La Refondation du Concours National de la Résistance et de la Déportation

30 mars 2017

Tristan LECOQ, Inspecteur général de l’Éducation nationale

Professeur des universités associé (histoire contemporaine) à l’Université de Paris Sorbonne

 TLECOQ

La Refondation du concours national de la Résistance et de la Déportation

La refondation du concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD) est partie du constat d’une forme d’affaiblissement de l’intérêt des élèves et des enseignants pour ce concours, créé en 1961 comme « Concours national de la Résistance » et devenu « Concours national de la Résistance et de la Déportation » : disparition des témoins directs, décalage croissant des nouvelles générations d’élèves et d’enseignants avec les faits, nécessité d’affirmer le CNRD comme un passeur entre les générations, en même temps que respect de la distinction entre l’histoire et la mémoire.

Placée sous l’autorité de l’Inspection générale de l’Education nationale et de la Direction générale de l’enseignement scolaire, cette rénovation a trois objectifs : simplifier les épreuves et ouvrir le concours à de nouvelles catégories de participants ; mieux adosser le concours aux programmes d’histoire et d’enseignement moral et civique ; rationaliser et renforcer l’exécutif du concours.

Le concours porte sur la résistance à l’occupant, à sa politique et à ses vassaux, sous toutes ses formes, extérieure et intérieure, militaire et politique, du 18 juin 1940 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il porte sur la déportation et l’extermination des Juifs d’Europe par les nazis, ses étapes et ses espaces, ses processus et ses appareils, ainsi que sur la déportation d’autres minorités, telles que les Tziganes.

Le dispositif arrêté par la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche se concentre sur deux séries de décisions.

1. Un concours adapté aux programmes, des procédures simplifiées, de nouveaux participants

Sous l’autorité de l’Inspecteur général, président du collège des correcteurs, les thèmes annuels proposés au choix du ministre chargé de l’Education nationale seront adossés aux programmes d’enseignement, dans leur triple dimension académique, didactique et pédagogique, répondant en cela à une demande forte des enseignants d’histoire et de géographie. Il importe dans le même temps de faire entrer, avec dilection et recul, les enseignements récents de la recherche, française et étrangère, dans les problématiques du concours et de renforcer ainsi la relation entre l’histoire et l’histoire enseignée.

Le nouveau concours met fin à la confusion antérieure en particulier en ce qui concerne les « catégories audiovisuelles». L’arrêté du 23 juin 2016 propose un choix plus simple : participation individuelle ou collective pour les lycéens, participation individuelle ou collective pour les collégiens. Dans la mesure où ce type de production cumule les objectifs pédagogiques et ouvre la voie à une modernité déjà effective, les résultats attendus pourront de plus être valorisés et diffusés.

Les nouvelles dispositions du CNRD ouvrent le concours à de nouvelles catégories d’élèves et d’établissements : Etablissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), Centres de formation d’apprentis (CFA), Centre national d’enseignement à distance (CNED), Maisons familiales et rurales (MFR) … cette ouverture est à la fois une marque de reconnaissance, de fraternité et d’exigence, dans la belle tradition du concours

2.Un concours mieux préparé, mieux harmonisé, mieux valorisé

Les documents pédagogiques indispensables aux enseignants qui préparent leurs élèves au CNRD feront, eux aussi,  l’objet d’une rénovation placée sous le signe de la rigueur scientifique, de la mise en ligne systématique, du maintien d’une diffusion plus traditionnelle. Sous l’autorité de l’Inspection générale, les fondations et partenaires du concours y apporteront leur expérience et leurs compétences.

Les sujets des épreuves individuelles réalisées à l’échelon académique seront encadrés au niveau national, de façon à placer le concours sous le signe d’une véritable égalité entre les candidats individuels. Il faut le souligner avec force : si ce concours est et restera national, s’il s’enrichit des contributions plurielles comme le veulent les intitulés des sujets, l’empreinte nationale doit se traduire par une forme de régulation plus opérationnelle.

L’engagement des élèves sous l’autorité des leurs enseignants, les résultats qu’ils obtiennent, la reconnaissance de l’Institution seront mis en valeur, diffusés largement, proclamés à l’échelon territorial et à l’échelon national, dans le cadre d’une réflexion conduite par la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et l’Inspection générale de l’Education nationale, avec l’appui et le concours des corps territoriaux d’inspection et des partenaires institutionnels et associatifs du CNRD, au sein desquels Le Souvenir Français aura toute sa place.

L’enseignement de la Résistance et de la Déportation comme objets d’histoire, en collège et dans les lycées, la réflexion sur les mémoires de la Résistance et de la Déportation comme objets d’histoire, le recul critique par rapport à un savoir en permanente évolution sont ainsi au cœur de la rénovation du CNRD.

Tristan Lecoq

Inspecteur général de l’Education nationale

Professeur des universités associé (histoire contemporaine) à l’Université paris Sorbonne

Dernier ouvrage paru :           

Enseigner la Résistance  sous la direction de Laurent Douzou et Tristan Lecoq, Futuroscope : Canopé éditions, DL 2016.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
3 octobre 2022

Sous les projecteurs

La religion durant la Grande Guerre et la chapelle du Souvenir Français Inauguration de l’exposition « Croire au front » Le Souvenir Français est heureux d’accueillir cette exposition conçue et réalisée par Monsieur Jean-Luc Messager. L’exposition propose une réflexion sur le rôle de la religion en 1914-1918, à travers des témoignages photographiques qui captent et traduisent le […]

Voir l'article >
18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
4 novembre 2022

Hommage à Jean-Claude Bernardet

Photo : Le journal de Saône-et-Loire Le Souvenir Français a la profonde tristesse d’apprendre la disparition de Monsieur Jean-Claude Bernardet, délégué général du Souvenir Français de Saône-et-Loire, survenue le 20 octobre 2022. Hommage du président général du Souvenir Français Serge Barcellini Obsèques de Monsieur Jean-Claude Bernardet, Délégué général du Souvenir Français de Saône-et-Loire Mercredi 26 […]

Voir l'article >
3 novembre 2022

Bilan des activités du président général

Octobre 2022 Vendredi 30 septembre : Déplacement à Quimper (Finistère). Rencontre avec Madame la maire de Quimper afin d’examiner le développement de l’activité du comité du Souvenir Français dans sa ville, puis entretien avec le préfet du Finistère. Visite de la cathédrale de Quimper et particulièrement du monument aux morts érigé par le peintre Denis en […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

La Refondation du Concours National de la Résistance et de la Déportation

30 mars 2017

Tristan LECOQ, Inspecteur général de l’Éducation nationale

Professeur des universités associé (histoire contemporaine) à l’Université de Paris Sorbonne

 TLECOQ

La Refondation du concours national de la Résistance et de la Déportation

La refondation du concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD) est partie du constat d’une forme d’affaiblissement de l’intérêt des élèves et des enseignants pour ce concours, créé en 1961 comme « Concours national de la Résistance » et devenu « Concours national de la Résistance et de la Déportation » : disparition des témoins directs, décalage croissant des nouvelles générations d’élèves et d’enseignants avec les faits, nécessité d’affirmer le CNRD comme un passeur entre les générations, en même temps que respect de la distinction entre l’histoire et la mémoire.

Placée sous l’autorité de l’Inspection générale de l’Education nationale et de la Direction générale de l’enseignement scolaire, cette rénovation a trois objectifs : simplifier les épreuves et ouvrir le concours à de nouvelles catégories de participants ; mieux adosser le concours aux programmes d’histoire et d’enseignement moral et civique ; rationaliser et renforcer l’exécutif du concours.

Le concours porte sur la résistance à l’occupant, à sa politique et à ses vassaux, sous toutes ses formes, extérieure et intérieure, militaire et politique, du 18 juin 1940 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il porte sur la déportation et l’extermination des Juifs d’Europe par les nazis, ses étapes et ses espaces, ses processus et ses appareils, ainsi que sur la déportation d’autres minorités, telles que les Tziganes.

Le dispositif arrêté par la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche se concentre sur deux séries de décisions.

1. Un concours adapté aux programmes, des procédures simplifiées, de nouveaux participants

Sous l’autorité de l’Inspecteur général, président du collège des correcteurs, les thèmes annuels proposés au choix du ministre chargé de l’Education nationale seront adossés aux programmes d’enseignement, dans leur triple dimension académique, didactique et pédagogique, répondant en cela à une demande forte des enseignants d’histoire et de géographie. Il importe dans le même temps de faire entrer, avec dilection et recul, les enseignements récents de la recherche, française et étrangère, dans les problématiques du concours et de renforcer ainsi la relation entre l’histoire et l’histoire enseignée.

Le nouveau concours met fin à la confusion antérieure en particulier en ce qui concerne les « catégories audiovisuelles». L’arrêté du 23 juin 2016 propose un choix plus simple : participation individuelle ou collective pour les lycéens, participation individuelle ou collective pour les collégiens. Dans la mesure où ce type de production cumule les objectifs pédagogiques et ouvre la voie à une modernité déjà effective, les résultats attendus pourront de plus être valorisés et diffusés.

Les nouvelles dispositions du CNRD ouvrent le concours à de nouvelles catégories d’élèves et d’établissements : Etablissements régionaux d’enseignement adapté (EREA), Centres de formation d’apprentis (CFA), Centre national d’enseignement à distance (CNED), Maisons familiales et rurales (MFR) … cette ouverture est à la fois une marque de reconnaissance, de fraternité et d’exigence, dans la belle tradition du concours

2.Un concours mieux préparé, mieux harmonisé, mieux valorisé

Les documents pédagogiques indispensables aux enseignants qui préparent leurs élèves au CNRD feront, eux aussi,  l’objet d’une rénovation placée sous le signe de la rigueur scientifique, de la mise en ligne systématique, du maintien d’une diffusion plus traditionnelle. Sous l’autorité de l’Inspection générale, les fondations et partenaires du concours y apporteront leur expérience et leurs compétences.

Les sujets des épreuves individuelles réalisées à l’échelon académique seront encadrés au niveau national, de façon à placer le concours sous le signe d’une véritable égalité entre les candidats individuels. Il faut le souligner avec force : si ce concours est et restera national, s’il s’enrichit des contributions plurielles comme le veulent les intitulés des sujets, l’empreinte nationale doit se traduire par une forme de régulation plus opérationnelle.

L’engagement des élèves sous l’autorité des leurs enseignants, les résultats qu’ils obtiennent, la reconnaissance de l’Institution seront mis en valeur, diffusés largement, proclamés à l’échelon territorial et à l’échelon national, dans le cadre d’une réflexion conduite par la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) et l’Inspection générale de l’Education nationale, avec l’appui et le concours des corps territoriaux d’inspection et des partenaires institutionnels et associatifs du CNRD, au sein desquels Le Souvenir Français aura toute sa place.

L’enseignement de la Résistance et de la Déportation comme objets d’histoire, en collège et dans les lycées, la réflexion sur les mémoires de la Résistance et de la Déportation comme objets d’histoire, le recul critique par rapport à un savoir en permanente évolution sont ainsi au cœur de la rénovation du CNRD.

Tristan Lecoq

Inspecteur général de l’Education nationale

Professeur des universités associé (histoire contemporaine) à l’Université paris Sorbonne

Dernier ouvrage paru :           

Enseigner la Résistance  sous la direction de Laurent Douzou et Tristan Lecoq, Futuroscope : Canopé éditions, DL 2016.

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
3 octobre 2022

Sous les projecteurs

La religion durant la Grande Guerre et la chapelle du Souvenir Français Inauguration de l’exposition « Croire au front » Le Souvenir Français est heureux d’accueillir cette exposition conçue et réalisée par Monsieur Jean-Luc Messager. L’exposition propose une réflexion sur le rôle de la religion en 1914-1918, à travers des témoignages photographiques qui captent et traduisent le […]

Voir l'article >
18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
4 novembre 2022

Hommage à Jean-Claude Bernardet

Photo : Le journal de Saône-et-Loire Le Souvenir Français a la profonde tristesse d’apprendre la disparition de Monsieur Jean-Claude Bernardet, délégué général du Souvenir Français de Saône-et-Loire, survenue le 20 octobre 2022. Hommage du président général du Souvenir Français Serge Barcellini Obsèques de Monsieur Jean-Claude Bernardet, Délégué général du Souvenir Français de Saône-et-Loire Mercredi 26 […]

Voir l'article >
3 novembre 2022

Bilan des activités du président général

Octobre 2022 Vendredi 30 septembre : Déplacement à Quimper (Finistère). Rencontre avec Madame la maire de Quimper afin d’examiner le développement de l’activité du comité du Souvenir Français dans sa ville, puis entretien avec le préfet du Finistère. Visite de la cathédrale de Quimper et particulièrement du monument aux morts érigé par le peintre Denis en […]

Voir l'article >