Il était une fois la cocarde . . . tricolore du Souvenir Français

7 avril 2016

Une naissance révolutionnaire
L’origine de la cocarde tricolore remonte aux prémices de la Révolution française. Le 12 juillet, à l’appel de Camille Desmoulins, qui harangue les passants dans les jardins du Palais royal, les patriotes qui protestent contre le renvoi de Necker adoptent la cocarde verte comme signe de reconnaissance. Cette couleur est vite abandonnée.

CocardeSF1

Le lendemain, les membres de la milice bourgeoise qui s’assemblent pour constituer la garde nationale arborent une cocarde bleue et rouge pour manifester le caractère militaire de leur mission. Cet insigne est lui aussi trop ambigu pour rassembler la population : par un « singulier hasard », comme le note Lafayette, le bleu et le rouge sont à la fois les couleurs de Paris, celle de la livrée des serviteurs du duc d’Orléans, l’ambitieux cousin de Louis XVI. Dès le matin du 14, plusieurs contemporains notent que l’on voit fleurir dans Paris des cocardes bleues, blanches et rouges.

Trois jours après la prise de la Bastille, lorsque Louis XVI est reçu à l’Hôtel de Ville par Bailly, qui vient d’être élu maire de Paris, il se voit remettre une cocarde tricolore par Lafayette, commandant de la garde nationale. Celui-ci écrit dans les mémoires qui ont bâti sa légende qu’il tendit le fameux insigne au roi en déclarant : « je vous apporte une cocarde qui fera le tour du monde ».

CocardeSF2

La cocarde au couleur tricolore était née. Elle va s’inscrire plus d’un siècle plus tard dans l’ADN du Souvenir Français.

CocardeSF3

La cocarde du Souvenir Français est plus qu’un symbole, elle s’est imposée comme « le marqueur » de l’association. Apposée sur une tombe et sur un monument, elle révèle aux passants tant l’existence de l’association que son rôle dans l’entretien de cette tombe ou de ce monument. Elle est l’héritière de l’œuvre de la reconnaissance des tombes de militaires et marins morts pour la Patrie dénommée « La Cocarde du Souvenir » œuvre créée en 1916 afin de placer des cocardes prolongées de trois rubans sur les tombes des combattants.

CocardeSF4

En 1921, l’œuvre fusionne avec Le Souvenir Français qui reprend à sa charge cette mission. Une cocarde, d’abord sans inscription puis affichant le nom de l’association est créée (1926).

 CocardeSF5

Cette cocarde devient la seule cocarde officielle ce qui n’empêche pas la création de déclinaisons dans les années 1930.

CocardeSF6

Une cocarde avec la croix de guerre.

CocardeSF7

Dans les années 2000, une cocarde avec le glaive.

CocardeSF8

2014 a marqué le retour définitif à la cocarde modèle 1926.

Pour en savoir plus :

De nombreux renseignements sont tirés d’un ouvrage sur Le Souvenir Français en cours de rédaction par M. Jean-Christophe DENIS, Délégué Général du Souvenir Français pour le LOIRET.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
18 février 2020

Vernissage de l’exposition : Le flambeau du souvenir

Du 13 février au 13 mars 2020, Le Souvenir Français présente dans ses locaux une exposition photographique d’Alioune Bâ. 350 000 Africains issus des colonies subsahariennes ont combattu pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale, s’illustrant, notamment, lors du débarquement de Provence. Ils furent également engagés lors des guerres d’Indochine et d’Algérie avant […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
29 janvier 2020

L’Agenda du président général

Lundi 27 janvier, participation aux cérémonies du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. Mercredi 29 janvier, participation au dîner du Conseil de coordination des organisation arméniennes de France. Mercredi 29 janvier, réunion de travail avec le sénateur Olivier Jacquin pour la mise en œuvre du projet éco-mémoriel de plantation de séquoias le long […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’Agenda du président général

29 janvier 2020
Réunion avec le futur président du comité du Souvenir Français de Sciences-Po Paris le 27 janvier 2020.

Une naissance révolutionnaire
L’origine de la cocarde tricolore remonte aux prémices de la Révolution française. Le 12 juillet, à l’appel de Camille Desmoulins, qui harangue les passants dans les jardins du Palais royal, les patriotes qui protestent contre le renvoi de Necker adoptent la cocarde verte comme signe de reconnaissance. Cette couleur est vite abandonnée.

CocardeSF1

Le lendemain, les membres de la milice bourgeoise qui s’assemblent pour constituer la garde nationale arborent une cocarde bleue et rouge pour manifester le caractère militaire de leur mission. Cet insigne est lui aussi trop ambigu pour rassembler la population : par un « singulier hasard », comme le note Lafayette, le bleu et le rouge sont à la fois les couleurs de Paris, celle de la livrée des serviteurs du duc d’Orléans, l’ambitieux cousin de Louis XVI. Dès le matin du 14, plusieurs contemporains notent que l’on voit fleurir dans Paris des cocardes bleues, blanches et rouges.

Trois jours après la prise de la Bastille, lorsque Louis XVI est reçu à l’Hôtel de Ville par Bailly, qui vient d’être élu maire de Paris, il se voit remettre une cocarde tricolore par Lafayette, commandant de la garde nationale. Celui-ci écrit dans les mémoires qui ont bâti sa légende qu’il tendit le fameux insigne au roi en déclarant : « je vous apporte une cocarde qui fera le tour du monde ».

CocardeSF2

La cocarde au couleur tricolore était née. Elle va s’inscrire plus d’un siècle plus tard dans l’ADN du Souvenir Français.

CocardeSF3

La cocarde du Souvenir Français est plus qu’un symbole, elle s’est imposée comme « le marqueur » de l’association. Apposée sur une tombe et sur un monument, elle révèle aux passants tant l’existence de l’association que son rôle dans l’entretien de cette tombe ou de ce monument. Elle est l’héritière de l’œuvre de la reconnaissance des tombes de militaires et marins morts pour la Patrie dénommée « La Cocarde du Souvenir » œuvre créée en 1916 afin de placer des cocardes prolongées de trois rubans sur les tombes des combattants.

CocardeSF4

En 1921, l’œuvre fusionne avec Le Souvenir Français qui reprend à sa charge cette mission. Une cocarde, d’abord sans inscription puis affichant le nom de l’association est créée (1926).

 CocardeSF5

Cette cocarde devient la seule cocarde officielle ce qui n’empêche pas la création de déclinaisons dans les années 1930.

CocardeSF6

Une cocarde avec la croix de guerre.

CocardeSF7

Dans les années 2000, une cocarde avec le glaive.

CocardeSF8

2014 a marqué le retour définitif à la cocarde modèle 1926.

Pour en savoir plus :

De nombreux renseignements sont tirés d’un ouvrage sur Le Souvenir Français en cours de rédaction par M. Jean-Christophe DENIS, Délégué Général du Souvenir Français pour le LOIRET.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
18 février 2020

Vernissage de l’exposition : Le flambeau du souvenir

Du 13 février au 13 mars 2020, Le Souvenir Français présente dans ses locaux une exposition photographique d’Alioune Bâ. 350 000 Africains issus des colonies subsahariennes ont combattu pour la France lors de la Seconde Guerre mondiale, s’illustrant, notamment, lors du débarquement de Provence. Ils furent également engagés lors des guerres d’Indochine et d’Algérie avant […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
29 janvier 2020

Sous les projecteurs

La sauvegarde des tombes des légionnaires : un exemple Le Comité du Souvenir Français de Villeneuve-sur-Lot a remis en état la tombe d’un ancien légionnaire Marcel Le Menn qui a bien servi la France d’avril 1945 à octobre 1961. Marcel Le Menn s’est engagé dans la Légion étrangère le 25 avril 1945, pour cinq ans, sous […]

Voir l'article >