Le monument allemand du cimetière Saint-Charles de Sedan

1 janvier 2017

L’invasion allemande et surtout l’occupation ont laissé dans les « pays envahis » de nombreuses traces, en particulier, des monuments. Celui du cimetière Saint-Charles de Sedan est un exemple emblématique de l’appropriation de l’espace par les autorités allemandes.

monumentsedanjanv17

Les troupes allemandes atteignent les Ardennes le 24 août 1914 et début septembre, le département est totalement occupé. Les nombreuses victimes françaises et allemandes de ces premières semaines de combats sont rapidement rassemblées dans les cimetières communaux ardennais dont ceux de Sedan.

Avec la stabilisation du front, l’année 1915 voit la construction de plusieurs monuments dans les Ardennes pour célébrer la force des armées d’invasion, mais aussi le sacrifice des soldats, parfois même des 2 camps. A Noyers-Pont-Maugis, à quelques kilomètres de Sedan deux monuments furent construits sur les lieux des combats. Ces monuments ont depuis disparu.

 

La construction du monument

Au cimetière Saint-Charles de Sedan, les Allemands décident d’agrandir l’emprise qu’ils ont déjà avec la grande tombe collective créée en août/septembre 1914 et veulent y construire le monument que nous évoquons ici. Un grand mur d’enceinte encerclait tout le carré où étaient inhumés près de 500 soldats allemands.

Une grande inscription, aujourd’hui en partie disparue, orne le frontispice. Il s’agit d’un texte poétique de Joseph von Lauff, ici traduit : « Combattant pour l’Empereur et l’Empire, Dieu nous a pris le soleil terrestre. Maintenant, libérés de toutes choses terrestres, sa lumière éternelle nous illumine. Sacrée soit cette place, que vous avez consacrée par des victimes sanglantes. Trois fois sacrée pour nous par le sacrifice du remerciement ».

La construction du monument dure de juin à octobre 1915. Il est l’œuvre de l’architecte Ludwig Lony et fait l’objet à l’époque d’une communication importante. Une double page lui est consacrée dans la revue allemande Beilage zum Champagne Kamerad du 5 novembre 1916 et de nombreuses cartes postales sont éditées.

Le docteur Gustave Kertz, aumônier militaire allemand et docteur en philosophie a laissé dans ses mémoires, rédigées en français dès 1916, ces commentaires : « Je l’enterrais auprès de ses camarades dans le cimetière des héros de Sedan » et plus loin, « L’art allemand, le génie industriel allemand ont réussi, en dépit des plus grandes difficultés, à élever à la mémoire des camarades un monument digne d’eux et parfaitement adapté à son but. Ils ont su faire du cimetière d’honneur allemand un lieu de repos solennel tout à fait séparé de ce qui l’entoure. […] ».

Cet exemple nous permet d’envisager que ce monument est véritablement perçu dès l’époque comme un monument aux Morts de la guerre, et non comme un monument en l’honneur de la grandeur de l’Allemagne ou de son Kaiser.

Cependant, il reste un moyen pour les Allemands de marquer le territoire conquis ainsi que leur supériorité technique au regard du « désordre » qui règne selon eux dans le reste du cimetière.

 

Le début de l’isolement

Après-guerre, le cimetière Saint-Charles subit de nombreuses modifications eu égard aux transferts des sépultures de toutes nationalités (on compte encore en décembre 1920 plus de 2 500 sépultures liées à la guerre qu’il s’agisse de Russes, Roumains, Britanniques, Italiens, de déportés civils et bien entendus d’Allemands, et au rapatriement de corps de Morts pour la France à Sedan).

Les sépultures allemandes sont transférées la nécropole de Noyers-Pont-Maugis dans la décennie 1920.

Le monument ne fait plus parler de lui jusqu’en 1937 lorsqu’une délibération municipale acte la destruction du mur d’enceinte de l’ancienne nécropole allemande, alors vide de tombes, pour obtenir plus de place pour les sépultures des Sedanais, les élus indiquent : « […] C’est alors qu’est venue l’idée d’utiliser, dans ce but, l’emplacement de l’ancien cimetière allemand où il n’existe plus aucune tombe. Il subsiste seulement le monument que tout le monde connaît, qui doit être conservé ».

La question reste ouverte quant à l’interprétation de cette dernière phrase…

Les lieux sont réutilisés pendant la Seconde Guerre mondiale par les Allemands pour à nouveau inhumer certains de leurs morts de mai 1940.

Plus aucune délibération n’est établie jusque dans les années 1980. Au milieu des années 1970, des contacts ont été pris en Allemagne par la municipalité de Sedan pour trouver une solution au délabrement du monument. Ces démarches auprès du VDK et de l’Ambassade resteront sans réponse positive. Plusieurs décennies s’écoulent sans qu’aucune solution ne soit trouvée.

 

Aujourd’hui, la restauration se profile, une souscription est lancée

En juin 2012, une table-ronde autour d’Antoine Prost, Arndt Weinrich et Nicolas Offenstadt, permet de faire un point sur ce monument et ses particularités. Depuis lors de nombreux chercheurs et particuliers, mais aussi des associations, en particulier allemandes, ont soutenu le projet de conservation et de restauration du monument.

Le monument est aussi retenu à cette époque pour intégrer la liste des lieux proposés à l’UNESCO dans le cadre des Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale.

Un grand pas a été franchi en janvier 2016 avec le déplacement officiel de M. Todeschini, Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, accompagné de M. Klassen, attaché culturel à l’ambassade d’Allemagne en France. Tous deux ont apporté le soutien officiel des Etats français et allemand à la restauration du monument avec une participation financière non négligeable.

Le 17 septembre 2016, Serge Barcellini, président général du Souvenir Français et secrétaire-général de l’association qui porte la candidature UNESCO est venu à Sedan, où il apporté son soutien au lancement de la souscription internationale en co-signant une déclaration d’intention en compagnie du Maire de Sedan, du Délégué départemental de la Fondation du Patrimoine et du Président de la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais.

Cette restauration doit aussi permettre d’intégrer durablement ce monument dans les circuits de visite liés à la mémoire des 3 grands conflits qui ont marqué le territoire sedanais ces 150 dernières années.

 Texte rédigé par Sébastien HAGUETTE

Pour en savoir plus : www.histoire-sedan.com

 

Contact : Sébastien HAGUETTE, Président de la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais, ste.histoire@orange.fr

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Le monument allemand du cimetière Saint-Charles de Sedan

1 janvier 2017

L’invasion allemande et surtout l’occupation ont laissé dans les « pays envahis » de nombreuses traces, en particulier, des monuments. Celui du cimetière Saint-Charles de Sedan est un exemple emblématique de l’appropriation de l’espace par les autorités allemandes.

monumentsedanjanv17

Les troupes allemandes atteignent les Ardennes le 24 août 1914 et début septembre, le département est totalement occupé. Les nombreuses victimes françaises et allemandes de ces premières semaines de combats sont rapidement rassemblées dans les cimetières communaux ardennais dont ceux de Sedan.

Avec la stabilisation du front, l’année 1915 voit la construction de plusieurs monuments dans les Ardennes pour célébrer la force des armées d’invasion, mais aussi le sacrifice des soldats, parfois même des 2 camps. A Noyers-Pont-Maugis, à quelques kilomètres de Sedan deux monuments furent construits sur les lieux des combats. Ces monuments ont depuis disparu.

 

La construction du monument

Au cimetière Saint-Charles de Sedan, les Allemands décident d’agrandir l’emprise qu’ils ont déjà avec la grande tombe collective créée en août/septembre 1914 et veulent y construire le monument que nous évoquons ici. Un grand mur d’enceinte encerclait tout le carré où étaient inhumés près de 500 soldats allemands.

Une grande inscription, aujourd’hui en partie disparue, orne le frontispice. Il s’agit d’un texte poétique de Joseph von Lauff, ici traduit : « Combattant pour l’Empereur et l’Empire, Dieu nous a pris le soleil terrestre. Maintenant, libérés de toutes choses terrestres, sa lumière éternelle nous illumine. Sacrée soit cette place, que vous avez consacrée par des victimes sanglantes. Trois fois sacrée pour nous par le sacrifice du remerciement ».

La construction du monument dure de juin à octobre 1915. Il est l’œuvre de l’architecte Ludwig Lony et fait l’objet à l’époque d’une communication importante. Une double page lui est consacrée dans la revue allemande Beilage zum Champagne Kamerad du 5 novembre 1916 et de nombreuses cartes postales sont éditées.

Le docteur Gustave Kertz, aumônier militaire allemand et docteur en philosophie a laissé dans ses mémoires, rédigées en français dès 1916, ces commentaires : « Je l’enterrais auprès de ses camarades dans le cimetière des héros de Sedan » et plus loin, « L’art allemand, le génie industriel allemand ont réussi, en dépit des plus grandes difficultés, à élever à la mémoire des camarades un monument digne d’eux et parfaitement adapté à son but. Ils ont su faire du cimetière d’honneur allemand un lieu de repos solennel tout à fait séparé de ce qui l’entoure. […] ».

Cet exemple nous permet d’envisager que ce monument est véritablement perçu dès l’époque comme un monument aux Morts de la guerre, et non comme un monument en l’honneur de la grandeur de l’Allemagne ou de son Kaiser.

Cependant, il reste un moyen pour les Allemands de marquer le territoire conquis ainsi que leur supériorité technique au regard du « désordre » qui règne selon eux dans le reste du cimetière.

 

Le début de l’isolement

Après-guerre, le cimetière Saint-Charles subit de nombreuses modifications eu égard aux transferts des sépultures de toutes nationalités (on compte encore en décembre 1920 plus de 2 500 sépultures liées à la guerre qu’il s’agisse de Russes, Roumains, Britanniques, Italiens, de déportés civils et bien entendus d’Allemands, et au rapatriement de corps de Morts pour la France à Sedan).

Les sépultures allemandes sont transférées la nécropole de Noyers-Pont-Maugis dans la décennie 1920.

Le monument ne fait plus parler de lui jusqu’en 1937 lorsqu’une délibération municipale acte la destruction du mur d’enceinte de l’ancienne nécropole allemande, alors vide de tombes, pour obtenir plus de place pour les sépultures des Sedanais, les élus indiquent : « […] C’est alors qu’est venue l’idée d’utiliser, dans ce but, l’emplacement de l’ancien cimetière allemand où il n’existe plus aucune tombe. Il subsiste seulement le monument que tout le monde connaît, qui doit être conservé ».

La question reste ouverte quant à l’interprétation de cette dernière phrase…

Les lieux sont réutilisés pendant la Seconde Guerre mondiale par les Allemands pour à nouveau inhumer certains de leurs morts de mai 1940.

Plus aucune délibération n’est établie jusque dans les années 1980. Au milieu des années 1970, des contacts ont été pris en Allemagne par la municipalité de Sedan pour trouver une solution au délabrement du monument. Ces démarches auprès du VDK et de l’Ambassade resteront sans réponse positive. Plusieurs décennies s’écoulent sans qu’aucune solution ne soit trouvée.

 

Aujourd’hui, la restauration se profile, une souscription est lancée

En juin 2012, une table-ronde autour d’Antoine Prost, Arndt Weinrich et Nicolas Offenstadt, permet de faire un point sur ce monument et ses particularités. Depuis lors de nombreux chercheurs et particuliers, mais aussi des associations, en particulier allemandes, ont soutenu le projet de conservation et de restauration du monument.

Le monument est aussi retenu à cette époque pour intégrer la liste des lieux proposés à l’UNESCO dans le cadre des Sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale.

Un grand pas a été franchi en janvier 2016 avec le déplacement officiel de M. Todeschini, Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire, accompagné de M. Klassen, attaché culturel à l’ambassade d’Allemagne en France. Tous deux ont apporté le soutien officiel des Etats français et allemand à la restauration du monument avec une participation financière non négligeable.

Le 17 septembre 2016, Serge Barcellini, président général du Souvenir Français et secrétaire-général de l’association qui porte la candidature UNESCO est venu à Sedan, où il apporté son soutien au lancement de la souscription internationale en co-signant une déclaration d’intention en compagnie du Maire de Sedan, du Délégué départemental de la Fondation du Patrimoine et du Président de la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais.

Cette restauration doit aussi permettre d’intégrer durablement ce monument dans les circuits de visite liés à la mémoire des 3 grands conflits qui ont marqué le territoire sedanais ces 150 dernières années.

 Texte rédigé par Sébastien HAGUETTE

Pour en savoir plus : www.histoire-sedan.com

 

Contact : Sébastien HAGUETTE, Président de la Société d’histoire et d’archéologie du Sedanais, ste.histoire@orange.fr

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >