Le monument aux soldats français de la Grande Guerre

5 mars 2019

Huit soldat « Mort pour la France » durant la Grande Guerre sont inhumés dans un carré du cimetière municipal de Mirogoj, situé à Zagreb. Ces huit soldats qui appartenaient à l’armée d’Orient sont morts entre mars et juin 1919. Un monument érigé à leur mémoire mentionne six soldats français et deux soldats d’origine vietnamienne « Mort pour la France et pour la libération des peuples ». A côté du monument, deux stèles ont été érigées à la mémoire des deux soldats vietnamiens. Le monument a été érigé par la colonie française de Belgrade. En 2017, à l’occasion du centenaire, il a fait l’objet d’une rénovation soutenue par Le Souvenir Français.

Militaires inhumés au cimetière Mirogoj :

Louis MERLE, né le 11 avril 1898 dans le département des Deux Sèvres, est mort à Zagreb le 31 mai 1919 en service commandé. Il était 2e clairon au 143e régiment d’artillerie Lourde.

Charles PALAIN, né le 9 juillet 1898 en Charente, était trompette au 143e régiment d’artillerie lourde coloniale. Il est mort le 25 juillet 1919 à Zagreb des blessures du fait du service.

Pierre ANDRE, né le 28 avril 1897 dans le Finistère, est sapeur de 2e classe au 8ème régiment du génie. Il est mort à Zagreb le 29 mai 1919. (Non mort pour la France – suicide).

Bat NGUYEN QUI né en 1892 à Dai Mo dans la province d’Hadong, est soldat de 2e classe au 1er bataillon indochinois. Il est mort le 29 août 1919 suite de blessures de guerre.

PHAM VAN HUU né en 1894, est soldat de 2e classe au 1er bataillon indochinois. Il est mort le 6 mars 1919.

GBESSI est né en 1898 à Nanebou, Dahomey (Bénin),  est soldat de 2e classe au 133e bataillon sénégalais. Il est mort le 30 juin 1919 de cause inconnue.

Georges MAITRE né le 14 décembre 1893 à Naintré (Vienne),  est soldat de 2e classe au 210 régiment d’infanterie. Il est tué à l’ennemi le 3 juin 1919 à Zagreb.

Lamri RIGHI BEN-BELKACEM né en 1896 à Maadid, département de Constantine, Algérie, est soldat au 18e escadron de train. Il est mort des blessures en service commandé à Zagreb le 26 avril 1919.

 

Cérémonie du 11 novembre 2018 devant le monument.

Dépôt de gerbe par le délégué général du Souvenir Français pour la Croatie François Crété.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
2 juillet 2020

Hommage aux Présidents de la République le 14 juillet

Depuis trois ans, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait accordé sa grâce […]

Voir l'article >
30 juin 2020

L’agenda du président général

29 juin, participation au lancement du Mag Engagement, rédacteur en chef Mickaël Szerman. 30 juin, réunion à Nancy des délégués généraux du Grand Est. 1er juillet, signature de la convention de partenariat avec la Fédération française de la généalogie. 6 juillet, réunion de travail avec le général Graff sur la rénovation des cérémonies patriotiques. 7 […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’agenda du président général

30 juin 2020

Huit soldat « Mort pour la France » durant la Grande Guerre sont inhumés dans un carré du cimetière municipal de Mirogoj, situé à Zagreb. Ces huit soldats qui appartenaient à l’armée d’Orient sont morts entre mars et juin 1919. Un monument érigé à leur mémoire mentionne six soldats français et deux soldats d’origine vietnamienne « Mort pour la France et pour la libération des peuples ». A côté du monument, deux stèles ont été érigées à la mémoire des deux soldats vietnamiens. Le monument a été érigé par la colonie française de Belgrade. En 2017, à l’occasion du centenaire, il a fait l’objet d’une rénovation soutenue par Le Souvenir Français.

Militaires inhumés au cimetière Mirogoj :

Louis MERLE, né le 11 avril 1898 dans le département des Deux Sèvres, est mort à Zagreb le 31 mai 1919 en service commandé. Il était 2e clairon au 143e régiment d’artillerie Lourde.

Charles PALAIN, né le 9 juillet 1898 en Charente, était trompette au 143e régiment d’artillerie lourde coloniale. Il est mort le 25 juillet 1919 à Zagreb des blessures du fait du service.

Pierre ANDRE, né le 28 avril 1897 dans le Finistère, est sapeur de 2e classe au 8ème régiment du génie. Il est mort à Zagreb le 29 mai 1919. (Non mort pour la France – suicide).

Bat NGUYEN QUI né en 1892 à Dai Mo dans la province d’Hadong, est soldat de 2e classe au 1er bataillon indochinois. Il est mort le 29 août 1919 suite de blessures de guerre.

PHAM VAN HUU né en 1894, est soldat de 2e classe au 1er bataillon indochinois. Il est mort le 6 mars 1919.

GBESSI est né en 1898 à Nanebou, Dahomey (Bénin),  est soldat de 2e classe au 133e bataillon sénégalais. Il est mort le 30 juin 1919 de cause inconnue.

Georges MAITRE né le 14 décembre 1893 à Naintré (Vienne),  est soldat de 2e classe au 210 régiment d’infanterie. Il est tué à l’ennemi le 3 juin 1919 à Zagreb.

Lamri RIGHI BEN-BELKACEM né en 1896 à Maadid, département de Constantine, Algérie, est soldat au 18e escadron de train. Il est mort des blessures en service commandé à Zagreb le 26 avril 1919.

 

Cérémonie du 11 novembre 2018 devant le monument.

Dépôt de gerbe par le délégué général du Souvenir Français pour la Croatie François Crété.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
2 juillet 2020

Hommage aux Présidents de la République le 14 juillet

Depuis trois ans, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait accordé sa grâce […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
30 juin 2020

Les monuments de 1870 érigés par Le Souvenir Français

Lorsqu’en 1887 Le Souvenir Français se crée, les premiers monuments aux Morts de 1870 ont déjà été érigés, en particulier sur les champs de bataille. Le Souvenir Français va amplifier cette vague patrimoniale en créant ses propres monuments et en épaulant les nombreuses communes qui en érigent. On estime à environ un millier le nombre […]

Voir l'article >