On aime, on soutient

26 mars 2020

La mémoire à travers le livre 

Nos adhérents ont écrit Enseigner de Gaulle, sous la direction de Tristan Lecoq

L’enseignement du général de Gaulle est central : l’histoire française se confond avec le personnage, ses idées, ses choix, ses décisions pendant une grande partie du XXe siècle. Édité par le Réseau Canopé, éditeur de ressources pédagogiques et opérateur multimédia du ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale et avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle, le projet « Enseigner de Gaulle » repose sur ce postulat. Placé sous la direction de Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale et professeur des universités associé à l’Université Paris-Sorbonne, et sous la coordination de Diane Grillère, directrice des projets pédagogiques et numériques à la Fondation Charles de Gaulle, celui-ci propose une synthèse historiographique sur l’ensemble du parcours de De Gaulle. Son approche académique, didactique et pédagogique en fait un outil de référence pour illustrer, à partir de l’exemple du général de Gaulle, les programmes scolaires depuis le CM2 jusqu’à la Terminale.

Pour soutenir cet ouvrage https://boutique.charles-de-gaulle.org/produit/enseigner-de-gaulle/

Ecaterina Teodoroiu, de Mariana Cojan-Negulescu

Ce livre classé entre biographie et histoire, écrit dans le genre “document-fiction” s’adresse au grand public. Agrémenté de photos d’époque, obtenues auprès de musées et autres établissements culturels, il met en exergue le destin exceptionnel de la plus connue et appréciée héroïne nationale roumaine, Ecaterina Teodoroiu, tombée au combat pendant la Première Guerre mondiale, qui fut comparée le lendemain de sa mort, à juste titre, à Jeanne d’Arc, figure symbolique du combat pour la libération de la France. 

C’est en même temps une leçon d’histoire qui circonscrit des événements significatifs, des faits exceptionnels accomplis par les hommes et les femmes, dans des lieux précis, ayant une importance majeure pendant la première conflagration mondiale dans cette partie de l’Europe, qui ont conduit par le feu et le sang, et notamment par l’héroïsme des populations, à la victoire. Cet ouvrage rend également hommage à nos deux peuples, précisant, s’il en était encore besoin, combien importants furent, pour la Roumanie à l’époque, la contribution de la Mission Berthelot, ainsi que le précieux soutien de la France ayant abouti à la constitution de l’Etat roumain moderne. 

L’auteure du livre, Mariana Cojan-Negulescu, docteur ès lettres de l’Université de Paris IV Sorbonne, a effectué un travail documentaire très complet. 

Auteure de plusieurs œuvres dédiées à la jeunesse, Mariana Cojan-Negulescu a su associer dans son travail à la démarche historique son propre point de vue, parfaitement adapté aux besoins du lecteur actuel, lequel est en droit de modeler sa personnalité au travers l’exemple d’hommes et de femmes au destin exceptionnel. Elle y insiste sur la coopération entre nos deux peuples, armées et population civile, ainsi que sur l’influence décisive de la France sur le sort de la guerre en Roumanie.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65317

Si je reviens un jour…lettres retrouvées de Louise Pikovski, de Stéphanie Trouillard et Thibaut Lambert

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.desrondsdanslo.com/SiJeReviensUnJour.html

L’affaire H.J.E. O’Connell, de Gérard P.O’Connell

Administrateur de première classe des services civils de l’Indochine, considéré comme atypique et indigènophile par sa hiérarchie, Joseph O’Connell est nommé en 1914 à la direction des îles et du pénitencier de Poulo-Condore. C’est une disgrâce, le poste étant réservé jusqu’alors aux administrateurs de grade subalterne.

Face à la surpopulation et aux conditions inhumaines de détention, et après le refus de ses demandes, il va entreprendre des réformes radicales sans en référer à sa hiérarchie. Après avoir autorisé une grande partie des détenus à vivre hors des geôles du bagne, construire leur maison, cultiver des jardins, faire de l’élevage, de la pêche et vendre leurs produits, il transforme la vocation punitive du pénitencier en colonie agricole.

Mais ses réformes suscitent une opposition d’une partie du personnel pénitentiaire et des commerçants chinois de l’île qui vont se plaindre aux autorités coloniales. Brutalement déchargé de ses fonctions et ramené sans ménagement à Saigon, il est jugé par ses pairs, dégradé et mis à la retraite.

Un livre sur l’inhumanité de la détention dans le monde colonial à l’orée du XXe siècle. Un livre sur le caractère implacable de la société et de l’encadrement coloniaux. Un livre sur un humain d’exception qui a cherché à y mettre de l’humanité mais qui a été broyé.

Une histoire sentimentale, notre République par les villages et les villes,de François Baroin

Saviez-vous qu’un des plus vieux arbres de France se trouve à Roquebrune ? Que Marianne a d’abord été célébrée en Languedoc ? Que les écoles étaient paroissiales avant d’être communales ? Qu’à Grenoble est né le planning familial ? Et que le premier député mort au front en 1914 était élu de Bourg- en-Bresse ? 

En parcourant des villages et des villes, François Baroin propose une histoire de notre République en partant des terroirs. Ce n’est pas l’État qui a créé nos symboles, mais bien des citoyens venus de tous les horizons qui les ont forgés, comme ce sont des Français ordinaires qui chaque jour donne du sens à notre République. 

Ce livre puise dans leur énergie des idées et des solutions pour sortir du cycle infernal de la fracture territoriale. 

La section « Le sens des Morts » évoque notamment le rôle joué par Le Souvenir Français sur le territoire.  

Pour soutenir cet ouvrage https://www.albin-michel.fr/ouvrages/une-histoire-sentimentale-9782226439086

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

La mémoire à travers le livre 

Nos adhérents ont écrit Enseigner de Gaulle, sous la direction de Tristan Lecoq

L’enseignement du général de Gaulle est central : l’histoire française se confond avec le personnage, ses idées, ses choix, ses décisions pendant une grande partie du XXe siècle. Édité par le Réseau Canopé, éditeur de ressources pédagogiques et opérateur multimédia du ministère de l’Éducation nationale, en partenariat avec l’Inspection générale de l’Éducation nationale et avec le soutien de la Fondation Charles de Gaulle, le projet « Enseigner de Gaulle » repose sur ce postulat. Placé sous la direction de Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Éducation nationale et professeur des universités associé à l’Université Paris-Sorbonne, et sous la coordination de Diane Grillère, directrice des projets pédagogiques et numériques à la Fondation Charles de Gaulle, celui-ci propose une synthèse historiographique sur l’ensemble du parcours de De Gaulle. Son approche académique, didactique et pédagogique en fait un outil de référence pour illustrer, à partir de l’exemple du général de Gaulle, les programmes scolaires depuis le CM2 jusqu’à la Terminale.

Pour soutenir cet ouvrage https://boutique.charles-de-gaulle.org/produit/enseigner-de-gaulle/

Ecaterina Teodoroiu, de Mariana Cojan-Negulescu

Ce livre classé entre biographie et histoire, écrit dans le genre “document-fiction” s’adresse au grand public. Agrémenté de photos d’époque, obtenues auprès de musées et autres établissements culturels, il met en exergue le destin exceptionnel de la plus connue et appréciée héroïne nationale roumaine, Ecaterina Teodoroiu, tombée au combat pendant la Première Guerre mondiale, qui fut comparée le lendemain de sa mort, à juste titre, à Jeanne d’Arc, figure symbolique du combat pour la libération de la France. 

C’est en même temps une leçon d’histoire qui circonscrit des événements significatifs, des faits exceptionnels accomplis par les hommes et les femmes, dans des lieux précis, ayant une importance majeure pendant la première conflagration mondiale dans cette partie de l’Europe, qui ont conduit par le feu et le sang, et notamment par l’héroïsme des populations, à la victoire. Cet ouvrage rend également hommage à nos deux peuples, précisant, s’il en était encore besoin, combien importants furent, pour la Roumanie à l’époque, la contribution de la Mission Berthelot, ainsi que le précieux soutien de la France ayant abouti à la constitution de l’Etat roumain moderne. 

L’auteure du livre, Mariana Cojan-Negulescu, docteur ès lettres de l’Université de Paris IV Sorbonne, a effectué un travail documentaire très complet. 

Auteure de plusieurs œuvres dédiées à la jeunesse, Mariana Cojan-Negulescu a su associer dans son travail à la démarche historique son propre point de vue, parfaitement adapté aux besoins du lecteur actuel, lequel est en droit de modeler sa personnalité au travers l’exemple d’hommes et de femmes au destin exceptionnel. Elle y insiste sur la coopération entre nos deux peuples, armées et population civile, ainsi que sur l’influence décisive de la France sur le sort de la guerre en Roumanie.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=65317

Si je reviens un jour…lettres retrouvées de Louise Pikovski, de Stéphanie Trouillard et Thibaut Lambert

En 2010, lors d’un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d’années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky. Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec sa famille.

Pour soutenir cet ouvrage http://www.desrondsdanslo.com/SiJeReviensUnJour.html

L’affaire H.J.E. O’Connell, de Gérard P.O’Connell

Administrateur de première classe des services civils de l’Indochine, considéré comme atypique et indigènophile par sa hiérarchie, Joseph O’Connell est nommé en 1914 à la direction des îles et du pénitencier de Poulo-Condore. C’est une disgrâce, le poste étant réservé jusqu’alors aux administrateurs de grade subalterne.

Face à la surpopulation et aux conditions inhumaines de détention, et après le refus de ses demandes, il va entreprendre des réformes radicales sans en référer à sa hiérarchie. Après avoir autorisé une grande partie des détenus à vivre hors des geôles du bagne, construire leur maison, cultiver des jardins, faire de l’élevage, de la pêche et vendre leurs produits, il transforme la vocation punitive du pénitencier en colonie agricole.

Mais ses réformes suscitent une opposition d’une partie du personnel pénitentiaire et des commerçants chinois de l’île qui vont se plaindre aux autorités coloniales. Brutalement déchargé de ses fonctions et ramené sans ménagement à Saigon, il est jugé par ses pairs, dégradé et mis à la retraite.

Un livre sur l’inhumanité de la détention dans le monde colonial à l’orée du XXe siècle. Un livre sur le caractère implacable de la société et de l’encadrement coloniaux. Un livre sur un humain d’exception qui a cherché à y mettre de l’humanité mais qui a été broyé.

Une histoire sentimentale, notre République par les villages et les villes,de François Baroin

Saviez-vous qu’un des plus vieux arbres de France se trouve à Roquebrune ? Que Marianne a d’abord été célébrée en Languedoc ? Que les écoles étaient paroissiales avant d’être communales ? Qu’à Grenoble est né le planning familial ? Et que le premier député mort au front en 1914 était élu de Bourg- en-Bresse ? 

En parcourant des villages et des villes, François Baroin propose une histoire de notre République en partant des terroirs. Ce n’est pas l’État qui a créé nos symboles, mais bien des citoyens venus de tous les horizons qui les ont forgés, comme ce sont des Français ordinaires qui chaque jour donne du sens à notre République. 

Ce livre puise dans leur énergie des idées et des solutions pour sortir du cycle infernal de la fracture territoriale. 

La section « Le sens des Morts » évoque notamment le rôle joué par Le Souvenir Français sur le territoire.  

Pour soutenir cet ouvrage https://www.albin-michel.fr/ouvrages/une-histoire-sentimentale-9782226439086

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >