Sous les projecteurs

31 mai 2018

Auguste Chabrol – Juste parmi les Nations

Auguste Chabrol, né en 1874, était ébéniste à Aubagne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a caché Edgar Joseph Zmiro, père d’une famille juive, au péril de sa vie. En 2005, Francine Zmiro, la fille d’Edgar Zmiro, a entrepris des démarches pour que le geste d’Auguste Chabrol soit reconnu par le Comité Yad Vashem. Deux ans plus tard, il est élevé au rang de Juste parmi les Nations. Néanmoins, Auguste Chabrol est décédé en 1955 (à l’âge de 81 ans), sans aucune descendance.

En l’absence de famille, le choix du lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne s’est imposé comme dépositaire de la médaille des Justes. Ce lycée entreprenait en effet tout un travail mémoriel depuis la fin des années 1990. En 2000, la municipalité d’Aubagne a contacté l’établissement pour que de jeunes lycéens accompagnent à Auschwitz une équipe d’étudiants de l’Ecole du cinéma d’Aubagne. Leur projet était de filmer le camp à partir du regard des jeunes, et de compléter les images avec des témoignages de rescapés marseillais des camps de la mort, interrogés par les mêmes élèves.

Le film « Mémoire vive » a été projeté dans de nombreux établissements scolaires, avec des interventions de ces jeunes élèves, devenus passeurs de mémoire. Depuis, les projets sur la déportation et sur d’autres événements historiques se sont multipliés. En juin 2004, une vingtaine d’élèves ont assisté aux commémorations du 60e anniversaire des martyrs de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Le lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne a été le premier établissement scolaire européen à recevoir la médaille des Justes, le 13 novembre 2007, en tant qu’ayant droit d’Auguste Chabrol. La cérémonie du 10e anniversaire de la remise à titre posthume de la médaille s’est déroulée le 20 octobre 2017, sous l’impulsion du Souvenir Français. A cette occasion, une plaque commémorative a été inaugurée, accompagnée d’un portrait d’Auguste Chabrol. Alors que jusque-là aucune photographie nette d’Auguste Chabrol n’avait été retrouvée, Jacques Dubois, à l’époque adjoint au Maire d’Aubagne, a découvert ce portrait chez un photographe de Marseille.

Voir la vidéo de la commémoration du 20 octobre 2017

Contact : Jean-Pierre LOREAU, 26@dgsf.fr

 

 

Témoignage du mois

Annexe: Témoignage du mois, entretien avec Georges Loinger, résistant qui a sauvé des enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

Auguste Chabrol – Juste parmi les Nations

Auguste Chabrol, né en 1874, était ébéniste à Aubagne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a caché Edgar Joseph Zmiro, père d’une famille juive, au péril de sa vie. En 2005, Francine Zmiro, la fille d’Edgar Zmiro, a entrepris des démarches pour que le geste d’Auguste Chabrol soit reconnu par le Comité Yad Vashem. Deux ans plus tard, il est élevé au rang de Juste parmi les Nations. Néanmoins, Auguste Chabrol est décédé en 1955 (à l’âge de 81 ans), sans aucune descendance.

En l’absence de famille, le choix du lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne s’est imposé comme dépositaire de la médaille des Justes. Ce lycée entreprenait en effet tout un travail mémoriel depuis la fin des années 1990. En 2000, la municipalité d’Aubagne a contacté l’établissement pour que de jeunes lycéens accompagnent à Auschwitz une équipe d’étudiants de l’Ecole du cinéma d’Aubagne. Leur projet était de filmer le camp à partir du regard des jeunes, et de compléter les images avec des témoignages de rescapés marseillais des camps de la mort, interrogés par les mêmes élèves.

Le film « Mémoire vive » a été projeté dans de nombreux établissements scolaires, avec des interventions de ces jeunes élèves, devenus passeurs de mémoire. Depuis, les projets sur la déportation et sur d’autres événements historiques se sont multipliés. En juin 2004, une vingtaine d’élèves ont assisté aux commémorations du 60e anniversaire des martyrs de Tulle et d’Oradour-sur-Glane.

Le lycée professionnel Gustave Eiffel d’Aubagne a été le premier établissement scolaire européen à recevoir la médaille des Justes, le 13 novembre 2007, en tant qu’ayant droit d’Auguste Chabrol. La cérémonie du 10e anniversaire de la remise à titre posthume de la médaille s’est déroulée le 20 octobre 2017, sous l’impulsion du Souvenir Français. A cette occasion, une plaque commémorative a été inaugurée, accompagnée d’un portrait d’Auguste Chabrol. Alors que jusque-là aucune photographie nette d’Auguste Chabrol n’avait été retrouvée, Jacques Dubois, à l’époque adjoint au Maire d’Aubagne, a découvert ce portrait chez un photographe de Marseille.

Voir la vidéo de la commémoration du 20 octobre 2017

Contact : Jean-Pierre LOREAU, 26@dgsf.fr

 

 

Témoignage du mois

Annexe: Témoignage du mois, entretien avec Georges Loinger, résistant qui a sauvé des enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >