Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

8 avril 2021

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871.

Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association et la ville de Levallois-Perret.   

L’histoire du monument

La décision d’édifier un monument aux morts dans le cimetière municipal est entérinée par le vote d’une délibération le 28 juillet 1922 par le Conseil municipal de Levallois. Un concours est alors lancé et a pour consigne : « Le choix du sujet est laissé aux concurrents. Toutefois, ils devront se pénétrer de l’idée qu’ils doivent créer un monument d’architecture sobre, ne comportant aucun attribut confessionnel ou de glorification guerrière et symbolisant l’horreur de la guerre et la prospérité des peuples dans un avenir de paix et de fraternité ».

Le 14 mai 1923, le jury se réunit et désigne le projet du statuaire Charles Yrondi et de l’architecte Bertin lauréat du concours. L’interprétation du monument donné par le statuaire, lui-même ancien combattant, est la suivante : « La France pleure ses enfants. À sa gauche un soldat noir rappelant le concours des troupes coloniales reste dans une naïve et muette admiration, tandis qu’à sa droite, un troupier plus conscient, attend les ordres de la Patrie, résolu au sacrifice. Dans son regard il y a une désapprobation des atrocités engendrées par la guerre. En dessous du soldat noir se trouve un fusillé. Plus bas, un autre combattant est à genoux, dans l’attitude du soldat prêt à lancer une grenade. Lui aussi semble s’adresser à la France et demander s’il est vraiment indispensable, après tant de souffrances, de mourir soit fusillé, soit gazé comme son camarade à sa gauche. Enfin, au premier plan, l’ouvrier brisant l’arme symbolique du crime (une épée) pour l’utiliser à une œuvre de paix. »

La création du monument a lieu dans un contexte tendu entre la municipalité de Louis Rouquier et les associations d’anciens combattants. En effet, lors des commémorations du 1er novembre 1921, le drapeau rouge est déployé en tête du cortège et l’adjoint au maire termine son discours ainsi : « A bas la guerre ! Vive la révolution internationale ! », provoquant ainsi de vives réactions au sein des associations d’anciens-combattants. En signe d’apaisement, le maire nomme alors deux délégués les représentant à la commission chargée du projet du monument aux morts.

De 1924 à 1926 ont lieu les travaux du monument et de la crypte-ossuaire. Une violente campagne de presse est menée contre le projet considéré comme antimilitariste par certaines associations d’anciens combattants : « Le scandaleux et inacceptable monument aux morts de la guerre : ce monument ne parait pas seulement évoquer l’horreur de la guerre, il est aussi antimilitariste ». L’avenir de Levallois n°92 du 09 octobre 1926.

De plus, le monument est vandalisé dans la nuit du 23 au 24 novembre 1926 : le visage de l’ouvrier est mutilé et l’épée endommagée. Cet acte est condamné par la Ligue des droits de l’homme. Selon elle, l’œuvre n’a pas un caractère défaitiste mais rend hommage aux victimes.

L’inauguration du monument a finalement lieu le 23 avril 1927. La cérémonie qui débute à 10 heures du matin, se déroule contre toute attente dans le calme et 1500 personnes y assistent. Les associations d’anciens-combattants défilent devant le monument et des discours en faveur de la paix entre les peuples sont prononcés par Louis Rouquier, maire de Levallois, Paul Bouju, préfet de la Seine puis Paul Langevin, professeur au Collège de France.

Levallois, inauguration du monument aux morts : [photographie de presse] / [Agence Rol]

C’est ainsi un monument atypique qui est édifié en raison de son caractère pacifiste. Au niveau national, il y en aurait seulement 35.

« 75 ans de guerres franco-allemandes »

Le monument aux morts surplombe une crypte de 300 places où reposent les corps des Levalloisiens morts pour la France. Une centaine de places est inoccupée. Lorsque les concessions familiales de soldats morts pour la France prennent fin, leur corps sont transférés dans la crypte. Ainsi reposent les corps de soldats de la guerre de 14-18, de 39-45 mais également de soldats ayant participé à la guerre de 1870-1871. En effet, ces derniers inhumés décédés le 22 mai 1871 sont transférés en 1877 dans une concession perpétuelle puis en 1961 dans la crypte.

Le monument regroupe ainsi la mémoire des trois conflits franco-allemands qui ont marqué la fin du XIXème siècle et le XXème siècle. A l’occasion du 150ème anniversaire de la guerre de 1870-1871 qui est porteur d’un message symbolique fort : « 75 ans de guerre franco-allemandes, 75 ans de paix européenne », sa labellisation est un pas supplémentaire pour redonner une juste place à ce conflit oublié.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Le monument aux morts de Levallois-Perret labellisé Patrimoine d’intérêt régional en Île-de-France

8 avril 2021

En partenariat avec la Délégation Régionale de la Fondation du Patrimoine, Le Souvenir Français a pour projet de créer un parcours mémoriel en Ile-de-France consacré à la guerre de 1870-1871.

Dans ce cadre, le monument aux morts de Levallois-Perret a été présenté à la labellisation Patrimoine d’intérêt régional de la région Ile-de-France par notre association et la ville de Levallois-Perret.   

L’histoire du monument

La décision d’édifier un monument aux morts dans le cimetière municipal est entérinée par le vote d’une délibération le 28 juillet 1922 par le Conseil municipal de Levallois. Un concours est alors lancé et a pour consigne : « Le choix du sujet est laissé aux concurrents. Toutefois, ils devront se pénétrer de l’idée qu’ils doivent créer un monument d’architecture sobre, ne comportant aucun attribut confessionnel ou de glorification guerrière et symbolisant l’horreur de la guerre et la prospérité des peuples dans un avenir de paix et de fraternité ».

Le 14 mai 1923, le jury se réunit et désigne le projet du statuaire Charles Yrondi et de l’architecte Bertin lauréat du concours. L’interprétation du monument donné par le statuaire, lui-même ancien combattant, est la suivante : « La France pleure ses enfants. À sa gauche un soldat noir rappelant le concours des troupes coloniales reste dans une naïve et muette admiration, tandis qu’à sa droite, un troupier plus conscient, attend les ordres de la Patrie, résolu au sacrifice. Dans son regard il y a une désapprobation des atrocités engendrées par la guerre. En dessous du soldat noir se trouve un fusillé. Plus bas, un autre combattant est à genoux, dans l’attitude du soldat prêt à lancer une grenade. Lui aussi semble s’adresser à la France et demander s’il est vraiment indispensable, après tant de souffrances, de mourir soit fusillé, soit gazé comme son camarade à sa gauche. Enfin, au premier plan, l’ouvrier brisant l’arme symbolique du crime (une épée) pour l’utiliser à une œuvre de paix. »

La création du monument a lieu dans un contexte tendu entre la municipalité de Louis Rouquier et les associations d’anciens combattants. En effet, lors des commémorations du 1er novembre 1921, le drapeau rouge est déployé en tête du cortège et l’adjoint au maire termine son discours ainsi : « A bas la guerre ! Vive la révolution internationale ! », provoquant ainsi de vives réactions au sein des associations d’anciens-combattants. En signe d’apaisement, le maire nomme alors deux délégués les représentant à la commission chargée du projet du monument aux morts.

De 1924 à 1926 ont lieu les travaux du monument et de la crypte-ossuaire. Une violente campagne de presse est menée contre le projet considéré comme antimilitariste par certaines associations d’anciens combattants : « Le scandaleux et inacceptable monument aux morts de la guerre : ce monument ne parait pas seulement évoquer l’horreur de la guerre, il est aussi antimilitariste ». L’avenir de Levallois n°92 du 09 octobre 1926.

De plus, le monument est vandalisé dans la nuit du 23 au 24 novembre 1926 : le visage de l’ouvrier est mutilé et l’épée endommagée. Cet acte est condamné par la Ligue des droits de l’homme. Selon elle, l’œuvre n’a pas un caractère défaitiste mais rend hommage aux victimes.

L’inauguration du monument a finalement lieu le 23 avril 1927. La cérémonie qui débute à 10 heures du matin, se déroule contre toute attente dans le calme et 1500 personnes y assistent. Les associations d’anciens-combattants défilent devant le monument et des discours en faveur de la paix entre les peuples sont prononcés par Louis Rouquier, maire de Levallois, Paul Bouju, préfet de la Seine puis Paul Langevin, professeur au Collège de France.

Levallois, inauguration du monument aux morts : [photographie de presse] / [Agence Rol]

C’est ainsi un monument atypique qui est édifié en raison de son caractère pacifiste. Au niveau national, il y en aurait seulement 35.

« 75 ans de guerres franco-allemandes »

Le monument aux morts surplombe une crypte de 300 places où reposent les corps des Levalloisiens morts pour la France. Une centaine de places est inoccupée. Lorsque les concessions familiales de soldats morts pour la France prennent fin, leur corps sont transférés dans la crypte. Ainsi reposent les corps de soldats de la guerre de 14-18, de 39-45 mais également de soldats ayant participé à la guerre de 1870-1871. En effet, ces derniers inhumés décédés le 22 mai 1871 sont transférés en 1877 dans une concession perpétuelle puis en 1961 dans la crypte.

Le monument regroupe ainsi la mémoire des trois conflits franco-allemands qui ont marqué la fin du XIXème siècle et le XXème siècle. A l’occasion du 150ème anniversaire de la guerre de 1870-1871 qui est porteur d’un message symbolique fort : « 75 ans de guerre franco-allemandes, 75 ans de paix européenne », sa labellisation est un pas supplémentaire pour redonner une juste place à ce conflit oublié.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >