Sous les projecteurs

19 novembre 2019

La géolocalisation du cimetière de Clairvivre

Raconter l’histoire de la Seconde Guerre mondiale à partir d’un seul lieu, c’est ce que permet le cimetière de Clairvivre. Connu en Dordogne sous le nom de « cimetière des Alsaciens », il jouxte l’hôpital où se sont repliés les Hôpitaux civils de Strasbourg après leur évacuation en 1939-1940. La cité sanitaire, créée par la fédération nationale des blessés du poumon combattants durant l’entre-deux-guerres, abrite alors déjà un certain nombre de blessés et de malades. Le 11 octobre 1939, on compte 935 personnes prises en charge par les Hospices Civils de Strasbourg au sein de la cité sanitaire de Clairvivre. 544 adultes et 391 enfants, dont 319 orphelins et pensionnaires du refuge Albert Schweitzer. A ce moment-là, l’hospice civil évacué ne traite que des patients réfugiés d’Alsace. Avec les malades et le personnel des Hospices Civils de Strasbourg la cité accueille, fin octobre 1939, en plus des malades, 600 à 700 membres du personnel, médical et technique. Les Alsaciens réfugiés en Dordogne sont invités à rejoindre leur foyer dès le 13 juillet 1940, par le gauleiter Wagner, à grand renfort de propagande. Le même jour, il décrète l’interdiction du retour en Alsace, des Alsaciens francophiles et des juifs.

De nombreux autres réfugiés y ont séjourné également et sont enterrés dans le cimetière de Clairvivre : Républicains espagnols, Juifs, maquisards et résistants, expulsés, réfractaires au STO. Autant de destins qui racontent l’histoire de cette guerre à travers les allées du cimetière. Le Souvenir Français a souhaité géolocaliser cet exceptionnel chemin de mémoire. Grâce aux recherches entreprises par l’historien Christophe Woehrle, auteur de « La cité silencieuse, Strasbourg-Clairvivre, 1939-1945 » (Editions Secrets de Pays), et à l’implication de la délégation départementale et du comité de Salagnac, la géolocalisation de 34 tombes sera inaugurée le 20 octobre 2019.

Quelques destins présentés :

Antonio Costa né en 1914 en Espagne est un milicien espagnol. Il est hospitalisé à l’hôpital complémentaire militaire de Clairvivre. Il est arrivé le 7 février 1939 à Clairvivre avec les 1002 miliciens espagnols. Il y est décédé le 27 septembre 1939 à l’âge de 25 ans et est le premier étranger enterré dans le cimetière.

Jeanne Mangold est une enfant de l’assistance publique née le 23 mars 1938 et déposée à l’orphelinat des Hospices Civils de Strasbourg. Evacuée avec les enfants assistés du Bas-Rhin à Clarivivre, elle décède le 25 septembre 1939 à l’âge de 18 mois. Elle est enterrée au cimetière de Clairvivre dans un carré spécialement réservé aux enfants.

Leon Navarro est né le 24 décembre 1880 à Salonique en Grèce. Dans l’entre-deux-guerres, face à l’antisémitisme grandissant dans son pays, il quitte Salonique avec son épouse pour venir s’installer à Paris. En 1942, il fuit Paris et se réfugie à Brive-la-Gaillarde. Affaibli par l’exil et les persécutions, il meurt à l’Hôpital des Réfugiés de Clairvivre le 5 décembre 1942.

Louis Georges Delmotte est né le 8 juin 1919 à Saint-Denis. Il rejoint le 10 mars 1944, le 1er Régiment des Francs-tireurs et partisans français (F.T.P.F.) du commandant Louis Parenty sous le nom de Louis Denis. Blessé mortellement au combat de « Bost-Laporte », il décède le 21 mai 1944 des suites de ses blessures.

Claude Lucien René Schreiber est né le 14 février 1923 à Strasbourg (Bas-Rhin). Etudiant en médecine, il rejoint les hospices civils de Strasbourg à Clairvivre et intègre au côté du Professeur René Fontaine la résistance locale de Clairvivre. Le 7 juin 1944, suite à une dénonciation calomnieuse, il est fusillé par des résistants au lieu-dit « Fer-à-cheval » à Clermont-d’Excideuil.

Stanislas Nawrocki est né le 16 septembre 1916 à Lodz en Pologne. Il entre en résistance dans la Brigade RAC en Dordogne en 1944 au grade de sous-lieutenant F.F.I. Le 6 juin 1944, il est engagé dans un combat, mortellement blessé, il est évacué à l’hôpital de Clairvivre; il y décède des suites de ses blessures, le 30 octobre 1944.

Gaston Maurice Champroux  est né le 13 août 1890 à Jouet-sur-l’Aubois dans le département du Cher. Maréchal des Logis au 26e régiment de Dragons, il participe à la Première Guerre mondiale, il contracte une tuberculose pulmonaire alors qu’il est gazé en service commandé. Il décède au sanatorium de Clairvivre, qu’il a aidé à construire, le 7 février 1948.

Contact : Martine Marquet, Présidente du Souvenir Français Comité de Clairvivre, martine-marquet@laposte.net

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Sous les projecteurs

19 novembre 2019

La géolocalisation du cimetière de Clairvivre

Raconter l’histoire de la Seconde Guerre mondiale à partir d’un seul lieu, c’est ce que permet le cimetière de Clairvivre. Connu en Dordogne sous le nom de « cimetière des Alsaciens », il jouxte l’hôpital où se sont repliés les Hôpitaux civils de Strasbourg après leur évacuation en 1939-1940. La cité sanitaire, créée par la fédération nationale des blessés du poumon combattants durant l’entre-deux-guerres, abrite alors déjà un certain nombre de blessés et de malades. Le 11 octobre 1939, on compte 935 personnes prises en charge par les Hospices Civils de Strasbourg au sein de la cité sanitaire de Clairvivre. 544 adultes et 391 enfants, dont 319 orphelins et pensionnaires du refuge Albert Schweitzer. A ce moment-là, l’hospice civil évacué ne traite que des patients réfugiés d’Alsace. Avec les malades et le personnel des Hospices Civils de Strasbourg la cité accueille, fin octobre 1939, en plus des malades, 600 à 700 membres du personnel, médical et technique. Les Alsaciens réfugiés en Dordogne sont invités à rejoindre leur foyer dès le 13 juillet 1940, par le gauleiter Wagner, à grand renfort de propagande. Le même jour, il décrète l’interdiction du retour en Alsace, des Alsaciens francophiles et des juifs.

De nombreux autres réfugiés y ont séjourné également et sont enterrés dans le cimetière de Clairvivre : Républicains espagnols, Juifs, maquisards et résistants, expulsés, réfractaires au STO. Autant de destins qui racontent l’histoire de cette guerre à travers les allées du cimetière. Le Souvenir Français a souhaité géolocaliser cet exceptionnel chemin de mémoire. Grâce aux recherches entreprises par l’historien Christophe Woehrle, auteur de « La cité silencieuse, Strasbourg-Clairvivre, 1939-1945 » (Editions Secrets de Pays), et à l’implication de la délégation départementale et du comité de Salagnac, la géolocalisation de 34 tombes sera inaugurée le 20 octobre 2019.

Quelques destins présentés :

Antonio Costa né en 1914 en Espagne est un milicien espagnol. Il est hospitalisé à l’hôpital complémentaire militaire de Clairvivre. Il est arrivé le 7 février 1939 à Clairvivre avec les 1002 miliciens espagnols. Il y est décédé le 27 septembre 1939 à l’âge de 25 ans et est le premier étranger enterré dans le cimetière.

Jeanne Mangold est une enfant de l’assistance publique née le 23 mars 1938 et déposée à l’orphelinat des Hospices Civils de Strasbourg. Evacuée avec les enfants assistés du Bas-Rhin à Clarivivre, elle décède le 25 septembre 1939 à l’âge de 18 mois. Elle est enterrée au cimetière de Clairvivre dans un carré spécialement réservé aux enfants.

Leon Navarro est né le 24 décembre 1880 à Salonique en Grèce. Dans l’entre-deux-guerres, face à l’antisémitisme grandissant dans son pays, il quitte Salonique avec son épouse pour venir s’installer à Paris. En 1942, il fuit Paris et se réfugie à Brive-la-Gaillarde. Affaibli par l’exil et les persécutions, il meurt à l’Hôpital des Réfugiés de Clairvivre le 5 décembre 1942.

Louis Georges Delmotte est né le 8 juin 1919 à Saint-Denis. Il rejoint le 10 mars 1944, le 1er Régiment des Francs-tireurs et partisans français (F.T.P.F.) du commandant Louis Parenty sous le nom de Louis Denis. Blessé mortellement au combat de « Bost-Laporte », il décède le 21 mai 1944 des suites de ses blessures.

Claude Lucien René Schreiber est né le 14 février 1923 à Strasbourg (Bas-Rhin). Etudiant en médecine, il rejoint les hospices civils de Strasbourg à Clairvivre et intègre au côté du Professeur René Fontaine la résistance locale de Clairvivre. Le 7 juin 1944, suite à une dénonciation calomnieuse, il est fusillé par des résistants au lieu-dit « Fer-à-cheval » à Clermont-d’Excideuil.

Stanislas Nawrocki est né le 16 septembre 1916 à Lodz en Pologne. Il entre en résistance dans la Brigade RAC en Dordogne en 1944 au grade de sous-lieutenant F.F.I. Le 6 juin 1944, il est engagé dans un combat, mortellement blessé, il est évacué à l’hôpital de Clairvivre; il y décède des suites de ses blessures, le 30 octobre 1944.

Gaston Maurice Champroux  est né le 13 août 1890 à Jouet-sur-l’Aubois dans le département du Cher. Maréchal des Logis au 26e régiment de Dragons, il participe à la Première Guerre mondiale, il contracte une tuberculose pulmonaire alors qu’il est gazé en service commandé. Il décède au sanatorium de Clairvivre, qu’il a aidé à construire, le 7 février 1948.

Contact : Martine Marquet, Présidente du Souvenir Français Comité de Clairvivre, martine-marquet@laposte.net

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
22 juin 2022

Sous les projecteurs

En juillet, Le Souvenir Français souhaite mettre en lumière l’année 1942, une année tragique et une année d’espérance. 1 – Un hommage aux victimes du Vel d’Hiv Le 15 mai 2022, Le Président général du Souvenir Français et le Grand Rabbin de France Haïm Korsia, secrétaire général du Souvenir Français se sont rendus au cimetière […]

Voir l'article >

Agenda du mois

Comme tous les ans depuis 2017, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait […]

Voir l'article >