Sous les projecteurs

31 mai 2018

Auguste Chabrol – Juste parmi les Nations

Auguste Chabrol, né en 1874, était ébéniste à Aubagne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a caché Edgar Joseph Zmiro, père d’une famille juive, au péril de sa vie. En 2005, Francine Zmiro, la fille d’Edgar Zmiro, a entrepris des démarches pour que le geste d’Auguste Chabrol soit reconnu par le Comité Yad Vashem. Deux ans plus tard, il est élevé au rang de Juste parmi les Nations. Néanmoins, Auguste Chabrol est décédé en 1955 (à l’âge de 81 ans), sans aucune descendance.

En l’absence de famille, le choix du lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne s’est imposé comme dépositaire de la médaille des Justes. Ce lycée entreprenait en effet tout un travail mémoriel depuis la fin des années 1990. En 2000, la municipalité d’Aubagne a contacté l’établissement pour que de jeunes lycéens accompagnent à Auschwitz une équipe d’étudiants de l’Ecole du cinéma d’Aubagne. Leur projet était de filmer le camp à partir du regard des jeunes, et de compléter les images avec des témoignages de rescapés marseillais des camps de la mort, interrogés par les mêmes élèves.

Le film « Mémoire vive » a été projeté dans de nombreux établissements scolaires, avec des interventions de ces jeunes élèves, devenus passeurs de mémoire. Depuis, les projets sur la déportation et sur d’autres événements historiques se sont multipliés. En juin 2004, une vingtaine d’élèves ont assisté aux commémorations du 60e anniversaire des martyrs de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Le lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne a été le premier établissement scolaire européen à recevoir la médaille des Justes, le 13 novembre 2007, en tant qu’ayant droit d’Auguste Chabrol. La cérémonie du 10e anniversaire de la remise à titre posthume de la médaille s’est déroulée le 20 octobre 2017, sous l’impulsion du Souvenir Français. A cette occasion, une plaque commémorative a été inaugurée, accompagnée d’un portrait d’Auguste Chabrol. Alors que jusque-là aucune photographie nette d’Auguste Chabrol n’avait été retrouvée, Jacques Dubois, à l’époque adjoint au Maire d’Aubagne, a découvert ce portrait chez un photographe de Marseille.

Voir la vidéo de la commémoration du 20 octobre 2017

Contact : Jean-Pierre LOREAU, 26@dgsf.fr

 

 

Témoignage du mois

Annexe: Témoignage du mois, entretien avec Georges Loinger, résistant qui a sauvé des enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sous les projecteurs

31 mai 2018

Auguste Chabrol – Juste parmi les Nations

Auguste Chabrol, né en 1874, était ébéniste à Aubagne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a caché Edgar Joseph Zmiro, père d’une famille juive, au péril de sa vie. En 2005, Francine Zmiro, la fille d’Edgar Zmiro, a entrepris des démarches pour que le geste d’Auguste Chabrol soit reconnu par le Comité Yad Vashem. Deux ans plus tard, il est élevé au rang de Juste parmi les Nations. Néanmoins, Auguste Chabrol est décédé en 1955 (à l’âge de 81 ans), sans aucune descendance.

En l’absence de famille, le choix du lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne s’est imposé comme dépositaire de la médaille des Justes. Ce lycée entreprenait en effet tout un travail mémoriel depuis la fin des années 1990. En 2000, la municipalité d’Aubagne a contacté l’établissement pour que de jeunes lycéens accompagnent à Auschwitz une équipe d’étudiants de l’Ecole du cinéma d’Aubagne. Leur projet était de filmer le camp à partir du regard des jeunes, et de compléter les images avec des témoignages de rescapés marseillais des camps de la mort, interrogés par les mêmes élèves.

Le film « Mémoire vive » a été projeté dans de nombreux établissements scolaires, avec des interventions de ces jeunes élèves, devenus passeurs de mémoire. Depuis, les projets sur la déportation et sur d’autres événements historiques se sont multipliés. En juin 2004, une vingtaine d’élèves ont assisté aux commémorations du 60e anniversaire des martyrs de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Le lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne a été le premier établissement scolaire européen à recevoir la médaille des Justes, le 13 novembre 2007, en tant qu’ayant droit d’Auguste Chabrol. La cérémonie du 10e anniversaire de la remise à titre posthume de la médaille s’est déroulée le 20 octobre 2017, sous l’impulsion du Souvenir Français. A cette occasion, une plaque commémorative a été inaugurée, accompagnée d’un portrait d’Auguste Chabrol. Alors que jusque-là aucune photographie nette d’Auguste Chabrol n’avait été retrouvée, Jacques Dubois, à l’époque adjoint au Maire d’Aubagne, a découvert ce portrait chez un photographe de Marseille.

Voir la vidéo de la commémoration du 20 octobre 2017

Contact : Jean-Pierre LOREAU, 26@dgsf.fr

 

 

Témoignage du mois

Annexe: Témoignage du mois, entretien avec Georges Loinger, résistant qui a sauvé des enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >