On aime, on soutient

30 décembre 2019

La mémoire à travers les livres

Un régiment granvillais, le 2ème RI, Jean-Louis GOËLAU

Du 21 octobre 1873 au 1er avril 1920, date officielle de sa dissolution, le 2ème régiment d’infanterie fut en garnison à la caserne du Roc à Granville. Pendant près de cinquante ans, il partagea la vie de la population au point d’être surnommé « le régiment granvillais ».

Aujourd’hui, à l’exception des anciens bâtiments qui se dressent fièrement sur l’éperon rocheux du Roc, seules quelques plaques rappellent l’existence du régiment qui a beaucoup compté dans la vie de la cité. Pour le 100ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre, il semblait louable de rappeler ce que fut ce beau régiment avant et après le 7 août 1914, jour de son départ vers la Belgique, sur la Sambre.

Pour soutenir cette publication : https://www.interservices-eurocibles.fr/ouvrages/150-un-regiment-granvillais-le-2eme-ri-9782354580605.html?search_query=granville&results=9

Du Terrible au Triomphant, la vie secrète des sous-marins, Amiral François DUPONT, Commandant de sous-marins

300 mètres carrés, 111 hommes, 70 jours sous la mer : bienvenue à bord d’un SNLE, c’est-à-dire d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins, seigneur des océans. Monstres d’acier, cathédrales de silence, les sous-marins rôdent sous les flots, veillant sur nous et notre sécurité, et nous n’en savons rien. Pourtant bien des choses se passent au fond des eaux, et la vie à bord est tout sauf ennuyeuse. Elle obéit à des règles, une discipline stricte et sereine, des rituels, des loyautés et des amitiés qui ont le goût de l’aventure et sans lesquelles peut-être risquer leur vie aurait moins de sens pour ces hommes.

Sous-marinier pendant plus de vingt ans, l’amiral François Dupont nous emmène à bord du bateau qu’on lui a confié, immergé avec les hommes dont il a la responsabilité, pour, le temps d’une traversée, partager avec nous la beauté de ce métier où s’incarnent à chaque instant le sens de l’engagement et la notion du devoir.

Pour soutenir cet ouvrage : https://www.autrement.com/Catalogue/essais-et-documents/commandant-de-sous-marins

Grand-père, je t’ai trouvé de David Pineda

En 1939, la guerre d’Espagne entre dans sa phase finale. La chute de Barcelone provoque un exode sans précédent. Près d’un demi-million de personnes franchissent la frontière des Pyrénées : c’est la Retirada. Petit-fils d’un soldat républicain déporté dont la figure tragique a hanté son enfance, David Pineda offre un document en forme de cicatrice. Séparé de sa femme et de ses enfants, réfugié en France, le parcours d’Antonio Ariza Baca s’interrompt à sa libération du camp de Mauthausen en Autriche. Qu’est-il arrivé à ce héros familial, père devenu fantôme et grand-père chimérique ?

Liant la grande histoire aux récits de famille, David Pineda a mené une enquête de cinq années, parsemée de rebondissements inattendus, pour reconstituer le puzzle du parcours de son grand-père et résoudre le mystère de sa disparition. Refusant les vérités préétablies, les inerties administratives et les pièges des archives, l’auteur reconstitue patiemment des parcelles de vérité en multipliant les témoignages. Ainsi il dit l’histoire de dizaine de milliers de soldats républicains espagnols contraints de fuir leur pays et celle de leurs familles, laissées dans le silence et le doute.

Pour soutenir cet ouvrage : https://audiable.com/

Un mémorial virtuel

Jean-François Montes a rédigé un ouvrage sur les militaires tuberculeux pulmonaires dans la 16e région militaire. La prochaine étape de ce projet vise à créer sous format électronique, un « Mémorial des militaires tuberculeux pulmonaires hospitalisés à l’hôpital sanitaire régional à Campagne-les-Bains (1916-1922) ».

Il consiste à présenter l’ensemble des documents sur l’histoire de chacun des militaires tuberculeux,  réalisé à partir des fiches matricules détenues par les directions départementales des archives et les dossiers des officiers conservés au Service Historique de la Défense.

Les premières publications porteront sur les départements de la 16e région militaire (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales, Tarn) mais également sur les deux autres départements limitrophes de l’Aude (l’Ariège et la Haute-Garonne). Ultérieurement, il concernerait les autres départements d’origine des militaires tuberculeux.

Pour soutenir ce projet, contacter Jean-François Montes : jf.montes@laposte.net


Rond-point Portes du Comminges. / DDM A.M.

Dépôt de petits drapeaux au rond-point de Comminges. Fin novembre, une quarantaine de petits drapeaux du Souvenir Français ont été plantés aux portes de Comminges (Haute-Garonne).

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
2 juillet 2020

Hommage aux Présidents de la République le 14 juillet

Depuis trois ans, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait accordé sa grâce […]

Voir l'article >
30 juin 2020

L’agenda du président général

29 juin, participation au lancement du Mag Engagement, rédacteur en chef Mickaël Szerman. 30 juin, réunion à Nancy des délégués généraux du Grand Est. 1er juillet, signature de la convention de partenariat avec la Fédération française de la généalogie. 6 juillet, réunion de travail avec le général Graff sur la rénovation des cérémonies patriotiques. 7 […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

L’agenda du président général

30 juin 2020

La mémoire à travers les livres

Un régiment granvillais, le 2ème RI, Jean-Louis GOËLAU

Du 21 octobre 1873 au 1er avril 1920, date officielle de sa dissolution, le 2ème régiment d’infanterie fut en garnison à la caserne du Roc à Granville. Pendant près de cinquante ans, il partagea la vie de la population au point d’être surnommé « le régiment granvillais ».

Aujourd’hui, à l’exception des anciens bâtiments qui se dressent fièrement sur l’éperon rocheux du Roc, seules quelques plaques rappellent l’existence du régiment qui a beaucoup compté dans la vie de la cité. Pour le 100ème anniversaire de la fin de la Grande Guerre, il semblait louable de rappeler ce que fut ce beau régiment avant et après le 7 août 1914, jour de son départ vers la Belgique, sur la Sambre.

Pour soutenir cette publication : https://www.interservices-eurocibles.fr/ouvrages/150-un-regiment-granvillais-le-2eme-ri-9782354580605.html?search_query=granville&results=9

Du Terrible au Triomphant, la vie secrète des sous-marins, Amiral François DUPONT, Commandant de sous-marins

300 mètres carrés, 111 hommes, 70 jours sous la mer : bienvenue à bord d’un SNLE, c’est-à-dire d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins, seigneur des océans. Monstres d’acier, cathédrales de silence, les sous-marins rôdent sous les flots, veillant sur nous et notre sécurité, et nous n’en savons rien. Pourtant bien des choses se passent au fond des eaux, et la vie à bord est tout sauf ennuyeuse. Elle obéit à des règles, une discipline stricte et sereine, des rituels, des loyautés et des amitiés qui ont le goût de l’aventure et sans lesquelles peut-être risquer leur vie aurait moins de sens pour ces hommes.

Sous-marinier pendant plus de vingt ans, l’amiral François Dupont nous emmène à bord du bateau qu’on lui a confié, immergé avec les hommes dont il a la responsabilité, pour, le temps d’une traversée, partager avec nous la beauté de ce métier où s’incarnent à chaque instant le sens de l’engagement et la notion du devoir.

Pour soutenir cet ouvrage : https://www.autrement.com/Catalogue/essais-et-documents/commandant-de-sous-marins

Grand-père, je t’ai trouvé de David Pineda

En 1939, la guerre d’Espagne entre dans sa phase finale. La chute de Barcelone provoque un exode sans précédent. Près d’un demi-million de personnes franchissent la frontière des Pyrénées : c’est la Retirada. Petit-fils d’un soldat républicain déporté dont la figure tragique a hanté son enfance, David Pineda offre un document en forme de cicatrice. Séparé de sa femme et de ses enfants, réfugié en France, le parcours d’Antonio Ariza Baca s’interrompt à sa libération du camp de Mauthausen en Autriche. Qu’est-il arrivé à ce héros familial, père devenu fantôme et grand-père chimérique ?

Liant la grande histoire aux récits de famille, David Pineda a mené une enquête de cinq années, parsemée de rebondissements inattendus, pour reconstituer le puzzle du parcours de son grand-père et résoudre le mystère de sa disparition. Refusant les vérités préétablies, les inerties administratives et les pièges des archives, l’auteur reconstitue patiemment des parcelles de vérité en multipliant les témoignages. Ainsi il dit l’histoire de dizaine de milliers de soldats républicains espagnols contraints de fuir leur pays et celle de leurs familles, laissées dans le silence et le doute.

Pour soutenir cet ouvrage : https://audiable.com/

Un mémorial virtuel

Jean-François Montes a rédigé un ouvrage sur les militaires tuberculeux pulmonaires dans la 16e région militaire. La prochaine étape de ce projet vise à créer sous format électronique, un « Mémorial des militaires tuberculeux pulmonaires hospitalisés à l’hôpital sanitaire régional à Campagne-les-Bains (1916-1922) ».

Il consiste à présenter l’ensemble des documents sur l’histoire de chacun des militaires tuberculeux,  réalisé à partir des fiches matricules détenues par les directions départementales des archives et les dossiers des officiers conservés au Service Historique de la Défense.

Les premières publications porteront sur les départements de la 16e région militaire (Aude, Aveyron, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales, Tarn) mais également sur les deux autres départements limitrophes de l’Aude (l’Ariège et la Haute-Garonne). Ultérieurement, il concernerait les autres départements d’origine des militaires tuberculeux.

Pour soutenir ce projet, contacter Jean-François Montes : jf.montes@laposte.net


Rond-point Portes du Comminges. / DDM A.M.

Dépôt de petits drapeaux au rond-point de Comminges. Fin novembre, une quarantaine de petits drapeaux du Souvenir Français ont été plantés aux portes de Comminges (Haute-Garonne).

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
2 juillet 2020

Hommage aux Présidents de la République le 14 juillet

Depuis trois ans, Le Souvenir Français rend hommage aux Présidents de la République décédés. Ce choix est d’abord celui d’une association placée sous le haut patronage de ceux qui incarnent l’Etat. Le 1er février 1906, le Président Emile Loubet signe le décret reconnaissant l’utilité publique du Souvenir Français. Ce Président qui avait accordé sa grâce […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
30 juin 2020

Les monuments de 1870 érigés par Le Souvenir Français

Lorsqu’en 1887 Le Souvenir Français se crée, les premiers monuments aux Morts de 1870 ont déjà été érigés, en particulier sur les champs de bataille. Le Souvenir Français va amplifier cette vague patrimoniale en créant ses propres monuments et en épaulant les nombreuses communes qui en érigent. On estime à environ un millier le nombre […]

Voir l'article >