On aime, on soutient

26 mars 2020

La mémoire à travers le livre 

Nos adhérents ont écrit Enseigner de Gaulle, sous la direction de Tristan Lecoq

L’enseignement du général de Gaulle est central : l’histoire française se confond avec le personnage, ses idées, ses choix, ses décisions pendant une grande partie du XXe siècle. Édité par le Réseau Canopé, éditeur de ressources pédagogiques et opérateur multimédia du ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale et avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle, le projet « Enseigner de Gaulle » repose sur ce postulat. Placé sous la direction de Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale et professeur des universités associé à l’Université Paris-Sorbonne, et sous la coordination de Diane Grillère, directrice des projets pédagogiques et numériques à la Fondation Charles de Gaulle, celui-ci propose une synthèse historiographique sur l’ensemble du parcours de De Gaulle. Son approche académique, didactique et pédagogique en fait un outil de référence pour illustrer, à partir de l’exemple du général de Gaulle, les programmes scolaires depuis le CM2 jusqu’à la Terminale.

Pour soutenir cet ouvrage https://boutique.charles-de-gaulle.org/produit/enseigner-de-gaulle/

Ecaterina Teodoroiu, de Mariana Cojan-Negulescu

Ce livre classé entre biographie et histoire, écrit dans le genre “document-fiction” s’adresse au grand public. Agrémenté de photos d’époque, obtenues auprès de musées et autres établissements culturels, il met en exergue le destin exceptionnel de la plus connue et appréciée héroïne nationale roumaine, Ecaterina Teodoroiu, tombée au combat pendant la Première Guerre mondiale, qui fut comparée le lendemain de sa mort, à juste titre, à Jeanne d’Arc, figure symbolique du combat pour la libération de la France. 

C’est en même temps une leçon d’histoire qui circonscrit des événements significatifs, des faits exceptionnels accomplis par les hommes et les femmes, dans des lieux précis, ayant une importance majeure pendant la première conflagration mondiale dans cette partie de l’Europe, qui ont conduit par le feu et le sang, et notamment par l’héroïsme des populations, à la victoire. Cet ouvrage rend également hommage à nos deux peuples, précisant, s’il en était encore besoin, combien importants furent, pour la Roumanie à l’époque, la contribution de la Mission Berthelot, ainsi que le précieux soutien de la France ayant abouti à la constitution de l’Etat roumain moderne. 

L’auteure du livre, Mariana Cojan-Negulescu, docteur ès lettres de l’Université de Paris IV Sorbonne, a effectué un travail documentaire très complet. 

Auteure de plusieurs œuvres dédiées à la jeunesse, Mariana Cojan-Negulescu a su associer dans son travail à la démarche historique son propre point de vue, parfaitement adapté aux besoins du lecteur actuel, lequel est en droit de modeler sa personnalité au travers l’exemple d’hommes et de femmes au destin exceptionnel. Elle y insiste sur la coopération entre nos deux peuples, armées et population civile, ainsi que sur l’influence décisive de la France sur le sort de la guerre en Roumanie.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65317

Si je reviens un jour…lettres retrouvées de Louise Pikovski, de Stéphanie Trouillard et Thibaut Lambert

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.desrondsdanslo.com/SiJeReviensUnJour.html

L’affaire H.J.E. O’Connell, de Gérard P.O’Connell

Administrateur de première classe des services civils de l’Indochine, considéré comme atypique et indigènophile par sa hiérarchie, Joseph O’Connell est nommé en 1914 à la direction des îles et du pénitencier de Poulo-Condore. C’est une disgrâce, le poste étant réservé jusqu’alors aux administrateurs de grade subalterne.

Face à la surpopulation et aux conditions inhumaines de détention, et après le refus de ses demandes, il va entreprendre des réformes radicales sans en référer à sa hiérarchie. Après avoir autorisé une grande partie des détenus à vivre hors des geôles du bagne, construire leur maison, cultiver des jardins, faire de l’élevage, de la pêche et vendre leurs produits, il transforme la vocation punitive du pénitencier en colonie agricole.

Mais ses réformes suscitent une opposition d’une partie du personnel pénitentiaire et des commerçants chinois de l’île qui vont se plaindre aux autorités coloniales. Brutalement déchargé de ses fonctions et ramené sans ménagement à Saigon, il est jugé par ses pairs, dégradé et mis à la retraite.

Un livre sur l’inhumanité de la détention dans le monde colonial à l’orée du XXe siècle. Un livre sur le caractère implacable de la société et de l’encadrement coloniaux. Un livre sur un humain d’exception qui a cherché à y mettre de l’humanité mais qui a été broyé.

Une histoire sentimentale, notre République par les villages et les villes,de François Baroin

Saviez-vous qu’un des plus vieux arbres de France se trouve à Roquebrune ? Que Marianne a d’abord été célébrée en Languedoc ? Que les écoles étaient paroissiales avant d’être communales ? Qu’à Grenoble est né le planning familial ? Et que le premier député mort au front en 1914 était élu de Bourg- en-Bresse ? 

En parcourant des villages et des villes, François Baroin propose une histoire de notre République en partant des terroirs. Ce n’est pas l’État qui a créé nos symboles, mais bien des citoyens venus de tous les horizons qui les ont forgés, comme ce sont des Français ordinaires qui chaque jour donne du sens à notre République. 

Ce livre puise dans leur énergie des idées et des solutions pour sortir du cycle infernal de la fracture territoriale. 

La section « Le sens des Morts » évoque notamment le rôle joué par Le Souvenir Français sur le territoire.  

Pour soutenir cet ouvrage https://www.albin-michel.fr/ouvrages/une-histoire-sentimentale-9782226439086

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

On aime, on soutient

26 mars 2020

La mémoire à travers le livre 

Nos adhérents ont écrit Enseigner de Gaulle, sous la direction de Tristan Lecoq

L’enseignement du général de Gaulle est central : l’histoire française se confond avec le personnage, ses idées, ses choix, ses décisions pendant une grande partie du XXe siècle. Édité par le Réseau Canopé, éditeur de ressources pédagogiques et opérateur multimédia du ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale et avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle, le projet « Enseigner de Gaulle » repose sur ce postulat. Placé sous la direction de Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale et professeur des universités associé à l’Université Paris-Sorbonne, et sous la coordination de Diane Grillère, directrice des projets pédagogiques et numériques à la Fondation Charles de Gaulle, celui-ci propose une synthèse historiographique sur l’ensemble du parcours de De Gaulle. Son approche académique, didactique et pédagogique en fait un outil de référence pour illustrer, à partir de l’exemple du général de Gaulle, les programmes scolaires depuis le CM2 jusqu’à la Terminale.

Pour soutenir cet ouvrage https://boutique.charles-de-gaulle.org/produit/enseigner-de-gaulle/

Ecaterina Teodoroiu, de Mariana Cojan-Negulescu

Ce livre classé entre biographie et histoire, écrit dans le genre “document-fiction” s’adresse au grand public. Agrémenté de photos d’époque, obtenues auprès de musées et autres établissements culturels, il met en exergue le destin exceptionnel de la plus connue et appréciée héroïne nationale roumaine, Ecaterina Teodoroiu, tombée au combat pendant la Première Guerre mondiale, qui fut comparée le lendemain de sa mort, à juste titre, à Jeanne d’Arc, figure symbolique du combat pour la libération de la France. 

C’est en même temps une leçon d’histoire qui circonscrit des événements significatifs, des faits exceptionnels accomplis par les hommes et les femmes, dans des lieux précis, ayant une importance majeure pendant la première conflagration mondiale dans cette partie de l’Europe, qui ont conduit par le feu et le sang, et notamment par l’héroïsme des populations, à la victoire. Cet ouvrage rend également hommage à nos deux peuples, précisant, s’il en était encore besoin, combien importants furent, pour la Roumanie à l’époque, la contribution de la Mission Berthelot, ainsi que le précieux soutien de la France ayant abouti à la constitution de l’Etat roumain moderne. 

L’auteure du livre, Mariana Cojan-Negulescu, docteur ès lettres de l’Université de Paris IV Sorbonne, a effectué un travail documentaire très complet. 

Auteure de plusieurs œuvres dédiées à la jeunesse, Mariana Cojan-Negulescu a su associer dans son travail à la démarche historique son propre point de vue, parfaitement adapté aux besoins du lecteur actuel, lequel est en droit de modeler sa personnalité au travers l’exemple d’hommes et de femmes au destin exceptionnel. Elle y insiste sur la coopération entre nos deux peuples, armées et population civile, ainsi que sur l’influence décisive de la France sur le sort de la guerre en Roumanie.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65317

Si je reviens un jour…lettres retrouvées de Louise Pikovski, de Stéphanie Trouillard et Thibaut Lambert

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.desrondsdanslo.com/SiJeReviensUnJour.html

L’affaire H.J.E. O’Connell, de Gérard P.O’Connell

Administrateur de première classe des services civils de l’Indochine, considéré comme atypique et indigènophile par sa hiérarchie, Joseph O’Connell est nommé en 1914 à la direction des îles et du pénitencier de Poulo-Condore. C’est une disgrâce, le poste étant réservé jusqu’alors aux administrateurs de grade subalterne.

Face à la surpopulation et aux conditions inhumaines de détention, et après le refus de ses demandes, il va entreprendre des réformes radicales sans en référer à sa hiérarchie. Après avoir autorisé une grande partie des détenus à vivre hors des geôles du bagne, construire leur maison, cultiver des jardins, faire de l’élevage, de la pêche et vendre leurs produits, il transforme la vocation punitive du pénitencier en colonie agricole.

Mais ses réformes suscitent une opposition d’une partie du personnel pénitentiaire et des commerçants chinois de l’île qui vont se plaindre aux autorités coloniales. Brutalement déchargé de ses fonctions et ramené sans ménagement à Saigon, il est jugé par ses pairs, dégradé et mis à la retraite.

Un livre sur l’inhumanité de la détention dans le monde colonial à l’orée du XXe siècle. Un livre sur le caractère implacable de la société et de l’encadrement coloniaux. Un livre sur un humain d’exception qui a cherché à y mettre de l’humanité mais qui a été broyé.

Une histoire sentimentale, notre République par les villages et les villes,de François Baroin

Saviez-vous qu’un des plus vieux arbres de France se trouve à Roquebrune ? Que Marianne a d’abord été célébrée en Languedoc ? Que les écoles étaient paroissiales avant d’être communales ? Qu’à Grenoble est né le planning familial ? Et que le premier député mort au front en 1914 était élu de Bourg- en-Bresse ? 

En parcourant des villages et des villes, François Baroin propose une histoire de notre République en partant des terroirs. Ce n’est pas l’État qui a créé nos symboles, mais bien des citoyens venus de tous les horizons qui les ont forgés, comme ce sont des Français ordinaires qui chaque jour donne du sens à notre République. 

Ce livre puise dans leur énergie des idées et des solutions pour sortir du cycle infernal de la fracture territoriale. 

La section « Le sens des Morts » évoque notamment le rôle joué par Le Souvenir Français sur le territoire.  

Pour soutenir cet ouvrage https://www.albin-michel.fr/ouvrages/une-histoire-sentimentale-9782226439086

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >