Trois questions à Grazyna Matkowska

5 juillet 2021

La déléguée générale du Souvenir Français pour la Pologne

1-Quelles sont les raisons de votre engagement au Souvenir Français ?

La Direction Générale du Souvenir Français a suggéré que mon prédécesseur qui avait 90 ans et qui était en même temps le vice-président de l’association Rhin et Danube de Pologne devait être remplacé par quelqu’un de plus jeune. Je ne suis pas membre de l’association Rhin et Danube mais j’accompagnais mon père, président de l’association, aux assemblées et je commençais à comprendre en quoi constituait le rôle de gardien de la mémoire que les anciens portaient dans leurs cœurs et qu’ils exprimaient à travers leur engagement et leurs actions. Participant à un voyage dans les Vosges organisé par le Souvenir Français de Strasbourg auquel étaient invités les membres de l’association Rhin et Danube de Pologne, j’ai découvert l’histoire de mon père et de ses frères d’armes dans la Première Armée Française. J’étais alors la seule de la génération des enfants qui connaissait la langue française. Mon devoir de transmettre aux générations futures la mémoire de l’engagement de nos parents pour combattre le nazisme s’imposait.

2-Quels sont les principaux lieux de la mémoire française en Pologne ?

En Pologne, il existe plus de 60 lieux mémoriels français. Les plus connus sont :

-Le cimetière militaire de Gdansk avec le regroupement de 1359 Français dont 832 identifiés. La majorité sont morts lors de la Seconde Guerre mondiale.

-Le monument consacré à la mémoire du maréchal de Lattre de Tassigny au carré français du cimetière militaire de Varsovie, créé et dévoilé en 2000 par les anciens de l’association Rhin et Danube de Pologne. Mon père était à l’initiative de ce projet. A gauche du monument central on peut lire les noms des soldats polonais de la Première Armée Français « Morts pour la France » en France.

-Le monument dédié aux Français de l’armée Haller et de la Mission du Maréchal Weygand au cimetière civil Powazki de Varsovie.

-Le monument dédié à la mémoire des prisonniers français et belges emprisonnés dans le Stalag 369 de Cracovie.

-Le cimetière de Lambinowice avec le carré français de 52 prisonniers de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et où se trouve un monument consacré à la mémoire de cette guerre.

-Le cimetière des combattants de la forteresse de Modlin durant la guerre polono-soviétique.

-Le camp de concentration de Sonnenburg à Slonks où, dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, les SS ont fusillé 891 prisonniers, dont plus de 500 Français.

-Le Stalag (camp de prisonniers) à Sudowa près d’Olsztynek.

-Les sépultures de deux pilotes de Normandie-Niemen, portés disparus et très récemment découvertes, grâce à l’ouverture des archives de Moscou.

-La stèle « De Napoléon à Anders », dévoilée en 2015 et qui commémore les combats communs des Français et des Polonais. Elle a été créée par les membres de l’association Rhin et Danube de Pologne. Mon père a conçu la stèle.

3Quelles sont les principales activités du Souvenir Français en Pologne ?

La délégation se déplace très souvent sur les lieux de la mémoire française et y dépose des fleurs, et quand c’est possible, y fait venir un drapeau du Souvenir Français, et bien évidemment, est présente lors des journées commémoratives nationales françaises. Elle s’occupe de son organisation interne pour être efficace sur le terrain, et organise des cérémonies de remise de récompense pour les bénévoles de la délégation.

Chaque année, le 11 novembre, un voyage est organisé à la nécropole de Gdansk par le consulat français à Gdansk, auquel participe le Souvenir Français, des représentants de l’ambassade de France en Pologne et les membres de l’association Rhin et Danube.

Le 18 juin, la délégation participe à la cérémonie en hommage à l’appel du général de Gaulle devant le monument du cimetière militaire de Varsovie. En 2020 et en 2021, la délégation a travaillé sur différents projets :

Des voyages de reconnaissance ont été organisés à Lambinowice, à Pita, Modlin et Olsztynek. La délégation a également participé aux cérémonies organisées par les autorités de Stonsk au camp de concentration de Sonnenburg.

La délégation s’est également rendue au camp de concentration d’Auschwitz, en présence du consul de Cracovie et d’une délégation du Souvenir Français venue de France.

Enfin l’un des derniers grands projets de la délégation fut l’organisation d’un concert historique pour présenter à travers l’histoire, l’amitié franco-polonaise, avec les chansons de soldats françaises et polonaises. Le concert a été présenté en Pologne et en France.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois questions à Grazyna Matkowska

5 juillet 2021

La déléguée générale du Souvenir Français pour la Pologne

1-Quelles sont les raisons de votre engagement au Souvenir Français ?

La Direction Générale du Souvenir Français a suggéré que mon prédécesseur qui avait 90 ans et qui était en même temps le vice-président de l’association Rhin et Danube de Pologne devait être remplacé par quelqu’un de plus jeune. Je ne suis pas membre de l’association Rhin et Danube mais j’accompagnais mon père, président de l’association, aux assemblées et je commençais à comprendre en quoi constituait le rôle de gardien de la mémoire que les anciens portaient dans leurs cœurs et qu’ils exprimaient à travers leur engagement et leurs actions. Participant à un voyage dans les Vosges organisé par le Souvenir Français de Strasbourg auquel étaient invités les membres de l’association Rhin et Danube de Pologne, j’ai découvert l’histoire de mon père et de ses frères d’armes dans la Première Armée Française. J’étais alors la seule de la génération des enfants qui connaissait la langue française. Mon devoir de transmettre aux générations futures la mémoire de l’engagement de nos parents pour combattre le nazisme s’imposait.

2-Quels sont les principaux lieux de la mémoire française en Pologne ?

En Pologne, il existe plus de 60 lieux mémoriels français. Les plus connus sont :

-Le cimetière militaire de Gdansk avec le regroupement de 1359 Français dont 832 identifiés. La majorité sont morts lors de la Seconde Guerre mondiale.

-Le monument consacré à la mémoire du maréchal de Lattre de Tassigny au carré français du cimetière militaire de Varsovie, créé et dévoilé en 2000 par les anciens de l’association Rhin et Danube de Pologne. Mon père était à l’initiative de ce projet. A gauche du monument central on peut lire les noms des soldats polonais de la Première Armée Français « Morts pour la France » en France.

-Le monument dédié aux Français de l’armée Haller et de la Mission du Maréchal Weygand au cimetière civil Powazki de Varsovie.

-Le monument dédié à la mémoire des prisonniers français et belges emprisonnés dans le Stalag 369 de Cracovie.

-Le cimetière de Lambinowice avec le carré français de 52 prisonniers de la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et où se trouve un monument consacré à la mémoire de cette guerre.

-Le cimetière des combattants de la forteresse de Modlin durant la guerre polono-soviétique.

-Le camp de concentration de Sonnenburg à Slonks où, dans la nuit du 30 au 31 janvier 1945, les SS ont fusillé 891 prisonniers, dont plus de 500 Français.

-Le Stalag (camp de prisonniers) à Sudowa près d’Olsztynek.

-Les sépultures de deux pilotes de Normandie-Niemen, portés disparus et très récemment découvertes, grâce à l’ouverture des archives de Moscou.

-La stèle « De Napoléon à Anders », dévoilée en 2015 et qui commémore les combats communs des Français et des Polonais. Elle a été créée par les membres de l’association Rhin et Danube de Pologne. Mon père a conçu la stèle.

3Quelles sont les principales activités du Souvenir Français en Pologne ?

La délégation se déplace très souvent sur les lieux de la mémoire française et y dépose des fleurs, et quand c’est possible, y fait venir un drapeau du Souvenir Français, et bien évidemment, est présente lors des journées commémoratives nationales françaises. Elle s’occupe de son organisation interne pour être efficace sur le terrain, et organise des cérémonies de remise de récompense pour les bénévoles de la délégation.

Chaque année, le 11 novembre, un voyage est organisé à la nécropole de Gdansk par le consulat français à Gdansk, auquel participe le Souvenir Français, des représentants de l’ambassade de France en Pologne et les membres de l’association Rhin et Danube.

Le 18 juin, la délégation participe à la cérémonie en hommage à l’appel du général de Gaulle devant le monument du cimetière militaire de Varsovie. En 2020 et en 2021, la délégation a travaillé sur différents projets :

Des voyages de reconnaissance ont été organisés à Lambinowice, à Pita, Modlin et Olsztynek. La délégation a également participé aux cérémonies organisées par les autorités de Stonsk au camp de concentration de Sonnenburg.

La délégation s’est également rendue au camp de concentration d’Auschwitz, en présence du consul de Cracovie et d’une délégation du Souvenir Français venue de France.

Enfin l’un des derniers grands projets de la délégation fut l’organisation d’un concert historique pour présenter à travers l’histoire, l’amitié franco-polonaise, avec les chansons de soldats françaises et polonaises. Le concert a été présenté en Pologne et en France.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >