Les monuments de 1870 érigés par Le Souvenir Français

30 juin 2020

Lorsqu’en 1887 Le Souvenir Français se crée, les premiers monuments aux Morts de 1870 ont déjà été érigés, en particulier sur les champs de bataille. Le Souvenir Français va amplifier cette vague patrimoniale en créant ses propres monuments et en épaulant les nombreuses communes qui en érigent. On estime à environ un millier le nombre de monuments aux Morts construits entre 1871 et 1913 sur le territoire national. Ils constituent une première vague commémorative qui sera suivie à partir de 1918 de la vague « de fond » des monuments de 1914-1918.

Environ 15 % (168 dans notre premier recensement) ont été érigés par les comités du Souvenir Français. Leur importance est conditionnée par la capacité des comités à rassembler des fonds. L’étude d’un tiers de ces monuments permet d’individualiser 4 types :

Les monuments simples

Ils se présentent sous la forme d’une pyramide sans symboles religieux en raison de la rivalité entre l’œuvre des tombes et des prières et Le Souvenir Français.

Les monuments « guerriers »

Ils se présentent sous la forme d’un soldat de bronze. Les fonderies créent au lendemain du conflit de 1870 plusieurs modèles de soldats. Le Souvenir Français privilégie le « fantassin aux aguets » et « le vieil officier barbu » portant le drapeau. Les deux combattants peuvent cohabiter sur le même monument.

Les monuments aux allégories féminines

Trois types d’allégories sont plébiscitées : l’allégorie guerrière, porteuse de l’épée ; l’allégorie de l’immortalité, porteuse des lauriers ; et l’allégorie victorieuse, porteuse des ailes des anges.

Quelques monuments sont singuliers par l’accumulation des symboles

Graville, La Rochelle, une scène de combat ; Neuilly-sur-Seine, le décès du soldat métamorphosé en enfant dans les bras d’une mère guerrière ; Chambéry, la jeune fille savoyarde prête à résister ; Vitry-le-François, la jeune fille écrivant au tableau et rappelant l’importance de l’instruction pour la génération d’après 1870.

Un monument exceptionnel

Celui de Noisseville qui rassemble à la fois le symbole historique (l’officier français d’ancien régime), le soldat blessé qui meurt dans le drapeau, la veuve (ou la mère) à la fois éplorée, mais résistante. Le tout sur un texte inscrit sur une croix de Lorraine.

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Billet d’humeur du Président Général

Le Monde et l’Audace Mémorielle. Le 4 mars 2021, Le Monde consacrait son éditorial au rapport de Benjamin Stora, sous le titre « France-Algérie, poursuivre sur la voie de la vérité ». L’ensemble de l’article est centré sur le devoir de vérité que doit accomplir la France, « même en l’absence de réciprocité algérienne ».   Le rapport Stora […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président Général

7 avril 2021

Lorsqu’en 1887 Le Souvenir Français se crée, les premiers monuments aux Morts de 1870 ont déjà été érigés, en particulier sur les champs de bataille. Le Souvenir Français va amplifier cette vague patrimoniale en créant ses propres monuments et en épaulant les nombreuses communes qui en érigent. On estime à environ un millier le nombre de monuments aux Morts construits entre 1871 et 1913 sur le territoire national. Ils constituent une première vague commémorative qui sera suivie à partir de 1918 de la vague « de fond » des monuments de 1914-1918.

Environ 15 % (168 dans notre premier recensement) ont été érigés par les comités du Souvenir Français. Leur importance est conditionnée par la capacité des comités à rassembler des fonds. L’étude d’un tiers de ces monuments permet d’individualiser 4 types :

Les monuments simples

Ils se présentent sous la forme d’une pyramide sans symboles religieux en raison de la rivalité entre l’œuvre des tombes et des prières et Le Souvenir Français.

Les monuments « guerriers »

Ils se présentent sous la forme d’un soldat de bronze. Les fonderies créent au lendemain du conflit de 1870 plusieurs modèles de soldats. Le Souvenir Français privilégie le « fantassin aux aguets » et « le vieil officier barbu » portant le drapeau. Les deux combattants peuvent cohabiter sur le même monument.

Les monuments aux allégories féminines

Trois types d’allégories sont plébiscitées : l’allégorie guerrière, porteuse de l’épée ; l’allégorie de l’immortalité, porteuse des lauriers ; et l’allégorie victorieuse, porteuse des ailes des anges.

Quelques monuments sont singuliers par l’accumulation des symboles

Graville, La Rochelle, une scène de combat ; Neuilly-sur-Seine, le décès du soldat métamorphosé en enfant dans les bras d’une mère guerrière ; Chambéry, la jeune fille savoyarde prête à résister ; Vitry-le-François, la jeune fille écrivant au tableau et rappelant l’importance de l’instruction pour la génération d’après 1870.

Un monument exceptionnel

Celui de Noisseville qui rassemble à la fois le symbole historique (l’officier français d’ancien régime), le soldat blessé qui meurt dans le drapeau, la veuve (ou la mère) à la fois éplorée, mais résistante. Le tout sur un texte inscrit sur une croix de Lorraine.

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Le monument du mois

Un monument pour les Morts pour la France disparus de la guerre d’Algérie Durant la guerre d’Algérie, plusieurs centaines de militaires français sont portés disparus. Leurs familles ignorent bien souvent les circonstances de leur disparition, et par absence des corps, n’ont pas pu « faire leur deuil ». Créée en 2014, l’association SOLDIS Algérie, présidée par le […]

Voir l'article >