Une question à Alain Josselin

10 juillet 2020

Alain Josselin est un adhérent du Souvenir Français dans le Doubs, passionné par la généalogie.

Vous avez déjà mené des actions d’inscription sur les monuments aux morts des noms de combattants de la guerre de 1870 dans le Doubs grâce à des recherches dans les états civils. Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes (de la recherche à l’inscription) qui vous ont permis de mener à bien ces projets ?

L’état-civil du département du Doubs n’est pas encore totalement en ligne.

Pour les communes qui ont numérisé leur état civil, il convient de relever sur Internet les actes de décès des années 1870 à 1872 car des soldats sont décédés sur place après la fin de la guerre (voire jusqu’en 1873/1874), bien souvent chez des particuliers, alors qu’il n’y avait plus d’ambulance au village. Pour les autres communes non numérisées, le déplacement aux archives départementales est impératif.

A ce stade il est nécessaire de parcourir tous les registres mentionnés à l’inventaire des archives départementales et non pas uniquement la liste des communes actuelles fusionnées qui écarterait d’office des communes qui n’existent plus aujourd’hui et qui avaient leurs propres registres en 1870/1872.

Il faut aussi relever les transcriptions de décès hors du département de soldats nés dans ces communes. Certaines se proposent en effet de réaliser des plaques ou de compléter des listes « d’Enfants du Pays ». A terme, c’est le « levier » qu’il faudrait utiliser pour inciter les municipalités à honorer « leurs » morts pour la Patrie par l’apposition de plaques, ainsi, tous les défunts apparaitront en un point précis du territoire et en rapport avec leurs origines.

Pour les autres communes non numérisées, il faut effectuer des relevés photographiques des microfilms en salle de lecture aux archives départementales.  

Enfin, il serait intéressant de ne pas ignorer les soldats qui sont « revenus » de cette guerre ; et là, c’est le côté généalogique qui pourra prioritairement les mettre en valeur sur les sites spécialisés et permettre aussi aux municipalités d’aujourd’hui de mesurer l’implication humaine locale dans ce conflit.

Le département du Doubs compte 623 communes selon l’état-civil de 1870, dont 230 ont fait l’objet de collectes menées par Alain Josselin pour près de 4200 actes de décès. Elles ont été mises en ligne et à disposition de tous sur Généanet et MémorialGenWeb.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Une question à Alain Josselin

10 juillet 2020

Alain Josselin est un adhérent du Souvenir Français dans le Doubs, passionné par la généalogie.

Vous avez déjà mené des actions d’inscription sur les monuments aux morts des noms de combattants de la guerre de 1870 dans le Doubs grâce à des recherches dans les états civils. Pouvez-vous nous décrire les différentes étapes (de la recherche à l’inscription) qui vous ont permis de mener à bien ces projets ?

L’état-civil du département du Doubs n’est pas encore totalement en ligne.

Pour les communes qui ont numérisé leur état civil, il convient de relever sur Internet les actes de décès des années 1870 à 1872 car des soldats sont décédés sur place après la fin de la guerre (voire jusqu’en 1873/1874), bien souvent chez des particuliers, alors qu’il n’y avait plus d’ambulance au village. Pour les autres communes non numérisées, le déplacement aux archives départementales est impératif.

A ce stade il est nécessaire de parcourir tous les registres mentionnés à l’inventaire des archives départementales et non pas uniquement la liste des communes actuelles fusionnées qui écarterait d’office des communes qui n’existent plus aujourd’hui et qui avaient leurs propres registres en 1870/1872.

Il faut aussi relever les transcriptions de décès hors du département de soldats nés dans ces communes. Certaines se proposent en effet de réaliser des plaques ou de compléter des listes « d’Enfants du Pays ». A terme, c’est le « levier » qu’il faudrait utiliser pour inciter les municipalités à honorer « leurs » morts pour la Patrie par l’apposition de plaques, ainsi, tous les défunts apparaitront en un point précis du territoire et en rapport avec leurs origines.

Pour les autres communes non numérisées, il faut effectuer des relevés photographiques des microfilms en salle de lecture aux archives départementales.  

Enfin, il serait intéressant de ne pas ignorer les soldats qui sont « revenus » de cette guerre ; et là, c’est le côté généalogique qui pourra prioritairement les mettre en valeur sur les sites spécialisés et permettre aussi aux municipalités d’aujourd’hui de mesurer l’implication humaine locale dans ce conflit.

Le département du Doubs compte 623 communes selon l’état-civil de 1870, dont 230 ont fait l’objet de collectes menées par Alain Josselin pour près de 4200 actes de décès. Elles ont été mises en ligne et à disposition de tous sur Généanet et MémorialGenWeb.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >