Le mur des noms du Mémorial des déportés de la Sarthe

2 avril 2019

En avril 2015, la République Française a commémoré le 70ème anniversaire de la libération des camps de concentration. Quinze associations sarthoises ont souhaité élever un « Mémorial des Déportés de la Sarthe » pour rappeler les noms de ces femmes et de ces hommes qui ont été déportés et, pour nombre d’entre eux, sont morts dans les camps. A cette fin, ces associations se sont regroupées en collectif, piloté par Le Souvenir Français de la Sarthe et Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Délégation Territoriale de la Sarthe afin de réaliser ce projet.

L’établissement de la liste des noms a d’abord commencé par les recherches menées par M. Yves Moreau, sur le sort des déportés juifs de la Sarthe. Deux historiens manceaux Emmanuel Jan et Joseph Estevès se sont intéressés aux déportés politiques rejoints par M. Éric Goisedieu, collectionneur de documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale et à la Déportation, délégué général du Souvenir Français pour la Sarthe.

La liste des noms des Déportés a été arrêté en 2017 et validée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Pour figurer sur le monument, la personne déportée doit être née dans la Sarthe ou avoir un lien avec le département. Elle doit y avoir habité, travaillé, ou avoir fait de la Résistance dans le département. Les noms des déportés qui ont été arrêtés dans le département ou ont transité par une prison ou un camp installé dans le département au moment de la Seconde Guerre mondiale, quels que soient le lieu de leur arrestation et le motif de leur déportation (répression ou persécution) y figurent également. Chaque nom est référencé par des sources croisées, fiables et concordantes.

Les noms sont classés par ordre alphabétique. Le nom qui figure sur le monument est celui connu au moment de l’arrestation. Ainsi pour les femmes, il peut s’agir du nom de jeune fille ou du nom de mariage.

Les noms des Déportés non revenus sont signalés également.

L’âge des enfants de moins de seize ans est indiqué.

La liste peut régulièrement être enrichie.

Le mur sur lequel sont inscrits les noms a la forme d’un demi-cercle prenant appui sur le banc actuel disposé autour du monument de la Résistance, place de la préfecture, au Mans. Les noms sont gravés sur des plaques en inox brossé. Le mur sera inauguré lors de la Journée nationale de la Déportation, le 28 avril 2019.

Pour financer le projet, le collectif a fait appel à l’Etat et aux collectivités locales, aux associations patriotiques et aux associations mémorielles ainsi qu’à des mécènes. Il a également mis en place une souscription départementale à destination des Sarthois. Les dons sont à verser à : SF-CMDS au compte Banque Postale 0070159G034

 

Les 15 associations du Collectif pour l’élévation d’un Mur à la mémoire des Déportés de la Sarthe :

  • Amicale des Orphelins du Réseau Hercule Buckmaster de la Sarthe
  • Association « Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Délégation Territoriale de la Sarthe » – AFMD-DT72
  • Association des « Combattants Volontaires de la Résistance de la Sarthe » – CVR
  • Association des « Déportés, Internés et Familles de disparus de la Sarthe » – ADIF Sarthe
  • Association des « Déportés, Internés, Résistants et Patriotes de la Sarthe » – ADIRP Sarthe
  • Association « pour les Études sur la Résistance Intérieure Sarthoise » – AERIS
  • Association des Membres de l’Ordre National du Mérite – Section de la Sarthe
  • Association des Officiers de Réserve de la Sarthe
  • Association Républicaine des Anciens Combattants et Victimes de Guerre – ARAC
  • Association des Sous-Officiers de Réserve de la Sarthe
  • Comité du Souvenir du pont Coëffort-Châteaubriant
  • Communauté Israélite de la Sarthe – CIS
  • Société des Membres de la Légion d’Honneur – Section de la Sarthe
  • Société Nationale d’entraide des Médaillés militaires – Section de la Sarthe
  • Le « Souvenir Français, Délégation Générale de la Sarthe » – SF Sarthe

Les deux associations mandatées par le Collectif pour assurer la gestion courante du CMDS :

  • L’AFMD-DT 72
  • Le Souvenir Français de la Sarthe

Les contacts :

  • Eric GOISEDIEU, Souvenir Français : 72@dgsf.fr
  • Jean-Pierre MONNIER, AFMD-DT72 : afmd.dt72@orange.fr

Pour en savoir plus : https://murdesnoms.wordpress.com/

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Billet d’humeur du Président Général

Le Monde et l’Audace Mémorielle. Le 4 mars 2021, Le Monde consacrait son éditorial au rapport de Benjamin Stora, sous le titre « France-Algérie, poursuivre sur la voie de la vérité ». L’ensemble de l’article est centré sur le devoir de vérité que doit accomplir la France, « même en l’absence de réciprocité algérienne ».   Le rapport Stora […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président Général

7 avril 2021

En avril 2015, la République Française a commémoré le 70ème anniversaire de la libération des camps de concentration. Quinze associations sarthoises ont souhaité élever un « Mémorial des Déportés de la Sarthe » pour rappeler les noms de ces femmes et de ces hommes qui ont été déportés et, pour nombre d’entre eux, sont morts dans les camps. A cette fin, ces associations se sont regroupées en collectif, piloté par Le Souvenir Français de la Sarthe et Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Délégation Territoriale de la Sarthe afin de réaliser ce projet.

L’établissement de la liste des noms a d’abord commencé par les recherches menées par M. Yves Moreau, sur le sort des déportés juifs de la Sarthe. Deux historiens manceaux Emmanuel Jan et Joseph Estevès se sont intéressés aux déportés politiques rejoints par M. Éric Goisedieu, collectionneur de documents relatifs à la Seconde Guerre mondiale et à la Déportation, délégué général du Souvenir Français pour la Sarthe.

La liste des noms des Déportés a été arrêté en 2017 et validée par la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Pour figurer sur le monument, la personne déportée doit être née dans la Sarthe ou avoir un lien avec le département. Elle doit y avoir habité, travaillé, ou avoir fait de la Résistance dans le département. Les noms des déportés qui ont été arrêtés dans le département ou ont transité par une prison ou un camp installé dans le département au moment de la Seconde Guerre mondiale, quels que soient le lieu de leur arrestation et le motif de leur déportation (répression ou persécution) y figurent également. Chaque nom est référencé par des sources croisées, fiables et concordantes.

Les noms sont classés par ordre alphabétique. Le nom qui figure sur le monument est celui connu au moment de l’arrestation. Ainsi pour les femmes, il peut s’agir du nom de jeune fille ou du nom de mariage.

Les noms des Déportés non revenus sont signalés également.

L’âge des enfants de moins de seize ans est indiqué.

La liste peut régulièrement être enrichie.

Le mur sur lequel sont inscrits les noms a la forme d’un demi-cercle prenant appui sur le banc actuel disposé autour du monument de la Résistance, place de la préfecture, au Mans. Les noms sont gravés sur des plaques en inox brossé. Le mur sera inauguré lors de la Journée nationale de la Déportation, le 28 avril 2019.

Pour financer le projet, le collectif a fait appel à l’Etat et aux collectivités locales, aux associations patriotiques et aux associations mémorielles ainsi qu’à des mécènes. Il a également mis en place une souscription départementale à destination des Sarthois. Les dons sont à verser à : SF-CMDS au compte Banque Postale 0070159G034

 

Les 15 associations du Collectif pour l’élévation d’un Mur à la mémoire des Déportés de la Sarthe :

  • Amicale des Orphelins du Réseau Hercule Buckmaster de la Sarthe
  • Association « Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Délégation Territoriale de la Sarthe » – AFMD-DT72
  • Association des « Combattants Volontaires de la Résistance de la Sarthe » – CVR
  • Association des « Déportés, Internés et Familles de disparus de la Sarthe » – ADIF Sarthe
  • Association des « Déportés, Internés, Résistants et Patriotes de la Sarthe » – ADIRP Sarthe
  • Association « pour les Études sur la Résistance Intérieure Sarthoise » – AERIS
  • Association des Membres de l’Ordre National du Mérite – Section de la Sarthe
  • Association des Officiers de Réserve de la Sarthe
  • Association Républicaine des Anciens Combattants et Victimes de Guerre – ARAC
  • Association des Sous-Officiers de Réserve de la Sarthe
  • Comité du Souvenir du pont Coëffort-Châteaubriant
  • Communauté Israélite de la Sarthe – CIS
  • Société des Membres de la Légion d’Honneur – Section de la Sarthe
  • Société Nationale d’entraide des Médaillés militaires – Section de la Sarthe
  • Le « Souvenir Français, Délégation Générale de la Sarthe » – SF Sarthe

Les deux associations mandatées par le Collectif pour assurer la gestion courante du CMDS :

  • L’AFMD-DT 72
  • Le Souvenir Français de la Sarthe

Les contacts :

  • Eric GOISEDIEU, Souvenir Français : 72@dgsf.fr
  • Jean-Pierre MONNIER, AFMD-DT72 : afmd.dt72@orange.fr

Pour en savoir plus : https://murdesnoms.wordpress.com/

Articles récents

17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
8 avril 2021

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871. Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association […]

Voir l'article >
7 avril 2021

Le monument du mois

Un monument pour les Morts pour la France disparus de la guerre d’Algérie Durant la guerre d’Algérie, plusieurs centaines de militaires français sont portés disparus. Leurs familles ignorent bien souvent les circonstances de leur disparition, et par absence des corps, n’ont pas pu « faire leur deuil ». Créée en 2014, l’association SOLDIS Algérie, présidée par le […]

Voir l'article >