Parole à Jacques Godfrain

3 juillet 2017

Jacques Godfrain 3

Jacques Godfrain a été Député de l’Aveyron (1978-1987), maire de Millau (1995-2008). Ministre de la coopération de 1995 à 1997 dans le gouvernement d’Alain Juppé, il est Président de la Fondation Charles de Gaulle depuis janvier 2011.

Deux simples mots résonnent dans la mémoire de ce vieux peuple de France. Les deux chargés de symboles et de sens. Colombey, si proche de colombe, celle porteuse du rameau de la paix. Eglises, porteur de millénaires de croyance, de foi et d’espérance.

En les associant, on parvient à marier la paix et l’espoir.

Et c’est là que Charles de Gaulle et Yvonne, née Vendroux, ont installé leur vie et leur destin pour eux et la suite de leur famille.

Ils auraient pu choisir les rives de la Mer du Nord ou les landes de Lille ou de Calais, d’où ils étaient natifs.

Non, pour des raisons à la fois intimes et stratégiques, Colombey-les-deux-Eglises fut choisi pour installer l’histoire d’une vie, vite transformée en destin.

Intimes parce que les immenses paysages boisés, les pierres immémoriales de calcaire gris blanc, les rues villageoises cachant des vies de labeur et de rigueur derrière des façades closes ; cette proximité entre tous les éléments de la nature n’était-ce pas l’alchimie parfaite pour un être fragile, handicapé et chéri par-dessus tout ? La petite Anne qui mourut bien jeune après la guerre, dont Colombey fut le dernier refuge.

C’est à cette terre rude et chargée d’histoire que le Général et son épouse décidèrent de confier le corps de cette jeune fille que la mort avait transformé en « un être comme nous ». Y a-t-il plus de force symbolique que de confier la chair de sa chair à un sol sur lequel vous-même n’êtes pas né ?

Et contre toute logique temporelle, les parents la rejoignirent pour reposer à ses côtés.

Anne accueillait Charles et Yvonne au royaume des ombres. Ce que le destin avait séparé, voilà que la même force les réunissait…Beaucoup voudraient penser qu’ici, à l’ombre de l’église, Charles repose comme tous les défunts de ce petit cimetière de campagne.

Non, De Gaulle est dans la mémoire des peuples, celle de millions d’hommes et de femmes qui n’ont jamais accepté la fatalité. Charles de Gaulle arrime et contient toutes les velléités de courage et d’engagement.

Chaque année qui passe, de nouvelles générations de la planète, en apprenant De Gaulle, se sont débarrassées du sentiment d’impuissance et de découragement.

Colombey, lieu du cimetière de la famille de Gaulle, n’est pas qu’un village modeste et rugueux. Colombey est dans chaque être qui sait dire non à l’échec et à la bataille perdue !

Vous qui êtes à Colombey, qui avez rejoint ces petites allées aux graviers inégaux, pensez que des millions et des millions d’hommes savent que le sens ultime de la force de l’esprit, du devoir et de l’espérance est ici à nos pieds.

Et repartez vers Verdun, Douaumont, Dunkerque, les Glières, Bir Hakeim, El Alamein, le Mont Valérien, Berchtesgaden, Strasbourg, Berlin, Monte Cassino, renforcé dans l’idée que De Gaulle a quitté sa tombe pour être sur votre chemin et vous guider.

Jacques Godfrain

Pour en savoir plus : http://www.charles-de-gaulle.org/la-fondation/

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Parole à Jacques Godfrain

3 juillet 2017

Jacques Godfrain 3

Jacques Godfrain a été Député de l’Aveyron (1978-1987), maire de Millau (1995-2008). Ministre de la coopération de 1995 à 1997 dans le gouvernement d’Alain Juppé, il est Président de la Fondation Charles de Gaulle depuis janvier 2011.

Deux simples mots résonnent dans la mémoire de ce vieux peuple de France. Les deux chargés de symboles et de sens. Colombey, si proche de colombe, celle porteuse du rameau de la paix. Eglises, porteur de millénaires de croyance, de foi et d’espérance.

En les associant, on parvient à marier la paix et l’espoir.

Et c’est là que Charles de Gaulle et Yvonne, née Vendroux, ont installé leur vie et leur destin pour eux et la suite de leur famille.

Ils auraient pu choisir les rives de la Mer du Nord ou les landes de Lille ou de Calais, d’où ils étaient natifs.

Non, pour des raisons à la fois intimes et stratégiques, Colombey-les-deux-Eglises fut choisi pour installer l’histoire d’une vie, vite transformée en destin.

Intimes parce que les immenses paysages boisés, les pierres immémoriales de calcaire gris blanc, les rues villageoises cachant des vies de labeur et de rigueur derrière des façades closes ; cette proximité entre tous les éléments de la nature n’était-ce pas l’alchimie parfaite pour un être fragile, handicapé et chéri par-dessus tout ? La petite Anne qui mourut bien jeune après la guerre, dont Colombey fut le dernier refuge.

C’est à cette terre rude et chargée d’histoire que le Général et son épouse décidèrent de confier le corps de cette jeune fille que la mort avait transformé en « un être comme nous ». Y a-t-il plus de force symbolique que de confier la chair de sa chair à un sol sur lequel vous-même n’êtes pas né ?

Et contre toute logique temporelle, les parents la rejoignirent pour reposer à ses côtés.

Anne accueillait Charles et Yvonne au royaume des ombres. Ce que le destin avait séparé, voilà que la même force les réunissait…Beaucoup voudraient penser qu’ici, à l’ombre de l’église, Charles repose comme tous les défunts de ce petit cimetière de campagne.

Non, De Gaulle est dans la mémoire des peuples, celle de millions d’hommes et de femmes qui n’ont jamais accepté la fatalité. Charles de Gaulle arrime et contient toutes les velléités de courage et d’engagement.

Chaque année qui passe, de nouvelles générations de la planète, en apprenant De Gaulle, se sont débarrassées du sentiment d’impuissance et de découragement.

Colombey, lieu du cimetière de la famille de Gaulle, n’est pas qu’un village modeste et rugueux. Colombey est dans chaque être qui sait dire non à l’échec et à la bataille perdue !

Vous qui êtes à Colombey, qui avez rejoint ces petites allées aux graviers inégaux, pensez que des millions et des millions d’hommes savent que le sens ultime de la force de l’esprit, du devoir et de l’espérance est ici à nos pieds.

Et repartez vers Verdun, Douaumont, Dunkerque, les Glières, Bir Hakeim, El Alamein, le Mont Valérien, Berchtesgaden, Strasbourg, Berlin, Monte Cassino, renforcé dans l’idée que De Gaulle a quitté sa tombe pour être sur votre chemin et vous guider.

Jacques Godfrain

Pour en savoir plus : http://www.charles-de-gaulle.org/la-fondation/

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >