Le monument à la gloire des médaillés militaires

30 avril 2018

En 1920, il a été décidé de construire un monument à la gloire des médaillés militaires. Deux ans plus tard, un fonds de construction était ouvert aux souscripteurs. L’œuvre fut dessinée par Louis Jean Hulot, architecte en chef des monuments historiques, et les ornements et bas-reliefs furent exécutés par le sculpteur Eugène Piron, prix de Rome (1903) et spécialiste des monuments aux Morts.

La stèle est placée dans la cour du Dôme de l’hôtel national des Invalides, un emplacement fortement symbolique de la mémoire combattante. La décoration est rythmée de trophées militaires, de guirlandes, de têtes de lions et autres frontons et pilastres.

Le Président de la République, Gaston Doumergue, a inauguré le monument le 24 mai 1925, entouré des ministres, en particulier de Paul Painlevé, président du Conseil et ministre de la Guerre, du maréchal Foch, et de cinq cents anciens combattants tous médaillés. Maurice Ternaux-Compans, président de la Société nationale des médaillés militaires et le général Augustin Dubail, grand chancelier de la Légion d’honneur furent les deux principaux intervenants.

En 2017, la Société Nationale d’Entraide de la Médaille Militaire a entièrement financé l’installation d’un nouveau système d’éclairage avec le soutien de l’Institut national des Invalides et du Gouverneur militaire de Paris qui permet d’illuminer le monument le soir et le rendre plus visible au public.

 

 Pour en savoir plus : https://snemm.fr/

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Le monument à la gloire des médaillés militaires

30 avril 2018

En 1920, il a été décidé de construire un monument à la gloire des médaillés militaires. Deux ans plus tard, un fonds de construction était ouvert aux souscripteurs. L’œuvre fut dessinée par Louis Jean Hulot, architecte en chef des monuments historiques, et les ornements et bas-reliefs furent exécutés par le sculpteur Eugène Piron, prix de Rome (1903) et spécialiste des monuments aux Morts.

La stèle est placée dans la cour du Dôme de l’hôtel national des Invalides, un emplacement fortement symbolique de la mémoire combattante. La décoration est rythmée de trophées militaires, de guirlandes, de têtes de lions et autres frontons et pilastres.

Le Président de la République, Gaston Doumergue, a inauguré le monument le 24 mai 1925, entouré des ministres, en particulier de Paul Painlevé, président du Conseil et ministre de la Guerre, du maréchal Foch, et de cinq cents anciens combattants tous médaillés. Maurice Ternaux-Compans, président de la Société nationale des médaillés militaires et le général Augustin Dubail, grand chancelier de la Légion d’honneur furent les deux principaux intervenants.

En 2017, la Société Nationale d’Entraide de la Médaille Militaire a entièrement financé l’installation d’un nouveau système d’éclairage avec le soutien de l’Institut national des Invalides et du Gouverneur militaire de Paris qui permet d’illuminer le monument le soir et le rendre plus visible au public.

 

 Pour en savoir plus : https://snemm.fr/

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >