Trois questions à Colette Martin-Catherine

6 octobre 2021

Colette Marin-Catherine, ancienne Résistante a récemment participé au documentaire Colette, réalisé par Anthony Giacchino et co-produit par Alice Doyard.

Le documentaire de 25 minutes suit le parcours de Colette Marin-Catherine qui part sur les traces de son frère résistant déporté au camp de Dora. Jean-Pierre Catherine meurt durant sa déportation. Colette est accompagnée par Lucie, une étudiante qui travaille sur le dictionnaire biographique des 9000 déportés français passés par le camp de Nordhausen.

Elles se rendent toutes deux sur les ruines du camp de Dora, là où est passé Jean-Pierre Catherine, le frère de Colette.

Colette a été récompensé à la cérémonie des Oscars en avril 2021 à Los Angeles où il a reçu le meilleur prix du documentaire.

Madame Colette Marin-Catherine est adhérente du comité de Ouistreham du Souvenir Français dans le Calvados et a accepté de répondre aux trois questions du Souvenir Français, posées par Gérard Le Roux, président du comité de Ouistreham.

Affiche du documentaire

1-Pourriez-vous nous parler de votre engagement dans la Résistance ?

Mon engagement dans la Résistance était une évidence, un choix, un sens de vie, car tout dans mon contexte familial m’y conduisait : une famille d’origine lorraine, des grands-pères officiers de gendarmerie, un vécu intense de la guerre de 14-18, un grand-père et deux de mes oncles tués durant la Première Guerre mondiale, mon propre père, sous-marinier survivant des Dardanelles puis blessé à Dixmude. Durant la guerre de 39-45, mes deux frères furent déportés : l’ainé réfractaire au STO fut arrêté dans une rafle et le cadet, résistant fut arrêté à 17 ans et mort à Dora à 19 ans. Ne pas m’engager dans la Résistance aurait été d’une lâcheté inconcevable au regard de mon passé. En outre c’était l’expression du sens de ma vie face aux vraies valeurs humaines.

Je veux insister sur un point : juste après la guerre, vouloir témoigner m’apparaissait presque provocateur. Il y avait tant de pseudo-résistants, de « héros d’opérette », qui faisaient tout pour « occuper la scène ». J’ai préféré me taire. J’aurais eu le sentiment de cautionner des faussaires.

2-Vous avez accepté de témoigner dans un film afin de rendre hommage à votre frère décédé à Dora. Pourquoi ?

Lorsque l’on m’a proposé de témoigner dans ce film, et de rendre hommage à mon frère Jean-Pierre, j’ai pensé que le temps était venu de le sortir enfin de « nuit et brouillard ». J’ai accepté car c’était simplement « Justice lui rendre ». Et puis au moment où la jeunesse de notre époque se pose et pose tant de problèmes, l’engagement redevient à mes yeux une obligation.

3-Vous êtes membre du Souvenir Français. Comment concevez-vous le rôle de cette association comme acteur de mémoire ?

Je veux rappeler que ma mère fut déléguée générale du Souvenir Français de 1918 à 1939. Je veux donc simplement  poursuivre son destin.  Le rôle du Souvenir Français est à mes yeux d’accompagner la mémoire et l’espoir, de concilier souvenir et avenir.

Pour voir le documentaire : https://youtu.be/J7uBf1gD6JY

Remise à titre posthume de la médaille de la Résistance à Jean-Pierre Catherine par Emmanuel Macron le 18 juin 2021. Photo : Lucie Fouble.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

Colette Marin-Catherine, ancienne Résistante a récemment participé au documentaire Colette, réalisé par Anthony Giacchino et co-produit par Alice Doyard.

Le documentaire de 25 minutes suit le parcours de Colette Marin-Catherine qui part sur les traces de son frère résistant déporté au camp de Dora. Jean-Pierre Catherine meurt durant sa déportation. Colette est accompagnée par Lucie, une étudiante qui travaille sur le dictionnaire biographique des 9000 déportés français passés par le camp de Nordhausen.

Elles se rendent toutes deux sur les ruines du camp de Dora, là où est passé Jean-Pierre Catherine, le frère de Colette.

Colette a été récompensé à la cérémonie des Oscars en avril 2021 à Los Angeles où il a reçu le meilleur prix du documentaire.

Madame Colette Marin-Catherine est adhérente du comité de Ouistreham du Souvenir Français dans le Calvados et a accepté de répondre aux trois questions du Souvenir Français, posées par Gérard Le Roux, président du comité de Ouistreham.

Affiche du documentaire

1-Pourriez-vous nous parler de votre engagement dans la Résistance ?

Mon engagement dans la Résistance était une évidence, un choix, un sens de vie, car tout dans mon contexte familial m’y conduisait : une famille d’origine lorraine, des grands-pères officiers de gendarmerie, un vécu intense de la guerre de 14-18, un grand-père et deux de mes oncles tués durant la Première Guerre mondiale, mon propre père, sous-marinier survivant des Dardanelles puis blessé à Dixmude. Durant la guerre de 39-45, mes deux frères furent déportés : l’ainé réfractaire au STO fut arrêté dans une rafle et le cadet, résistant fut arrêté à 17 ans et mort à Dora à 19 ans. Ne pas m’engager dans la Résistance aurait été d’une lâcheté inconcevable au regard de mon passé. En outre c’était l’expression du sens de ma vie face aux vraies valeurs humaines.

Je veux insister sur un point : juste après la guerre, vouloir témoigner m’apparaissait presque provocateur. Il y avait tant de pseudo-résistants, de « héros d’opérette », qui faisaient tout pour « occuper la scène ». J’ai préféré me taire. J’aurais eu le sentiment de cautionner des faussaires.

2-Vous avez accepté de témoigner dans un film afin de rendre hommage à votre frère décédé à Dora. Pourquoi ?

Lorsque l’on m’a proposé de témoigner dans ce film, et de rendre hommage à mon frère Jean-Pierre, j’ai pensé que le temps était venu de le sortir enfin de « nuit et brouillard ». J’ai accepté car c’était simplement « Justice lui rendre ». Et puis au moment où la jeunesse de notre époque se pose et pose tant de problèmes, l’engagement redevient à mes yeux une obligation.

3-Vous êtes membre du Souvenir Français. Comment concevez-vous le rôle de cette association comme acteur de mémoire ?

Je veux rappeler que ma mère fut déléguée générale du Souvenir Français de 1918 à 1939. Je veux donc simplement  poursuivre son destin.  Le rôle du Souvenir Français est à mes yeux d’accompagner la mémoire et l’espoir, de concilier souvenir et avenir.

Pour voir le documentaire : https://youtu.be/J7uBf1gD6JY

Remise à titre posthume de la médaille de la Résistance à Jean-Pierre Catherine par Emmanuel Macron le 18 juin 2021. Photo : Lucie Fouble.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >