Trois questions à Colette Martin-Catherine

6 octobre 2021

Colette Marin-Catherine, ancienne Résistante a récemment participé au documentaire Colette, réalisé par Anthony Giacchino et co-produit par Alice Doyard.

Le documentaire de 25 minutes suit le parcours de Colette Marin-Catherine qui part sur les traces de son frère résistant déporté au camp de Dora. Jean-Pierre Catherine meurt durant sa déportation. Colette est accompagnée par Lucie, une étudiante qui travaille sur le dictionnaire biographique des 9000 déportés français passés par le camp de Nordhausen.

Elles se rendent toutes deux sur les ruines du camp de Dora, là où est passé Jean-Pierre Catherine, le frère de Colette.

Colette a été récompensé à la cérémonie des Oscars en avril 2021 à Los Angeles où il a reçu le meilleur prix du documentaire.

Madame Colette Marin-Catherine est adhérente du comité de Ouistreham du Souvenir Français dans le Calvados et a accepté de répondre aux trois questions du Souvenir Français, posées par Gérard Le Roux, président du comité de Ouistreham.

Affiche du documentaire

1-Pourriez-vous nous parler de votre engagement dans la Résistance ?

Mon engagement dans la Résistance était une évidence, un choix, un sens de vie, car tout dans mon contexte familial m’y conduisait : une famille d’origine lorraine, des grands-pères officiers de gendarmerie, un vécu intense de la guerre de 14-18, un grand-père et deux de mes oncles tués durant la Première Guerre mondiale, mon propre père, sous-marinier survivant des Dardanelles puis blessé à Dixmude. Durant la guerre de 39-45, mes deux frères furent déportés : l’ainé réfractaire au STO fut arrêté dans une rafle et le cadet, résistant fut arrêté à 17 ans et mort à Dora à 19 ans. Ne pas m’engager dans la Résistance aurait été d’une lâcheté inconcevable au regard de mon passé. En outre c’était l’expression du sens de ma vie face aux vraies valeurs humaines.

Je veux insister sur un point : juste après la guerre, vouloir témoigner m’apparaissait presque provocateur. Il y avait tant de pseudo-résistants, de « héros d’opérette », qui faisaient tout pour « occuper la scène ». J’ai préféré me taire. J’aurais eu le sentiment de cautionner des faussaires.

2-Vous avez accepté de témoigner dans un film afin de rendre hommage à votre frère décédé à Dora. Pourquoi ?

Lorsque l’on m’a proposé de témoigner dans ce film, et de rendre hommage à mon frère Jean-Pierre, j’ai pensé que le temps était venu de le sortir enfin de « nuit et brouillard ». J’ai accepté car c’était simplement « Justice lui rendre ». Et puis au moment où la jeunesse de notre époque se pose et pose tant de problèmes, l’engagement redevient à mes yeux une obligation.

3-Vous êtes membre du Souvenir Français. Comment concevez-vous le rôle de cette association comme acteur de mémoire ?

Je veux rappeler que ma mère fut déléguée générale du Souvenir Français de 1918 à 1939. Je veux donc simplement  poursuivre son destin.  Le rôle du Souvenir Français est à mes yeux d’accompagner la mémoire et l’espoir, de concilier souvenir et avenir.

Pour voir le documentaire : https://youtu.be/J7uBf1gD6JY

Remise à titre posthume de la médaille de la Résistance à Jean-Pierre Catherine par Emmanuel Macron le 18 juin 2021. Photo : Lucie Fouble.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
27 avril 2022

Bilan des activités du Président général

24 mars 2022 : publication du grand entretien dans la revue Historiens et Géographes de l’association de professeur d’histoire et de géographie. Pour lire l’entretien, cliquer ICI Revue de l’APHG 28 mars 2022 : Interview réalisée pour l’association Les papillons de Jour. Logo de l’association Samedi 2 avril 2022 : Inauguration du monument ossuaire de Dolmo Karaslari en […]

Voir l'article >

Billet d’humeur

Vladimir Poutine et la mémoire combattante russe à Paris. Deux monuments illustrent la volonté de Vladimir Poutine d’enraciner une mémoire combattante russe sur le territoire parisien. Deux monuments sont la parfaite illustration de la volonté de construire une « certaine mémoire ». Le premier est situé au Père Lachaise. Erigé dans l’allée des Anciens Combattants, il clôt […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois questions à Colette Martin-Catherine

6 octobre 2021

Colette Marin-Catherine, ancienne Résistante a récemment participé au documentaire Colette, réalisé par Anthony Giacchino et co-produit par Alice Doyard.

Le documentaire de 25 minutes suit le parcours de Colette Marin-Catherine qui part sur les traces de son frère résistant déporté au camp de Dora. Jean-Pierre Catherine meurt durant sa déportation. Colette est accompagnée par Lucie, une étudiante qui travaille sur le dictionnaire biographique des 9000 déportés français passés par le camp de Nordhausen.

Elles se rendent toutes deux sur les ruines du camp de Dora, là où est passé Jean-Pierre Catherine, le frère de Colette.

Colette a été récompensé à la cérémonie des Oscars en avril 2021 à Los Angeles où il a reçu le meilleur prix du documentaire.

Madame Colette Marin-Catherine est adhérente du comité de Ouistreham du Souvenir Français dans le Calvados et a accepté de répondre aux trois questions du Souvenir Français, posées par Gérard Le Roux, président du comité de Ouistreham.

Affiche du documentaire

1-Pourriez-vous nous parler de votre engagement dans la Résistance ?

Mon engagement dans la Résistance était une évidence, un choix, un sens de vie, car tout dans mon contexte familial m’y conduisait : une famille d’origine lorraine, des grands-pères officiers de gendarmerie, un vécu intense de la guerre de 14-18, un grand-père et deux de mes oncles tués durant la Première Guerre mondiale, mon propre père, sous-marinier survivant des Dardanelles puis blessé à Dixmude. Durant la guerre de 39-45, mes deux frères furent déportés : l’ainé réfractaire au STO fut arrêté dans une rafle et le cadet, résistant fut arrêté à 17 ans et mort à Dora à 19 ans. Ne pas m’engager dans la Résistance aurait été d’une lâcheté inconcevable au regard de mon passé. En outre c’était l’expression du sens de ma vie face aux vraies valeurs humaines.

Je veux insister sur un point : juste après la guerre, vouloir témoigner m’apparaissait presque provocateur. Il y avait tant de pseudo-résistants, de « héros d’opérette », qui faisaient tout pour « occuper la scène ». J’ai préféré me taire. J’aurais eu le sentiment de cautionner des faussaires.

2-Vous avez accepté de témoigner dans un film afin de rendre hommage à votre frère décédé à Dora. Pourquoi ?

Lorsque l’on m’a proposé de témoigner dans ce film, et de rendre hommage à mon frère Jean-Pierre, j’ai pensé que le temps était venu de le sortir enfin de « nuit et brouillard ». J’ai accepté car c’était simplement « Justice lui rendre ». Et puis au moment où la jeunesse de notre époque se pose et pose tant de problèmes, l’engagement redevient à mes yeux une obligation.

3-Vous êtes membre du Souvenir Français. Comment concevez-vous le rôle de cette association comme acteur de mémoire ?

Je veux rappeler que ma mère fut déléguée générale du Souvenir Français de 1918 à 1939. Je veux donc simplement  poursuivre son destin.  Le rôle du Souvenir Français est à mes yeux d’accompagner la mémoire et l’espoir, de concilier souvenir et avenir.

Pour voir le documentaire : https://youtu.be/J7uBf1gD6JY

Remise à titre posthume de la médaille de la Résistance à Jean-Pierre Catherine par Emmanuel Macron le 18 juin 2021. Photo : Lucie Fouble.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
27 avril 2022

Bilan des activités du Président général

24 mars 2022 : publication du grand entretien dans la revue Historiens et Géographes de l’association de professeur d’histoire et de géographie. Pour lire l’entretien, cliquer ICI Revue de l’APHG 28 mars 2022 : Interview réalisée pour l’association Les papillons de Jour. Logo de l’association Samedi 2 avril 2022 : Inauguration du monument ossuaire de Dolmo Karaslari en […]

Voir l'article >

Billet d’humeur

Vladimir Poutine et la mémoire combattante russe à Paris. Deux monuments illustrent la volonté de Vladimir Poutine d’enraciner une mémoire combattante russe sur le territoire parisien. Deux monuments sont la parfaite illustration de la volonté de construire une « certaine mémoire ». Le premier est situé au Père Lachaise. Erigé dans l’allée des Anciens Combattants, il clôt […]

Voir l'article >