Trois questions à Jean-Claude Cunat

19 novembre 2019

Retraité de l’Education Nationale (enseignant puis personnel de direction), Jean-Claude Cunat est vice-président du Conseil Départemental de la Moselle, maire-adjoint de la commune de Sarreguemines (Moselle) et vice-président de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences (Moselle).

1. Pouvez-vous nous rappeler l’histoire de l’évacuation des Mosellans en 1939 – 1940 ?

Le 1er septembre 1939, la mobilisation générale en France déclenche une massive opération d’évacuation obligatoire des populations civiles habitant dans la zone avant de la ligne Maginot. En Moselle, du pays de Bitche à l’arrondissement de Thionville-est, les départs sont presque tous immédiats et simultanés. Les derniers habitants des confins luxembourgeois et meusiens partent en octobre.

Le 10 mai 1940, l’offensive allemande provoque une deuxième vague d’évacuations, derrière la ligne Maginot cette fois, dans les arrondissements de Thionville et de Boulay principalement.

300 000 Mosellans provenant de 300 communes quittent ainsi leurs maisons pour gagner en majorité des régions dont le choix a été arrêté par le gouvernement quelques mois auparavant : Charente et Vienne, départements auxquels s’ajoute la Charente-Inférieure, lorsque l’on s’aperçoit de la saturation prévisible des capacités d’accueil de la Charente. Les mineurs partent pour les départements industriels et miniers du Nord et du Centre manquant de main-d’œuvre du fait de la mobilisation. Ceux qui en ont les moyens trouvent un hébergement plus proche, chez des parents en Moselle, par exemple.

Cependant bon nombre de réfugiés mosellans de mai 1940 n’eurent pas les moyens de gagner l’ouest de la France et s’arrêtèrent en Bourgogne et dans le nord de l’Auvergne.

Les départements ayant également accueilli des Mosellans en nombre variable sont la Vienne, la Charente, la Charente-Maritime (anciennement Charente-inférieure), la Haute-Vienne, la Saône-et-Loire, le Rhône, la Côte-d’Or, les Hautes-Pyrénées, le Puy-de-Dôme, le Pas-de-Calais, le Tarn, la Corrèze, l’Allier, le Calvados, l’Ille-et-Vilaine, les Deux-Sèvres, l’Allier, la Gironde, l’Isère.

2. Depuis 80 ans comment s’est traduite l’inscription de cet épisode historique, dans la mémoire des départements de la Vienne et de la Moselle ?

Près de 30 communes mosellanes (sur 168 communes évacuées dans la Vienne) entretiennent des liens étroits, majoritairement par des jumelages, avec les communes viennoises accueillantes. Des délégations s’y rendent régulièrement, alternant avec la venue de représentants des municipalités viennoises.

Certains clubs sportifs rencontrent leurs homologues de la Vienne pour des compétitions amicales. Dans les deux départements, des places ou rues ont été rebaptisées du nom de la commune accueillante ou évacuée.

Sur un plan plus individuel, des familles mosellanes maintiennent des relations avec les familles viennoises qui les ont accueillies ou qui ont connu leurs parents.

De tels usages existent également entre les communes évacuées et les communes des autres départements accueillants, mais ils ne sont pas recensés avec précision.

3. Pouvez-vous nous présenter les initiatives du 80ème anniversaire ?

Les départements de la Moselle et de la Vienne ont décidé d’organiser un cycle de manifestations sur leurs territoires respectifs pour commémorer ces déplacements de population.

Une conférence de presse, conduite par les Présidents des deux départements s’est tenue à Paris le 19 juin 2019 aux Invalides. Au cours de celle-ci, le programme des commémorations qui se tiendront en Moselle et en Vienne a été annoncé. Il s’agit en effet de rappeler un épisode douloureux malheureusement très peu connu, voire méconnu au niveau national.

Du 5 au 8 septembre 2019, une délégation mosellane d’une soixantaine de personnes, s’est rendue dans la Vienne. Le département de la Vienne a édité un livre sur le sujet dans lequel le rôle du Conseil Général de la Moselle et de Robert Schuman, élu national et départemental, sont évoqués.

Une plaque commémorative a été offerte aux Maires des communes viennoises jumelées à des municipalités mosellanes lors du déplacement de la délégation.

Une plaque identique pourrait être réalisée et apposée sur le fronton des mairies mosellanes dont la population a été évacuée. La pose de ces plaques renforcerait un lien entre ces territoires qui ont en commun cette histoire partagée.

Un film intitulé « Un exil intérieur, les évacués de la Moselle », à partir des témoignages des derniers évacués, est en cours de réalisation. En tant qu’outil pédagogique, il sera mis à la disposition des collèges des mairies concernées et de celles qui seraient intéressées.

Un cycle de conférences sensibilisera un large public à cette période de notre histoire et aux commémorations qui y sont liées.

Un recensement des initiatives locales, actuellement en cours en Moselle, permettra d’associer leurs responsables à ces commémorations.

Une grande commémoration sera organisée en Moselle. Les dates et lieu restent à être précisés (mai ou juin 2020). En plus de la Vienne, les autres départements ayant également accueilli des Mosellans, tant évacués de 1939 qu’expulsés de 1940, y seront conviés (Charente, Charente-Maritime, Saône-et-Loire, Rhône, Côte-d’Or, Hautes-Pyrénées, Puy-de-Dôme, Pas-de-Calais, Tarn, Corrèze, Allier etc.).

Au cours de ces 3 jours, dont le programme est en cours d’élaboration, le film « Un exil intérieur, les évacués de la Moselle » sera projeté en avant-première. Des partenaires culturels du département seront associés pour la création d’un spectacle vivant. Une soirée prestige avec la participation de l’orchestre symphonique de Thionville clôturera ces manifestations.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois questions à Jean-Claude Cunat

19 novembre 2019

Retraité de l’Education Nationale (enseignant puis personnel de direction), Jean-Claude Cunat est vice-président du Conseil Départemental de la Moselle, maire-adjoint de la commune de Sarreguemines (Moselle) et vice-président de la Communauté d’Agglomération Sarreguemines Confluences (Moselle).

1. Pouvez-vous nous rappeler l’histoire de l’évacuation des Mosellans en 1939 – 1940 ?

Le 1er septembre 1939, la mobilisation générale en France déclenche une massive opération d’évacuation obligatoire des populations civiles habitant dans la zone avant de la ligne Maginot. En Moselle, du pays de Bitche à l’arrondissement de Thionville-est, les départs sont presque tous immédiats et simultanés. Les derniers habitants des confins luxembourgeois et meusiens partent en octobre.

Le 10 mai 1940, l’offensive allemande provoque une deuxième vague d’évacuations, derrière la ligne Maginot cette fois, dans les arrondissements de Thionville et de Boulay principalement.

300 000 Mosellans provenant de 300 communes quittent ainsi leurs maisons pour gagner en majorité des régions dont le choix a été arrêté par le gouvernement quelques mois auparavant : Charente et Vienne, départements auxquels s’ajoute la Charente-Inférieure, lorsque l’on s’aperçoit de la saturation prévisible des capacités d’accueil de la Charente. Les mineurs partent pour les départements industriels et miniers du Nord et du Centre manquant de main-d’œuvre du fait de la mobilisation. Ceux qui en ont les moyens trouvent un hébergement plus proche, chez des parents en Moselle, par exemple.

Cependant bon nombre de réfugiés mosellans de mai 1940 n’eurent pas les moyens de gagner l’ouest de la France et s’arrêtèrent en Bourgogne et dans le nord de l’Auvergne.

Les départements ayant également accueilli des Mosellans en nombre variable sont la Vienne, la Charente, la Charente-Maritime (anciennement Charente-inférieure), la Haute-Vienne, la Saône-et-Loire, le Rhône, la Côte-d’Or, les Hautes-Pyrénées, le Puy-de-Dôme, le Pas-de-Calais, le Tarn, la Corrèze, l’Allier, le Calvados, l’Ille-et-Vilaine, les Deux-Sèvres, l’Allier, la Gironde, l’Isère.

2. Depuis 80 ans comment s’est traduite l’inscription de cet épisode historique, dans la mémoire des départements de la Vienne et de la Moselle ?

Près de 30 communes mosellanes (sur 168 communes évacuées dans la Vienne) entretiennent des liens étroits, majoritairement par des jumelages, avec les communes viennoises accueillantes. Des délégations s’y rendent régulièrement, alternant avec la venue de représentants des municipalités viennoises.

Certains clubs sportifs rencontrent leurs homologues de la Vienne pour des compétitions amicales. Dans les deux départements, des places ou rues ont été rebaptisées du nom de la commune accueillante ou évacuée.

Sur un plan plus individuel, des familles mosellanes maintiennent des relations avec les familles viennoises qui les ont accueillies ou qui ont connu leurs parents.

De tels usages existent également entre les communes évacuées et les communes des autres départements accueillants, mais ils ne sont pas recensés avec précision.

3. Pouvez-vous nous présenter les initiatives du 80ème anniversaire ?

Les départements de la Moselle et de la Vienne ont décidé d’organiser un cycle de manifestations sur leurs territoires respectifs pour commémorer ces déplacements de population.

Une conférence de presse, conduite par les Présidents des deux départements s’est tenue à Paris le 19 juin 2019 aux Invalides. Au cours de celle-ci, le programme des commémorations qui se tiendront en Moselle et en Vienne a été annoncé. Il s’agit en effet de rappeler un épisode douloureux malheureusement très peu connu, voire méconnu au niveau national.

Du 5 au 8 septembre 2019, une délégation mosellane d’une soixantaine de personnes, s’est rendue dans la Vienne. Le département de la Vienne a édité un livre sur le sujet dans lequel le rôle du Conseil Général de la Moselle et de Robert Schuman, élu national et départemental, sont évoqués.

Une plaque commémorative a été offerte aux Maires des communes viennoises jumelées à des municipalités mosellanes lors du déplacement de la délégation.

Une plaque identique pourrait être réalisée et apposée sur le fronton des mairies mosellanes dont la population a été évacuée. La pose de ces plaques renforcerait un lien entre ces territoires qui ont en commun cette histoire partagée.

Un film intitulé « Un exil intérieur, les évacués de la Moselle », à partir des témoignages des derniers évacués, est en cours de réalisation. En tant qu’outil pédagogique, il sera mis à la disposition des collèges des mairies concernées et de celles qui seraient intéressées.

Un cycle de conférences sensibilisera un large public à cette période de notre histoire et aux commémorations qui y sont liées.

Un recensement des initiatives locales, actuellement en cours en Moselle, permettra d’associer leurs responsables à ces commémorations.

Une grande commémoration sera organisée en Moselle. Les dates et lieu restent à être précisés (mai ou juin 2020). En plus de la Vienne, les autres départements ayant également accueilli des Mosellans, tant évacués de 1939 qu’expulsés de 1940, y seront conviés (Charente, Charente-Maritime, Saône-et-Loire, Rhône, Côte-d’Or, Hautes-Pyrénées, Puy-de-Dôme, Pas-de-Calais, Tarn, Corrèze, Allier etc.).

Au cours de ces 3 jours, dont le programme est en cours d’élaboration, le film « Un exil intérieur, les évacués de la Moselle » sera projeté en avant-première. Des partenaires culturels du département seront associés pour la création d’un spectacle vivant. Une soirée prestige avec la participation de l’orchestre symphonique de Thionville clôturera ces manifestations.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >