Trois Questions à René Roché

26 février 2017

Dernier président général de l’Association Rhin et Danube et membre du Conseil d’Administration de l’association « Le Souvenir Français »
rr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Parlez-nous de vous, de votre participation à la Seconde Guerre mondiale au sein de la Première Armée.

Je faisais partie d’un groupe de résistants. La  libération de Paris terminée, j’ai intégré le premier bataillon de chasseurs. Nous devions être rattachés à la 2ème DB, mais les autorités américaines ne le souhaitaient pas. Finalement, le Général de Lattre nous a recrutés, à condition d’arriver en Alsace par nos propres moyens. La femme du directeur de Renault a mis des camions à notre disposition et on est parti pour Munster.

Au sein d’un groupe de reconnaissance, je faisais fonction d’agent de liaison. Nous avons participé à la bataille de Colmar et à la garde du Rhin avant de gagner l’Allemagne. Nous avons traversé le Rhin dans des USM2 et nous étions équipés d’une mitraillette Sten. Notre capitaine nous a obligés à retirer le chargeur quand on ne les utilisait pas car ces Stens partaient toutes seules !

Je me rappellerai toujours du premier prisonnier que j’ai fait après notre traversée. Je suis rentré dans une maison et j’ai ouvert un placard. Derrière un rideau, j’ai vu une paire de bottes. J’ai tiré sur les bottes et j’ai trouvé un soldat allemand.

Par la suite, nous sommes descendus vers Donaueschingen et Radolfzell où il y avait une école de SS. Notre régiment avait fortement progressé et après une journée très dure de combat nous nous sommes retrouvés à 70 kilomètres devant la première ligne.

Nous avons atteint Constance. Nous devions continuer en direction de l’Autriche, mais c’était le 7 mai, veille de la capitulation des armées allemandes.

Nous avions quitté Paris 800 pour l’Alsace, 400 sont revenus sans blessures. J’ai été décoré de la croix de guerre, un vrai honneur pour le soldat de 2ème classe que j’étais.

2. Pouvez-vous nous parler de l’association Rhin et Danube, ce qu’elle fut, son rôle, son activité ainsi que votre rôle comme président ?

L’association Rhin et Danube avait pour objectif de sauvegarder  la mémoire de la Première Armée française et de son chef, le maréchal de Lattre. Dès que j’ai pris ma retraite, j’ai commencé à être actif dans l’association.  J’ai d’abord été élu secrétaire général puis président. Une petite « révolution » car je succédais à de nombreux généraux,  moi qui  n’étais que sergent !

La  rénovation de la nécropole de Sigolsheim est une de mes principales fiertés. Le maréchal de Lattre était à l’origine de la création de ce site funéraire où sont enterrés les combattants de la Première Armée morts pendant la guerre. J’ai poursuivi également les actions de l’association parmi lesquels l’hommage rendu au maréchal chaque janvier à Mouilleron-en-Pareds, l’organisation de séminaires et d’expositions ainsi que notre congrès annuel qui accueillit jusqu’à 3000 personnes. Nous avons également poursuivi la création de stèles et de monuments et l’apposition de plaques.

3. Comment s’est imposée la fusion entre Rhin et Danube et Le souvenir Français ? Quel bilan tirez-vous aujourd’hui de cette fusion ?

J’ai assuré la présidence de Rhin et Danube pendant neuf ans. Lors de cette présidence, nous avons commencé à imaginer le devenir des biens moraux et matériels de notre association, car nos adhérents étaient de moins en moins nombreux.  Nous avons beaucoup discuté avec le Général de Percin alors président général du Souvenir Français de l’avenir de l’association Rhin et Danube et ce que nous ferions quand il ne resterait plus d’anciens de la Première Armée. Nous avons alors décidé de signer un protocole qui prévoyait qu’au moment de la dissolution de l’association Rhin et Danube, les biens moraux et matériels seraient légués au Souvenir Français.

Je suis très heureux de la mise en œuvre de cette convention. Grâce au Souvenir Français, la mémoire de Rhin et Danube est aujourd’hui sauvegardée. Quelques exemples : la cravate de Rhin et Danube est placée  sur l’ensemble des drapeaux du Souvenir Français, un buste du Maréchal de Lattre réalisé par l’artiste Virgil vient d’être inauguré. Il sera placé dans la salle d’accueil du Souvenir Français. De nombreux drapeaux de Rhin et Danube sont déposés dans des  établissements scolaires comme  dans celui du Lycée Franco-Costaricien à Tres-Rios, du collège Jean Macé à Clichy (92), du collège Jean Moulin à Barbezieux-Saint-Hilaire (16), du collège Lou Castalles à Marguerittes (30) et du Lycée Français de Tokyo.

Cette fusion est essentielle. Elle permet  de faire vivre la mémoire de Rhin et Danube.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois Questions à René Roché

26 février 2017

Dernier président général de l’Association Rhin et Danube et membre du Conseil d’Administration de l’association « Le Souvenir Français »
rr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1. Parlez-nous de vous, de votre participation à la Seconde Guerre mondiale au sein de la Première Armée.

Je faisais partie d’un groupe de résistants. La  libération de Paris terminée, j’ai intégré le premier bataillon de chasseurs. Nous devions être rattachés à la 2ème DB, mais les autorités américaines ne le souhaitaient pas. Finalement, le Général de Lattre nous a recrutés, à condition d’arriver en Alsace par nos propres moyens. La femme du directeur de Renault a mis des camions à notre disposition et on est parti pour Munster.

Au sein d’un groupe de reconnaissance, je faisais fonction d’agent de liaison. Nous avons participé à la bataille de Colmar et à la garde du Rhin avant de gagner l’Allemagne. Nous avons traversé le Rhin dans des USM2 et nous étions équipés d’une mitraillette Sten. Notre capitaine nous a obligés à retirer le chargeur quand on ne les utilisait pas car ces Stens partaient toutes seules !

Je me rappellerai toujours du premier prisonnier que j’ai fait après notre traversée. Je suis rentré dans une maison et j’ai ouvert un placard. Derrière un rideau, j’ai vu une paire de bottes. J’ai tiré sur les bottes et j’ai trouvé un soldat allemand.

Par la suite, nous sommes descendus vers Donaueschingen et Radolfzell où il y avait une école de SS. Notre régiment avait fortement progressé et après une journée très dure de combat nous nous sommes retrouvés à 70 kilomètres devant la première ligne.

Nous avons atteint Constance. Nous devions continuer en direction de l’Autriche, mais c’était le 7 mai, veille de la capitulation des armées allemandes.

Nous avions quitté Paris 800 pour l’Alsace, 400 sont revenus sans blessures. J’ai été décoré de la croix de guerre, un vrai honneur pour le soldat de 2ème classe que j’étais.

2. Pouvez-vous nous parler de l’association Rhin et Danube, ce qu’elle fut, son rôle, son activité ainsi que votre rôle comme président ?

L’association Rhin et Danube avait pour objectif de sauvegarder  la mémoire de la Première Armée française et de son chef, le maréchal de Lattre. Dès que j’ai pris ma retraite, j’ai commencé à être actif dans l’association.  J’ai d’abord été élu secrétaire général puis président. Une petite « révolution » car je succédais à de nombreux généraux,  moi qui  n’étais que sergent !

La  rénovation de la nécropole de Sigolsheim est une de mes principales fiertés. Le maréchal de Lattre était à l’origine de la création de ce site funéraire où sont enterrés les combattants de la Première Armée morts pendant la guerre. J’ai poursuivi également les actions de l’association parmi lesquels l’hommage rendu au maréchal chaque janvier à Mouilleron-en-Pareds, l’organisation de séminaires et d’expositions ainsi que notre congrès annuel qui accueillit jusqu’à 3000 personnes. Nous avons également poursuivi la création de stèles et de monuments et l’apposition de plaques.

3. Comment s’est imposée la fusion entre Rhin et Danube et Le souvenir Français ? Quel bilan tirez-vous aujourd’hui de cette fusion ?

J’ai assuré la présidence de Rhin et Danube pendant neuf ans. Lors de cette présidence, nous avons commencé à imaginer le devenir des biens moraux et matériels de notre association, car nos adhérents étaient de moins en moins nombreux.  Nous avons beaucoup discuté avec le Général de Percin alors président général du Souvenir Français de l’avenir de l’association Rhin et Danube et ce que nous ferions quand il ne resterait plus d’anciens de la Première Armée. Nous avons alors décidé de signer un protocole qui prévoyait qu’au moment de la dissolution de l’association Rhin et Danube, les biens moraux et matériels seraient légués au Souvenir Français.

Je suis très heureux de la mise en œuvre de cette convention. Grâce au Souvenir Français, la mémoire de Rhin et Danube est aujourd’hui sauvegardée. Quelques exemples : la cravate de Rhin et Danube est placée  sur l’ensemble des drapeaux du Souvenir Français, un buste du Maréchal de Lattre réalisé par l’artiste Virgil vient d’être inauguré. Il sera placé dans la salle d’accueil du Souvenir Français. De nombreux drapeaux de Rhin et Danube sont déposés dans des  établissements scolaires comme  dans celui du Lycée Franco-Costaricien à Tres-Rios, du collège Jean Macé à Clichy (92), du collège Jean Moulin à Barbezieux-Saint-Hilaire (16), du collège Lou Castalles à Marguerittes (30) et du Lycée Français de Tokyo.

Cette fusion est essentielle. Elle permet  de faire vivre la mémoire de Rhin et Danube.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >