On aime on soutient

6 novembre 2023

La mémoire à travers les livres

Stéphanie Trouillard, Le village du silence, Skol Vreizh, 2023

Juillet 1944, alors que la Libération est proche, les occupants allemands et leurs collaborateurs pourchassant les parachutistes de la France libre et les résistants locaux terrorisent les campagnes du Centre-Bretagne (Duault, Saint-Marcel). Dans un village du Morbihan, deux femmes sont emmenées de force par des hommes armés et masqués. Quelques semaines plus tard, les corps de ces réfugiées du Nord de la France sont découverts dans un endroit isolé. Qui sont-elles ? Pourquoi ont-elles été assassinées ? Depuis 80 ans, un silence assourdissant entoure cette double exécution. De leur passage dans ce village paisible ne subsiste qu’une tombe dans le cimetière communal. Eliminées physiquement, elles ont été effacées, semble-t-il, de la mémoire collective.

Pour en savoir plus : https://www.skolvreizh.com/produit/le-village-du-silence/

La mémoire à travers les films

Jérôme Prieur, Les Sentinelles de l’oubli, 2023

Les monuments aux morts de 1914-1918 nous sont devenus si familiers qu’on ne les voit plus. C’est un musée invisible qui a fini par se confondre avec les paysages de France. Et puis un beau jour, une sculpture arrête notre regard. Une autre histoire apparaît, le plus gigantesque chantier artistique peut-être depuis les cathédrales. Ces statues nous font entrer dans un monde parallèle au nôtre, là où continuent de vivre les fantômes de la Grande Guerre.

Le film a été projeté en ouverture des Rendez-vous de l’Histoire de Blois au début du mois d’octobre 2023.

L’équipe du film organise une projection en avant-première le 29 novembre à Strasbourg, auditorium de la bibliothèque nationale à 18h30.

Pour en savoir plus : melisandefilms@gmail.com

La mémoire à travers les jeux

Opération Hexagone

L’association des Jeunes IHEDN lance la création d’un jeu de culture générale : « Opération Hexagone ». Ce jeu de société a vocation à toucher un large public et a été pensé dès le départ sous le format de jeu de plateau pour favoriser le partage et la transmission des connaissances. Son ambition s’inscrit pleinement dans l’axe d’action et d’engagement des « Jeunes IHEDN » en sensibilisant les joueurs aux thématiques de défense, de sécurité, de mémoire et de citoyenneté.

L’association les Jeunes IHEDN porte le drapeau confié par Le Souvenir Français.

Pour en savoir plus et pour soutenir le projet : https://le-souvenir-francais.fr/wp-content/uploads/2023/11/HXG_Communique-de-presse.pdf

Musique, Musées et Mémoire

Le groupe de métal suédois Sabaton, que Le Souvenir Français avait rencontré en avril 2023 lors de leur concert à Paris, et de la sortie de leur chanson sur un soldat français de la Grande Guerre, lance une initiative : « History Rocks ».

Le projet « History Rocks » souhaite aider et mettre en réseau différents musées en France et à l’étranger, au moment du 11 novembre, lors des commémorations de la Grande Guerre.

Pour en savoir plus : https://movie.sabaton.net/

Les recommandations culturelles de François Rousseau

Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère Maison des Droits de l’Homme, A Hauteur d’enfant, histoires de guerre, 2023

« L’espoir » illustration extraite de « Bien chère Angèle » de Romain Rousset © MRDI

Inédite par son approche, cette exposition est issue de la rencontre entre deux univers, le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère et des auteurs-illustrateurs de littérature jeunesse n’ayant jamais travaillé sur la Seconde Guerre mondiale, qui ont créé chacun un récit écrit et illustré original. Elle tente de répondre à la question : comment raconter la Seconde Guerre mondiale aux enfants ?

Alice Buffet, directrice du Musée : « J’ai souhaité qu’un dialogue soit créé entre la création artistique et littéraire et les collections ». Les auteurs ont créé des récits à partir de thématiques qu’ils ont eux-mêmes choisies : les maquis, le rationnement, les prisonniers de guerre et les enfants juifs cachés.

A partir d’un sac à dos de maquisard, Géraldine Alibeu évoque l’engagement de la jeunesse dans le maquis du Vercors.

En partant de questions que posent les enfants face à la pénurie, Clarisse Lochmann a choisi d’aborder les difficultés de la vie quotidienne illustrées par les tickets de rationnement.

Romain Rousset met en scène des personnages touchants, capables de provoquer une émotion, autour d’une lettre qu’un prisonnier de guerre en Allemagne adresse à son amoureuse restée au pays.

Jérôme Ruillier quant à lui, aborde l’histoire du sauvetage des enfants juifs « en mêlant l’imaginaire de l’enfance aux réalités historiques ».

Avec cette exposition inédite, le musée propose un rapport renouvelé à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et renforce son rôle essentiel de transmetteur auprès des jeunes générations.

Jusqu’au 8 juillet 2024

Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère Maison des Droits de l’Homme 

14 rue Hébert 38000 Grenoble 

Tél : 04 76 42 38 53

Ouvert tous les jours de 9h à 18h (ouverture le mardi à 13h30 et le week-end à 10h)

Entrée libre comme dans tous les musées départementaux de l’Isère

Musée de l’Ordre de la Libération, Un chevalier du ciel, Edouard Corniglion-Molinier, 2023

« Nieuport 21 » d’Édouard Corniglion-Molinier à Venise (1917) © Service historique de la Défense, Vincennes

Rares sont les personnages dont la destinée est aussi romanesque que celle d’Édouard Corniglion-Molinier (1898-1963). Grâce à des photos, papiers et décorations, cette exposition très documentée, présentée à l’occasion du 60e anniversaire de sa disparition, montre le côté chaleureux et aventurier du personnage.

Issu de la bourgeoisie niçoise, il s’engage à 16 ans au 27e BCA car il veut « faire partie de l’aventure ». Fort de son baptême de l’air à 12 ans, il écrit une lettre en novembre 1915 où il demande à être versé dans l’aviation. Il obtient son brevet de pilote le 27 avril 1916, plus jeune pilote de chasse français de la Première Guerre. A Venise, dans l’escadrille franco-italienne N392 qui combat les Austro-hongrois dans l’Adriatique, il obtient 7 citations et 5 victoires aériennes.

En 1927, il rachète les studios de la Victorine à Nice et devient producteur de Drôle de drame et de Courrier Sud, ainsi que de Espoir sierra de Teruel de Malraux créé en 1938 qui ne sortira qu’en 1945. Il apporte une logistique à Malraux en convoyant des avions pour les républicains espagnols. C’est ainsi qu’il obtient la Croix d’officier de l’ordre de la Libération de l’Espagne. En 1940, mobilisé à l’état-major, il demande à réintégrer son unité et obtient ainsi 3 nouvelles victoires aériennes. Il sera un des trois pilotes à obtenir des victoires lors des deux guerres.

Le colonel Édouard Corniglion-Molinier devant le « bombardier Boston » « Ville de Cherbourg » du Groupe de bombardement Lorraine (1944) © Musée de l’Ordre de la Libération

Dès août 1940, Corniglion-Molinier fonde avec Emmanuel d’Astier La Dernière colonne, précurseur de Libération-Sud. Surveillé par Vichy et brièvement incarcéré, il gagne New-York où il s’engage dans les FFL le 1er mars 1941. De Gaulle l’envoi au Proche-Orient avec Valin pour créer les groupes de Chasse Alsace et de bombardement Lorraine. Il commande les FAFL de Grande-Bretagne le 15 février 1943. Il reçoit la Croix de Compagnon le 20 novembre 1944 et est décoré de l’ordre de l’Empire britannique. Parmi les pièces importantes présentées, la vareuse du colonel Berger (André Malraux) de la brigade Alsace-Lorraine.

Après la guerre, Corniglion-Molinier se lance dans la politique. Ministre de la Justice, il sera ensuite à l’origine de la création de l’autoroute de l’Estérel et du tunnel du Mont-Blanc comme ministre des Transports. Son dernier exploit, établi au départ du Salon de l’Aéronautique le 18 juin 1955, est son record de vitesse entre Le Bourget et Nice en 42’ sur Mystère IV N. L’histoire de la vie d’Édouard Corniglion-Molinier montre comment on peut être l’artisan de son propre destin.

Jusqu’au 4 février 2024

Musée de l’Ordre de la Libération

Hôtel national des Invalides 

Tél : 01 47 05 35 15

Ouvert tous les jours de 10h à 18h

Plein tarif : 14€, réduit : 11€ (le billet donne également accès au musée de l’Armée et au musée des Plans-Reliefs)

Publication : Brochure Un chevalier du ciel, 32 pages avec de nombreuses photos

Internet : www.ordredelaliberation.fr

Centre d’histoire du Mémorial 14-18 Notre-Dame-de-Lorette, Jeux de Guerre, Jouer avec l’Histoire, 2023

Enfants reconstituant une scène de guerre dans l’Oise en 1917 © Jean-Baptiste Tournassoud-ECPAD-Défense

Au pied de la colline de Notre-Dame-de-Lorette dominée par la basilique et la tour lanterne de la nécropole, le Centre d’histoire retrace les combats de la Grande Guerre dans le Nord et le Pas-de-Calais.

Alors que les jeux de guerre sont devenus un fait de société, l’exposition pose la question de l’utilisation du jeu comme outil pédagogique : comment un jeu vidéo peut-il devenir un cours d’histoire ?

Dans la catégorie des jeux vidéo historiques, la Seconde Guerre mondiale est la plus représentée. En effet, une guerre d’attente est difficile à représenter dans un jeu. Les jeux existants (9% traitent de la Grande Guerre) font de la stratégie ou de la simulation aérienne.

En prenant l’exemple de 4 jeux, le parcours scénographique confronte des objets réels et des images d’archives avec des univers de jeux pour apprécier le travail réalisé par les développeurs.

Le jeu sur la Première Guerre n’a pas attendu la vidéo. Depuis les bataillons scolaires dès la fin du 19e siècle, la propagande mise en place jusque chez les enfants, présente l’Allemand méchant et le Français héroïque.

L’armement dans les jeux vidéo fait le choix d’armes manuelles ou automatiques, pour dynamiser le jeu. La mort dans les jeux vidéo est l’élément le plus éloigné de la véracité historique, parce que les effets de l’artillerie, responsable de 75% des morts, ne sont pas pris en compte.

Malgré le côté divertissement, le jeu vidéo devient un vecteur de mémoire pour la Première Guerre mondiale et permet de toucher un nouveau public.

Après Notre-Dame-de-Lorette, l’exposition sera présentée du 4 juillet au 31 décembre 2024 au musée Guerre et Paix à Novion-Porcien, 3e partenaire de l’exposition avec l’ECPAD.

Jusqu’au 19 mai 2024 (fermé en janvier)

Centre d’histoire du Mémorial 14-18 Notre-Dame-de-Lorette 

102 rue Pasteur 62153 Souchez 

Tél : 03 21 74 83 15

Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 17h

Entrée libre et gratuite

www.memorial1418.com

Articles récents

4 décembre 2023

Trois questions à Jean-Michel Guiraud

Président de l’association Varian Fry France Jean-Michel GUIRAUD est Professeur agrégé d’Histoire, il a enseigné à Marseille au Lycée Saint-Exupéry. Il est l’auteur d’une thèse universitaire : La Vie Intellectuelle et artistique à Marseille (1940-1944), Prix de l’Académie de Marseille, éd. Jeanne Laffitte, Marseille 1998). Prix Littéraire de la Résistance 2018, avec Jean-Marie GUILLON, pour l’édition […]

Voir l'article >

Sous les projecteurs

En décembre, Le Souvenir Français place sous les projecteurs l’histoire et la mémoire de Varian FRY, « l’homme qui sauva la vie de plus de deux mille personnes » en 1941. Cérémonie en hommage à Max Ernst et Jean Gemähling Max Ernst est un artiste peintre sauvé par le comité américain de Varian Fry. Jean Gemähling quant […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Les livres de nos adhérents Gérard Piron, Soldats bretons au Moulin d’Our 1914-1918, 2023 Le 23 août 1914, quatre soldats bretons se retrouvent isolés dans les bois, lors de la sanglante bataille de Maissin. Ne pouvant rejoindre leurs lignes, ils sont secourus par la famille du meunier d’Our. D’autres […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.