La tombe de Gabriel BOISSY

27 octobre 2017

En 1923, les Français se préoccupaient de trouver un acte symbolique par lequel ils pourraient commémorer le 11 novembre et entretenir la mémoire des poilus. Gabriel Boissy, alors journaliste à « l’Intransigeant » proposa de placer au-dessus de la tombe du Soldat inconnu une flamme qui rappelle le sacrifice et le souvenir des soldats. Son idée souleva l’enthousiasme général. Ainsi pour la première fois le 11 novembre 1923 la Flamme du souvenir sur la tombe du Soldat inconnu est allumée par le Ministre de la Guerre, André Maginot. Depuis ce jour, la Flamme est ravivée chaque soir, à 18h30.

Gabriel Boissy prend ensuite le poste de rédacteur à la revue « Comoedia » où il reste jusqu’à sa retraite. Il décède le 26 février 1949 et est inhumé au cimetière de Souvignargues dans le Gard, village d’origine de son épouse.

La tombe de M. Gabriel Boissy est restée longtemps ignorée en dehors de Souvignargues. En 2011, lors de la commémoration de l’armistice un porte-drapeau de l’Union des Blessés de la Face (Gueules Cassées), Daniel TAMAGNI la découvre en état d’abandon. Il alerte les autorités et la tombe est rénovée avec l’aide du Souvenir Français et des Gueules Cassées.

 Elle a été inaugurée le 11 novembre 2012. Après un financement de restructuration de la tombe assuré par Le Souvenir Français, M. TAMAGNI entretient aujourd’hui la tombe. Chaque année une cérémonie se déroulera sur la tombe de Gabriel Boissy.

Le 11 novembre 1923 le Ministre de Guerre, André Maginot, allume la flamme.

Contact : Jean-Marie VIARDOT, délégué général du Souvenir Français pour le Gard, jmviardot@free.fr

Annexe : L’édition de l’Excelsior du 12 novembre 1923 

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

La tombe de Gabriel BOISSY

27 octobre 2017

En 1923, les Français se préoccupaient de trouver un acte symbolique par lequel ils pourraient commémorer le 11 novembre et entretenir la mémoire des poilus. Gabriel Boissy, alors journaliste à « l’Intransigeant » proposa de placer au-dessus de la tombe du Soldat inconnu une flamme qui rappelle le sacrifice et le souvenir des soldats. Son idée souleva l’enthousiasme général. Ainsi pour la première fois le 11 novembre 1923 la Flamme du souvenir sur la tombe du Soldat inconnu est allumée par le Ministre de la Guerre, André Maginot. Depuis ce jour, la Flamme est ravivée chaque soir, à 18h30.

Gabriel Boissy prend ensuite le poste de rédacteur à la revue « Comoedia » où il reste jusqu’à sa retraite. Il décède le 26 février 1949 et est inhumé au cimetière de Souvignargues dans le Gard, village d’origine de son épouse.

La tombe de M. Gabriel Boissy est restée longtemps ignorée en dehors de Souvignargues. En 2011, lors de la commémoration de l’armistice un porte-drapeau de l’Union des Blessés de la Face (Gueules Cassées), Daniel TAMAGNI la découvre en état d’abandon. Il alerte les autorités et la tombe est rénovée avec l’aide du Souvenir Français et des Gueules Cassées.

 Elle a été inaugurée le 11 novembre 2012. Après un financement de restructuration de la tombe assuré par Le Souvenir Français, M. TAMAGNI entretient aujourd’hui la tombe. Chaque année une cérémonie se déroulera sur la tombe de Gabriel Boissy.

Le 11 novembre 1923 le Ministre de Guerre, André Maginot, allume la flamme.

Contact : Jean-Marie VIARDOT, délégué général du Souvenir Français pour le Gard, jmviardot@free.fr

Annexe : L’édition de l’Excelsior du 12 novembre 1923 

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >