Billet d’humeur du Président Général

5 juillet 2021

Pour qui meurt-on ?

Pour qui meurt-on ? Pour le Roi criait-on avant 1789. Pour l’Empereur lançait-on à Waterloo, et depuis ?

En 1870, on mourrait pour la Patrie. Cette expression inscrite sur de nombreux monuments n’a cependant pas été légalisée.

En 1915 alors que les corps de plusieurs centaines de milliers de combattants jonchaient les champs de bataille, la question de « la bonne Mort » s’imposa au Parlement. Pour qui étaient-ils morts ? Pour la Patrie disaient certains, pour la France disaient les autres.

On trancha par la loi. Nos combattants sont « Morts pour la France » et cela malgré quelque résistance. Le Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe est lui mort pour la Patrie…

Mais l’affaire était entendue. Depuis 1915 nos soldats meurent pour la France. Ce pays dont ils défendent la liberté et le territoire.

Entre 1915 et 2012 la mention a tenu bon. Près de cent années !

Au lendemain des attentats commis contre les militaires à Toulouse et Montauban en mars 2012, une nouvelle mention fut créée « Mort pour le service de la Nation ».

Cette mention qui honore la mémoire des militaires et agents publics tués en raison de leurs fonctions ou de leur qualité permet l’inscription du nom de la victime sur les monuments commémoratifs et l’adoption par la Nation de ses enfants.

9 ans plus tard, en mai 2021, une troisième mention est créée : « Mort pour le service de la République ». Elle sera inscrite sur l’acte de décès des agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles, tels que les soignants pendant la pandémie, ainsi que sur celui des militaires morts lors de périodes d’entrainement. Parallèlement, un statut de pupille de la République est créé.

Mort pour la Patrie

Mort pour la France

Mort pour le service de la Nation

Mort pour le service de la République. Espérons qu’aucun nouvel événement historique ne se produira car il serait alors difficile de trouver une nouvelle raison de mourir !

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

Pour qui meurt-on ?

Pour qui meurt-on ? Pour le Roi criait-on avant 1789. Pour l’Empereur lançait-on à Waterloo, et depuis ?

En 1870, on mourrait pour la Patrie. Cette expression inscrite sur de nombreux monuments n’a cependant pas été légalisée.

En 1915 alors que les corps de plusieurs centaines de milliers de combattants jonchaient les champs de bataille, la question de « la bonne Mort » s’imposa au Parlement. Pour qui étaient-ils morts ? Pour la Patrie disaient certains, pour la France disaient les autres.

On trancha par la loi. Nos combattants sont « Morts pour la France » et cela malgré quelque résistance. Le Soldat Inconnu sous l’Arc de Triomphe est lui mort pour la Patrie…

Mais l’affaire était entendue. Depuis 1915 nos soldats meurent pour la France. Ce pays dont ils défendent la liberté et le territoire.

Entre 1915 et 2012 la mention a tenu bon. Près de cent années !

Au lendemain des attentats commis contre les militaires à Toulouse et Montauban en mars 2012, une nouvelle mention fut créée « Mort pour le service de la Nation ».

Cette mention qui honore la mémoire des militaires et agents publics tués en raison de leurs fonctions ou de leur qualité permet l’inscription du nom de la victime sur les monuments commémoratifs et l’adoption par la Nation de ses enfants.

9 ans plus tard, en mai 2021, une troisième mention est créée : « Mort pour le service de la République ». Elle sera inscrite sur l’acte de décès des agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles, tels que les soignants pendant la pandémie, ainsi que sur celui des militaires morts lors de périodes d’entrainement. Parallèlement, un statut de pupille de la République est créé.

Mort pour la Patrie

Mort pour la France

Mort pour le service de la Nation

Mort pour le service de la République. Espérons qu’aucun nouvel événement historique ne se produira car il serait alors difficile de trouver une nouvelle raison de mourir !

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >