Le monument du mois

2 octobre 2020

La tombe d’Auguste Thin

Auguste Thin est né le 12 juillet 1899 à Cherbourg. Son père, Louis Jules Adolphe Thin né en 1876, est rappelé sous les drapeaux à la déclaration de guerre en 1914. Sergent au 274e régiment d’infanterie, Louis Thin trouve la mort aux combats du Fort de Vaux le 23 mai 1916. Son fils qui travaille comme commis épicier s’engage à son tour à Lisieux le 3 janvier 1918, à l’âge de 19 ans.

Auguste Thin participe à la contre-attaque en Champagne au sein du 243e régiment d’infanterie où il est gazé, ainsi qu’aux derniers combats en Alsace.

En novembre 1920, il est soldat de 2e classe au 132e régiment d’infanterie à Verdun chargé de retourner la terre afin d’exhumer les corps de soldats morts au combat.

Le 10 novembre 1920, il fait partie de la garde d’honneur qui veille, dans la citadelle de Verdun, les dépouilles des 8 soldats sélectionnées par l’armée là où eurent lieu les principales batailles de la Première Guerre mondiale. En tant qu’engagé volontaire et le plus jeune soldat de son régiment, Auguste Thin est choisi pour désigner le Soldat Inconnu qui sera inhumé le lendemain à l’Arc de Triomphe. Le Ministre des Pensions André Maginot donne à Auguste Thin un bouquet d’œillets et lui demande de le déposer sur l’un des cercueils. Auguste Thin choisit le sixième : « il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai », témoignera-t-il.

Auguste Thin adhère à la Légion des Mille dans laquelle il s’engage activement au lendemain de la guerre. A la fin de sa vie, François Mitterrand lui remet la croix de la Légion d’honneur sous l’Arc de Triomphe. Il décède le 10 avril 1982.

Auguste Thin est enterré dans une tombe familiale au cimetière d’Asnières (Hauts-de-Seine). A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français lui a rendu hommage en organisant une cérémonie sur sa tombe le 15 octobre 2018.

Une nouvelle cérémonie sera organisée sur sa tombe à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu le 4 novembre 2020 en présence de son petit-fils, du Souvenir Français, de la Fédération Maginot et du conseil municipal des jeunes d’Asnières.

Enfin, le 10 novembre, son petit-fils Jean-Claude Thin participera aux cérémonies organisées à Verdun à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu.

Hommage à Auguste Thin dans le cimetière d’Asnières par la délégation générale du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine le 15 octobre 2018. Photo : Mathieu Botte

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Le monument du mois

2 octobre 2020

La tombe d’Auguste Thin

Auguste Thin est né le 12 juillet 1899 à Cherbourg. Son père, Louis Jules Adolphe Thin né en 1876, est rappelé sous les drapeaux à la déclaration de guerre en 1914. Sergent au 274e régiment d’infanterie, Louis Thin trouve la mort aux combats du Fort de Vaux le 23 mai 1916. Son fils qui travaille comme commis épicier s’engage à son tour à Lisieux le 3 janvier 1918, à l’âge de 19 ans.

Auguste Thin participe à la contre-attaque en Champagne au sein du 243e régiment d’infanterie où il est gazé, ainsi qu’aux derniers combats en Alsace.

En novembre 1920, il est soldat de 2e classe au 132e régiment d’infanterie à Verdun chargé de retourner la terre afin d’exhumer les corps de soldats morts au combat.

Le 10 novembre 1920, il fait partie de la garde d’honneur qui veille, dans la citadelle de Verdun, les dépouilles des 8 soldats sélectionnées par l’armée là où eurent lieu les principales batailles de la Première Guerre mondiale. En tant qu’engagé volontaire et le plus jeune soldat de son régiment, Auguste Thin est choisi pour désigner le Soldat Inconnu qui sera inhumé le lendemain à l’Arc de Triomphe. Le Ministre des Pensions André Maginot donne à Auguste Thin un bouquet d’œillets et lui demande de le déposer sur l’un des cercueils. Auguste Thin choisit le sixième : « il me vint une pensée simple. J’appartiens au 6e corps. En additionnant les chiffres de mon régiment, le 132, c’est également le chiffre 6 que je retiens. Ma décision est prise : ce sera le 6e cercueil que je rencontrerai », témoignera-t-il.

Auguste Thin adhère à la Légion des Mille dans laquelle il s’engage activement au lendemain de la guerre. A la fin de sa vie, François Mitterrand lui remet la croix de la Légion d’honneur sous l’Arc de Triomphe. Il décède le 10 avril 1982.

Auguste Thin est enterré dans une tombe familiale au cimetière d’Asnières (Hauts-de-Seine). A l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, Le Souvenir Français lui a rendu hommage en organisant une cérémonie sur sa tombe le 15 octobre 2018.

Une nouvelle cérémonie sera organisée sur sa tombe à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu le 4 novembre 2020 en présence de son petit-fils, du Souvenir Français, de la Fédération Maginot et du conseil municipal des jeunes d’Asnières.

Enfin, le 10 novembre, son petit-fils Jean-Claude Thin participera aux cérémonies organisées à Verdun à l’occasion du centenaire du choix du Soldat Inconnu.

Hommage à Auguste Thin dans le cimetière d’Asnières par la délégation générale du Souvenir Français pour les Hauts-de-Seine le 15 octobre 2018. Photo : Mathieu Botte

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >