Le monument du mois

2 décembre 2020

Les plaques au panthéon en mémoire des Écrivains Combattants

Par Didier Béoutis, président du comité du Souvenir Français du 13ème arrondissement de Paris

En entrant au Panthéon, le 11 novembre 2020, Maurice Genevoix a « rejoint » les 757 écrivains combattants « Morts pour la France » au titre des deux conflits mondiaux du XXème siècle (560 pour la Grande Guerre, 197 pour la Seconde Guerre mondiale), dont les noms sont  gravés sur des plaques apposées sur les murs latéraux intérieurs de l’édifice

Les « 560 » de la Grande Guerre

Dès juin 1919, est créée, à l’initiative de quatre-vingt écrivains rescapés de la Grande Guerre dont Henry Malherbe, Roland Dorgelès, Maurice Genevoix, une « Association des Écrivains combattants » (A.E.C), dans le but d’« entretenir le souvenir des camarades tombés au champ d’honneur ». L’Association retient les noms de 560 écrivains dont les plus connus sont Péguy, Alain-Fournier, Psichari, Pergaud, Driant, Apollinaire qui font l’objet d’une anthologie de près de 4.000 pages. Les noms de ces écrivains ont été gravés, par ordre alphabétique, en distinguant les « morts au champ d’honneur » et les « morts sous les drapeaux », sur quatre grandes plaques, apposées sur les murs intérieurs du Panthéon, inaugurées, le 15 octobre 1927, en présence du Président de la République Gaston Doumergue.

Les « 197 » de la Seconde Guerre mondiale

 

Après la Libération, l’A.E.C a souhaité réitérer son initiative en mémoire des écrivains « Morts pour la France » au cours du second conflit mondial. Elle a retenu 197 écrivains dont les plus célèbres étaient Paul Nizan, Max Jacob, Pierre Brossolette, Georges Mandel, Jean Zay, Marc Bloch, Robert Desnos, Bertie Albrecht, Saint-Exupéry. Comme leurs aînés de la Grande Guerre, ils ont fait l’objet d’une anthologie, et de plaques installées à l’intérieur du Panthéon, inaugurées le 2 juillet 1949, en présence du Président de la République Vincent Auriol.

Chaque année, autour du 11 novembre, l’A.E.C. organise, au Panthéon, une cérémonie commémorative à laquelle participe le Souvenir Français, partenaire de l’AEC, avec des lectures de textes par des lycéens.

Didier Béoutis

Légendes des photographies :

I.-    Plaque des « 560 »    :  détail du frontispice

II.-   Plaques des « 560 »  : « Morts pour la France »

III.- Plaque des « 197 »    : « Morts pour la France »

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Billet d’humeur du Président Général

Le Monde et l’Audace Mémorielle. Le 4 mars 2021, Le Monde consacrait son éditorial au rapport de Benjamin Stora, sous le titre « France-Algérie, poursuivre sur la voie de la vérité ». L’ensemble de l’article est centré sur le devoir de vérité que doit accomplir la France, « même en l’absence de réciprocité algérienne ».   Le rapport Stora […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président Général

7 avril 2021

Les plaques au panthéon en mémoire des Écrivains Combattants

Par Didier Béoutis, président du comité du Souvenir Français du 13ème arrondissement de Paris

En entrant au Panthéon, le 11 novembre 2020, Maurice Genevoix a « rejoint » les 757 écrivains combattants « Morts pour la France » au titre des deux conflits mondiaux du XXème siècle (560 pour la Grande Guerre, 197 pour la Seconde Guerre mondiale), dont les noms sont  gravés sur des plaques apposées sur les murs latéraux intérieurs de l’édifice

Les « 560 » de la Grande Guerre

Dès juin 1919, est créée, à l’initiative de quatre-vingt écrivains rescapés de la Grande Guerre dont Henry Malherbe, Roland Dorgelès, Maurice Genevoix, une « Association des Écrivains combattants » (A.E.C), dans le but d’« entretenir le souvenir des camarades tombés au champ d’honneur ». L’Association retient les noms de 560 écrivains dont les plus connus sont Péguy, Alain-Fournier, Psichari, Pergaud, Driant, Apollinaire qui font l’objet d’une anthologie de près de 4.000 pages. Les noms de ces écrivains ont été gravés, par ordre alphabétique, en distinguant les « morts au champ d’honneur » et les « morts sous les drapeaux », sur quatre grandes plaques, apposées sur les murs intérieurs du Panthéon, inaugurées, le 15 octobre 1927, en présence du Président de la République Gaston Doumergue.

Les « 197 » de la Seconde Guerre mondiale

 

Après la Libération, l’A.E.C a souhaité réitérer son initiative en mémoire des écrivains « Morts pour la France » au cours du second conflit mondial. Elle a retenu 197 écrivains dont les plus célèbres étaient Paul Nizan, Max Jacob, Pierre Brossolette, Georges Mandel, Jean Zay, Marc Bloch, Robert Desnos, Bertie Albrecht, Saint-Exupéry. Comme leurs aînés de la Grande Guerre, ils ont fait l’objet d’une anthologie, et de plaques installées à l’intérieur du Panthéon, inaugurées le 2 juillet 1949, en présence du Président de la République Vincent Auriol.

Chaque année, autour du 11 novembre, l’A.E.C. organise, au Panthéon, une cérémonie commémorative à laquelle participe le Souvenir Français, partenaire de l’AEC, avec des lectures de textes par des lycéens.

Didier Béoutis

Légendes des photographies :

I.-    Plaque des « 560 »    :  détail du frontispice

II.-   Plaques des « 560 »  : « Morts pour la France »

III.- Plaque des « 197 »    : « Morts pour la France »

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Le monument du mois

Un monument pour les Morts pour la France disparus de la guerre d’Algérie Durant la guerre d’Algérie, plusieurs centaines de militaires français sont portés disparus. Leurs familles ignorent bien souvent les circonstances de leur disparition, et par absence des corps, n’ont pas pu « faire leur deuil ». Créée en 2014, l’association SOLDIS Algérie, présidée par le […]

Voir l'article >