Billet d’humeur du Président Général

5 juillet 2021

Pour qui meurt-on ?

Pour qui meurt-on ? Pour le Roi criait-on avant 1789. Pour l’Empereur lançait-on à Waterloo, et depuis ?

En 1870, on mourrait pour la Patrie. Cette expression inscrite sur de nombreux monuments n’a cependant pas été légalisée.

En 1915 alors que les corps de plusieurs centaines de milliers de combattants jonchaient les champs de bataille, la question de « la bonne Mort » s’imposa au Parlement. Pour qui étaient-ils morts ? Pour la Patrie disaient certains, pour la France disaient les autres.

On trancha par la loi. Nos combattants sont « Morts pour la France » et cela malgré quelque résistance. Le Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe est lui mort pour la Patrie…

Mais l’affaire était entendue. Depuis 1915 nos soldats meurent pour la France. Ce pays dont ils défendent la liberté et le territoire.

Entre 1915 et 2012 la mention a tenu bon. Près de cent années !

Au lendemain des attentats commis contre les militaires à Toulouse et Montauban en mars 2012, une nouvelle mention fut créée « Mort pour le service de la Nation ».

Cette mention qui honore la mémoire des militaires et agents publics tués en raison de leurs fonctions ou de leur qualité permet l’inscription du nom de la victime sur les monuments commémoratifs et l’adoption par la Nation de ses enfants.

9 ans plus tard, en mai 2021, une troisième mention est créée : « Mort pour le service de la République ». Elle sera inscrite sur l’acte de décès des agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles, tels que les soignants pendant la pandémie, ainsi que sur celui des militaires morts lors de périodes d’entrainement. Parallèlement, un statut de pupille de la République est créé.

Mort pour la Patrie

Mort pour la France

Mort pour le service de la Nation

Mort pour le service de la République. Espérons qu’aucun nouvel événement historique ne se produira car il serait alors difficile de trouver une nouvelle raison de mourir !

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président Général

5 juillet 2021

Pour qui meurt-on ?

Pour qui meurt-on ? Pour le Roi criait-on avant 1789. Pour l’Empereur lançait-on à Waterloo, et depuis ?

En 1870, on mourrait pour la Patrie. Cette expression inscrite sur de nombreux monuments n’a cependant pas été légalisée.

En 1915 alors que les corps de plusieurs centaines de milliers de combattants jonchaient les champs de bataille, la question de « la bonne Mort » s’imposa au Parlement. Pour qui étaient-ils morts ? Pour la Patrie disaient certains, pour la France disaient les autres.

On trancha par la loi. Nos combattants sont « Morts pour la France » et cela malgré quelque résistance. Le Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe est lui mort pour la Patrie…

Mais l’affaire était entendue. Depuis 1915 nos soldats meurent pour la France. Ce pays dont ils défendent la liberté et le territoire.

Entre 1915 et 2012 la mention a tenu bon. Près de cent années !

Au lendemain des attentats commis contre les militaires à Toulouse et Montauban en mars 2012, une nouvelle mention fut créée « Mort pour le service de la Nation ».

Cette mention qui honore la mémoire des militaires et agents publics tués en raison de leurs fonctions ou de leur qualité permet l’inscription du nom de la victime sur les monuments commémoratifs et l’adoption par la Nation de ses enfants.

9 ans plus tard, en mai 2021, une troisième mention est créée : « Mort pour le service de la République ». Elle sera inscrite sur l’acte de décès des agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles, tels que les soignants pendant la pandémie, ainsi que sur celui des militaires morts lors de périodes d’entrainement. Parallèlement, un statut de pupille de la République est créé.

Mort pour la Patrie

Mort pour la France

Mort pour le service de la Nation

Mort pour le service de la République. Espérons qu’aucun nouvel événement historique ne se produira car il serait alors difficile de trouver une nouvelle raison de mourir !

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >