sépultures.

 

Quels engagements ?

La géolocalisation des tombes de Morts pour la France dans un cimetière communal nécessite trois engagements :

  • L’engagement de la Municipalité

Les cimetières communaux sont la propriété des communes. Il appartient donc aux Municipalités de donner leur accord pour les opérations de géolocalisation et cela d’autant plus lorsque certaines tombes sont en déshérences.

  • L’engagement des familles

Si une majorité de tombes familiales où reposent un combattant de la Grande Guerre est en déshérence, telle n’est pas le cas pour les tombes familiales où reposent des Morts pour la France des autres conflits. Il appartient dès lors aux familles de donner leur accord pour que leur tombe familiale soit géo-localisée.

  • L’engagement du Souvenir Français

Les Comités du Souvenir Français vont coordonner les programmes de géolocalisation. Il leur appartient de gérer les contacts avec les municipalités et les recherches nécessaires à l’écriture des textes de présentation de Morts pour la France.

 

Quel calendrier ?

Le 20 mai 2016, les sept premières tombes seront géolocalisées : dans le cimetière communal du Plessis-Belleville dans l’Oise.

Ce premier exemple servira de base à un vaste projet qui devrait conduire d’ici une décennie à transformer l’ensemble des tombes familiales où reposent un Mort pour la France en autant de « butte témoin de la mémoire » dans le cadre de l’opération « MémoiredHomme ».

Memoiredhommes

 

Pour en savoir plus :

L’application « MémoiredHomme » sera téléchargeable dès le 19 mai 2016 sur l’Apple Store pour les appareils Apple (version iOS 8 et +).

 

Contact :

directeur@souvenir-francais.fr

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
18 février 2020

Vernissage de l’exposition : Le flambeau du souvenir

Du 13 février au 13 mars 2020, Le Souvenir Français présente dans ses locaux une exposition photographique d’Alioune Bâ. 350 000 Africains issus des colonies subsahariennes ont combattu pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale, s’illustrant, notamment, lors du débarquement de Provence. Ils furent également engagés lors des guerres d’Indochine et d’Algérie avant […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
29 janvier 2020

L’Agenda du président général

Lundi 27 janvier, participation aux cérémonies du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Mercredi 29 janvier, participation au dîner du Conseil de coordination des organisation arméniennes de France. Mercredi 29 janvier, réunion de travail avec le sénateur Olivier Jacquin pour la mise en œuvre du projet éco-mémoriel de plantation de séquoias le long […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’Agenda du président général

29 janvier 2020
Réunion avec le futur président du comité du Souvenir Français de Sciences-Po Paris le 27 janvier 2020.

Présentation de l’opération :

« MémoiredHomme »

 

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France est confrontée à l’obligation d’inhumer plus de 1 400 000 hommes. Une politique est définie, la création de grandes nécropoles nationales où les tombes sont entretenues par l’Etat pour une durée perpétuelle. De nombreuses familles firent cependant pression afin de rapatrier dans leurs tombes familiales les corps de leur combattant. Environ 250 000 corps furent restitués et furent inhumés dans les cimetières communaux généralement dans le cadre de concessions perpétuelles.

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la pression des familles se faisant plus forte et la volonté de l’Etat s’affaiblissant, la majorité des corps de combattants furent restitués. Il en est de même pour les guerres plus contemporaines (Indochine, Algérie et pour les opérations extérieurs (OPEX).

Cent ans après la Première Guerre mondiale, de nombreuses tombes familiales connaissent un avenir incertain. La disparition des familles conduit à la remise en cause des concessions et à la destruction des tombes. Ces disparitions constituent une véritable « amputation de la mémoire ».

La tombe du Mort pour la France dans un cimetière communal constitue en effet un véritable « témoin mémoriel ». La tombe se situe à la convergence de trois histoires : l’histoire familiale, communale et nationale.

Alors que la France célèbre le Centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français a souhaité mettre en œuvre une politique de sauvegarde et de mise en valeur des tombes familiales des Morts pour la France. Cette politique prend la forme d’une géolocalisation.

 

De quoi s’agit-il ?

De rendre possible la découverte de chaque tombe familiale dans laquelle repose un « Mort pour la France » au moyen des outils modernes que constituent les téléphones portables et les tablettes.

Devant chaque tombe, le visiteur découvrira le destin d’un combattant Mort pour la France.

 

Quel type d’application ?

L’application, développée pour la plateforme Appel (iOS version 8 et plus) a été créée pour une utilisation sur iPad et iPhone.

Elle permettra :

  • de positionner l’utilisateur par rapport au cimetière le plus proche par l’utilisation d’un GPS.
  • de visualiser en mode carte et satellite chaque sépulture.
  • de repérer les sépultures grâce à la fonction « réalité augmentée ».
  • de découvrir des contenus: vidéo, son, texte, photos, objet 3D.
  • de télécharger l’ensemble des informations d’un ou plusieurs cimetières, pour permettre l’accès aux contenus sans accès internet. Le contenu est déverrouillé uniquement à proximité des sépultures.

 

Quels engagements ?

La géolocalisation des tombes de Morts pour la France dans un cimetière communal nécessite trois engagements :

  • L’engagement de la Municipalité

Les cimetières communaux sont la propriété des communes. Il appartient donc aux Municipalités de donner leur accord pour les opérations de géolocalisation et cela d’autant plus lorsque certaines tombes sont en déshérences.

  • L’engagement des familles

Si une majorité de tombes familiales où reposent un combattant de la Grande Guerre est en déshérence, telle n’est pas le cas pour les tombes familiales où reposent des Morts pour la France des autres conflits. Il appartient dès lors aux familles de donner leur accord pour que leur tombe familiale soit géo-localisée.

  • L’engagement du Souvenir Français

Les Comités du Souvenir Français vont coordonner les programmes de géolocalisation. Il leur appartient de gérer les contacts avec les municipalités et les recherches nécessaires à l’écriture des textes de présentation de Morts pour la France.

 

Quel calendrier ?

Le 20 mai 2016, les sept premières tombes seront géolocalisées : dans le cimetière communal du Plessis-Belleville dans l’Oise.

Ce premier exemple servira de base à un vaste projet qui devrait conduire d’ici une décennie à transformer l’ensemble des tombes familiales où reposent un Mort pour la France en autant de « butte témoin de la mémoire » dans le cadre de l’opération « MémoiredHomme ».

Memoiredhommes

 

Pour en savoir plus :

L’application « MémoiredHomme » sera téléchargeable dès le 19 mai 2016 sur l’Apple Store pour les appareils Apple (version iOS 8 et +).

 

Contact :

directeur@souvenir-francais.fr

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
18 février 2020

Vernissage de l’exposition : Le flambeau du souvenir

Du 13 février au 13 mars 2020, Le Souvenir Français présente dans ses locaux une exposition photographique d’Alioune Bâ. 350 000 Africains issus des colonies subsahariennes ont combattu pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale, s’illustrant, notamment, lors du débarquement de Provence. Ils furent également engagés lors des guerres d’Indochine et d’Algérie avant […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
29 janvier 2020

Sous les projecteurs

La sauvegarde des tombes des légionnaires : un exemple Le Comité du Souvenir Français de Villeneuve-sur-Lot a remis en état la tombe d’un ancien légionnaire Marcel Le Menn qui a bien servi la France d’avril 1945 à octobre 1961. Marcel Le Menn s’est engagé dans la Légion étrangère le 25 avril 1945, pour cinq ans, sous […]

Voir l'article >