Le monument du mois

2 octobre 2020

La tombe d’Auguste Thin

Auguste Thin est né le 12 juillet 1899 à Cherbourg. Son père, Louis Jules Adolphe Thin né en 1876, est rappelé sous les drapeaux à la déclaration de guerre en 1914. Sergent au 274e régiment d’infanterie, Louis Thin trouve la mort aux combats du Fort de Vaux le 23 mai 1916. Son fils qui travaille comme commis épicier s’engage à son tour à Lisieux le 3 janvier 1918, à l’âge de 19 ans.

Auguste Thin participe à la contre-attaque en Champagne au sein du 243e régiment d’infanterie où il est gazé, ainsi qu’aux derniers combats en Alsace.

En novembre 1920, il est soldat de 2e classe au 132e régiment d’infanterie à Verdun chargé de retourner la terre afin d’exhumer les corps de soldats morts au combat.

Le 10 novembre 1920, il fait partie de la garde d’honneur qui veille, dans la citadelle de Verdun, les dépouilles des 8 soldats sélectionnées par l’armée là où eurent lieu les principales batailles de la Première Guerre mondiale. En tant qu’engagé volontaire et le plus jeune soldat de son régiment, Auguste Thin est choisi pour désigner le Soldat Inconnu qui sera inhumé le lendemain à l’Arc de Triomphe. Le Ministre des Pensions André Maginot donne à Auguste Thin un bouquet d’œillets et lui demande de le déposer sur l’un des cercueils. Auguste Thin choisit le sixième : « il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai », témoignera-t-il.

Auguste Thin adhère à la Légion des Mille dans laquelle il s’engage activement au lendemain de la guerre. A la fin de sa vie, François Mitterrand lui remet la croix de la Légion d’honneur sous l’Arc de Triomphe. Il décède le 10 avril 1982.

Auguste Thin est enterré dans une tombe familiale au cimetière d’Asnières (Hauts-de-Seine). A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français lui a rendu hommage en organisant une cérémonie sur sa tombe le 15 octobre 2018.

Une nouvelle cérémonie sera organisée sur sa tombe à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu le 4 novembre 2020 en présence de son petit-fils, du Souvenir Français, de la Fédération Maginot et du conseil municipal des jeunes d’Asnières.

Enfin, le 10 novembre, son petit-fils Jean-Claude Thin participera aux cérémonies organisées à Verdun à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu.

Hommage à Auguste Thin dans le cimetière d’Asnières par la délégation générale du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine le 15 octobre 2018. Photo : Mathieu Botte

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Billet d’humeur du Président Général

Le Monde et l’Audace Mémorielle. Le 4 mars 2021, Le Monde consacrait son éditorial au rapport de Benjamin Stora, sous le titre « France-Algérie, poursuivre sur la voie de la vérité ». L’ensemble de l’article est centré sur le devoir de vérité que doit accomplir la France, « même en l’absence de réciprocité algérienne ».   Le rapport Stora […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président Général

7 avril 2021

La tombe d’Auguste Thin

Auguste Thin est né le 12 juillet 1899 à Cherbourg. Son père, Louis Jules Adolphe Thin né en 1876, est rappelé sous les drapeaux à la déclaration de guerre en 1914. Sergent au 274e régiment d’infanterie, Louis Thin trouve la mort aux combats du Fort de Vaux le 23 mai 1916. Son fils qui travaille comme commis épicier s’engage à son tour à Lisieux le 3 janvier 1918, à l’âge de 19 ans.

Auguste Thin participe à la contre-attaque en Champagne au sein du 243e régiment d’infanterie où il est gazé, ainsi qu’aux derniers combats en Alsace.

En novembre 1920, il est soldat de 2e classe au 132e régiment d’infanterie à Verdun chargé de retourner la terre afin d’exhumer les corps de soldats morts au combat.

Le 10 novembre 1920, il fait partie de la garde d’honneur qui veille, dans la citadelle de Verdun, les dépouilles des 8 soldats sélectionnées par l’armée là où eurent lieu les principales batailles de la Première Guerre mondiale. En tant qu’engagé volontaire et le plus jeune soldat de son régiment, Auguste Thin est choisi pour désigner le Soldat Inconnu qui sera inhumé le lendemain à l’Arc de Triomphe. Le Ministre des Pensions André Maginot donne à Auguste Thin un bouquet d’œillets et lui demande de le déposer sur l’un des cercueils. Auguste Thin choisit le sixième : « il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai », témoignera-t-il.

Auguste Thin adhère à la Légion des Mille dans laquelle il s’engage activement au lendemain de la guerre. A la fin de sa vie, François Mitterrand lui remet la croix de la Légion d’honneur sous l’Arc de Triomphe. Il décède le 10 avril 1982.

Auguste Thin est enterré dans une tombe familiale au cimetière d’Asnières (Hauts-de-Seine). A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français lui a rendu hommage en organisant une cérémonie sur sa tombe le 15 octobre 2018.

Une nouvelle cérémonie sera organisée sur sa tombe à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu le 4 novembre 2020 en présence de son petit-fils, du Souvenir Français, de la Fédération Maginot et du conseil municipal des jeunes d’Asnières.

Enfin, le 10 novembre, son petit-fils Jean-Claude Thin participera aux cérémonies organisées à Verdun à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu.

Hommage à Auguste Thin dans le cimetière d’Asnières par la délégation générale du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine le 15 octobre 2018. Photo : Mathieu Botte

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Le monument du mois

Un monument pour les Morts pour la France disparus de la guerre d’Algérie Durant la guerre d’Algérie, plusieurs centaines de militaires français sont portés disparus. Leurs familles ignorent bien souvent les circonstances de leur disparition, et par absence des corps, n’ont pas pu « faire leur deuil ». Créée en 2014, l’association SOLDIS Algérie, présidée par le […]

Voir l'article >