La Cérémonie du 30 août 2020 à Mars La Tour

14 septembre 2020

A l’initiative du Souvenir Français, les services de la Préfecture de Meurthe-et-Moselle, la DPMA, l’ONACVG et la commune de Mars la Tour ont organisé le 30 août 2020 devant le monument Bogino une cérémonie commémorant le 150ème anniversaire de la bataille de Mars la Tour.

Cette cérémonie était présidée par Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, Ministre déléguée auprès la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants.

Etaient présents :

Monsieur Arnaud COCHET, Préfet de Meurthe-et-Moselle

Monsieur POTIER, Député, Madame GUILLOTIN, Sénatrice

Monsieur HUSSON Sénateur,

Monsieur JACQUIN, Sénateur

Madame BEAUSERT-LEICK, Présidente du Conseil départemental

Monsieur PELOSATO, Adjoint au Maire de Mars la Tour

Monsieur SOULIER, Président de la CC Mad et Moselle

Monsieur le Colonel LIPSKI, Délégué militaire départemental

Madame PEAUCELLE-DELELIS, Directrice Générale de l’ONACVG

Monsieur le CGA, Serge BARCELLINI, Président Général du Souvenir Français

Les comités accompagnés de leurs drapeaux de :

BACCARAT, BELLEVILLE, BLAMONT, CHAMPIGNEULLES, CONFLANS –JARNY, DIEULOUARD, LUNEVILLE, SEL ET VERMOIS, NOMENY, TOUL, TOUL NORD VANDOEUVRE,

ainsi que Victor-André PITZ, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meuse accompagné du drapeau de sa délégation étaient présents.

Pierre GOSSOT, Délégué général adjoint s’est occupé de la sonorisation qui a été mise à disposition gracieusement par Mr Hervé LEBEGUE de la société Lorraine Monument de Jarny que nous remercions.

Maurice VILAIN, délégué général adjoint de la Meurthe-et-Moselle a assuré la présentation des différentes phases de la cérémonie.

Dans un premier temps, Pascal SOLOFRIZZO, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle a présenté l’historique et la symbolique du monument national de Mars la Tour. (Voir ci-dessous)

Ensuite deux gerbes ont été déposées au pied du monument par Serge BARCELLINI et Pascal SOLOFRIZZO au nom du Souvenir Français et par Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, Ministre déléguée auprès la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants.

Après la sonnerie aux Morts et la minute de silence en hommage aux soldats morts pour la Patrie à Mars La Tour et en particulier aux 1500 soldats qui reposent dans la crypte située sous le monument, Madame la Ministre et les autorités ont salué et remercié les porte-drapeaux.

Puis Maryse HUMBERT, Déléguée générale adjointe a présenté à Madame la Ministre l’exposition conçue et réalisée par le Souvenir Français pour le 150ème anniversaire de la Guerre de 1870. Cette exposition comportant 10 panneaux communs à l’ensemble des délégations générales de France rappelle l’historique de la Guerre de 1870 et montre comment au fil des années le souvenir des victimes de la guerre s’est manifesté, transmis et évolué en fonction du contexte politique et diplomatique. L’un de ces panneaux concerne plus particulièrement le rôle du Souvenir Français qui a été créé en 1887 pour entretenir les tombes et le souvenir des soldats morts au cours de cette guerre non seulement en France mais aussi en Alsace-Moselle annexée.

Elle est complétée par 2 panneaux départementaux réalisés par la DG 54 qui évoquent les principaux événements de la guerre en Meurthe-et-Moselle et la création du département de la Meurthe-et-Moselle le 7 septembre 1871, conséquence directe du traité de Francfort signé le 10 mai 1871 et de l’annexion par l’Allemagne d’une partie des deux anciens départements de la Moselle et de la Meurthe.

Avant de partir pour Gravelotte, Madame la Ministre a dit combien elle était ravie d’être venue à Mars la Tour et a chaleureusement remercié les organisateurs de cette cérémonie et en particulier le Souvenir Français.


Pascal SOLOFRIZZO, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle a présenté l’historique et la symbolique du monument national de Mars La Tour

« Madame La Ministre, Monsieur les Préfet, Monsieur le Président Général du Souvenir Français, Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdames et Messieurs en vos titres, Grades et Qualités, Mesdames et Messieurs Les Porte-drapeaux, MMesdames et Messieurs, Chers Amis du Souvenir Français.

Il y a 150 ans, le 16 août 1870, une des batailles les plus importantes de la Guerre de 1870 se déroulait ici à Mars la Tour et dans les villages voisins, au nord-ouest sur le plateau de l’Yron à la ferme des Grizières et à l’est à Vionville, Rezonville, bataille au cours de laquelle 200 000 combattants français et allemands s’affrontaient. Au soir de la bataille, les pertes sont lourdes: 15 800 Français et 17 000 Allemands sont mis hors de combat.

Nous sommes rassemblés aujourd’hui devant le monument Bogino situé à moins d’un kilomètre de la frontière qui séparait la France et l’Allemagne de 1871 à 1918. Ce monument national commémore les soldats français tombés lors des combats de Mars la Tour et Gravelotte, les 16 et 18 août comme l’indiquent les noms inscrits sur le piédestal : Mars la Tour, Rezonville, Gravelotte et Saint Privat la Montagne.

Il est l’oeuvre d’un sculpteur français, Fréderic Bogino, né en 1831 à Paris où il est mort en 1899. Il fut édifié par souscription nationale à l’initiative des habitants de Mars la Tour en particulier, l’abbé Stef et le maire de Mars la Tour et inauguré le 2 novembre 1875.

Ce monument est une nécropole nationale car sous le piédestal de la statue se trouve une crypte renfermant les ossements de 1500 soldats morts pour la Patrie dans les combats des 16 et 18 août 1870 . Ces soldats avaient été dans un premier temps enterrés dans les cimetières communaux de Mars la Tour, Gravelotte, Saint Privat et Rezonville. Leurs dépouilles furent transférées en 1876 dans la crypte qui n’est plus aujourd’hui accessible, une dalle de pierre condamnant la porte d’entrée.

Pour réaliser la statue qui se trouve sur le piédestal, le fondeur Charnot a utilisé 2 tonnes de bronze provenant de 4 canons hors service fournis par le Général Paul de Ladmirault, un des vétérans de la bataille de Mars la Tour.

Cette statue haute de 5 mètres représente la France résignée mais debout soutenant un soldat mourant qui lâche son fusil. A ses pieds, un jeune enfant symbolisant la relève récupère son fusil et un second enfant s’appuie sur l’ancre, symbole d’espérance.

En 1877, à l’initiative du gouvernement, deux hauts reliefs en bronze sont venus compléter ce monument.

L’un intitulé « Le combat de cavalerie » et l’autre « Le combat d’infanterie » représentaient les chefs militaires dans des postures édifiantes de commandement ou de mort héroïque et glorifiaient l’Armée et ses chefs. Le premier a été volé en 2014 et le second se trouve aujourd’hui à l’église de Mars la Tour. Des reproductions de ces 2 hauts reliefs ont été récemment mises en place par l’ ONACVG.

Jusqu’en 1914, tous les ans, le 16 août, des cérémonies entretenaient le souvenir des disparus et attiraient des milliers de participants venus de la Lorraine restée française et de toute la France mais aussi de la région de Metz annexée par les Allemands, occasion pour les populations locales de se rassembler. Cependant après la construction de monuments commémoratifs en Lorraine annexée, les habitants de Metz préférèrent se recueillir au monument de Noisseville érigé avec l’accord de l’Allemagne par le Souvenir Français en 1908.

Dans un premier temps, le monument de Mars la Tour est devenu un véritable lieu de pèlerinage mémoriel, un centre de la mémoire locale et du patriotisme lorrain. Puis à la fin du XIXe siècle, avec l’accord de l’Etat, notamment à travers le Souvenir Français qui avait été créée par Xavier Niessen en 1887, ces commémorations prennent un caractère national destiné à entretenir la flamme du patriotisme et lors des tensions entre la France et L’Allemagne à nourrir de vifs sentiments nationalistes et un désir de revanche.

A Mars la Tour, non seulement on assistait aux cérémonies mais on visitait également l’église devenue une église-mémorial à l’initiative de l’abbé Joseph Faller, ainsi que le musée qu’il avait créé et ensuite on se rendait sur les champs de batailles.

Aujourd’hui encore, même si le souvenir de la Guerre de 1870 s’est progressivement estompé dans la mémoire des Français, à Mars la Tour, à Gravelotte et dans les villages environnants on ne l’a pas oubliée comme en témoignent les nombreuses initiatives récentes : le nouveau musée de Gravelotte ouvert en 2014, le musée en plein air du plateau de l’Yron qui évoque la dernière grande charge de cavalerie en Europe le 16 août 1870 à 17 heures, les chemins de mémoire qui permettent de découvrir les lieux des combats, les visites pour les scolaires proposées par les comités locaux du Souvenir Français, la réalisation d’un livret sur les

hauts lieux du souvenir des combattants de 1870-71 par la Délégation Générale du Souvenir Français de Meurthe-et-Moselle et les manifestations organisées chaque année par les communes concernées.

En commémorant le 150è anniversaire de la Guerre de 1870, notre association, Le Souvenir Français qui a été créé à l’issue de cette guerre reste fidèle à ses missions : entretenir les tombes de ceux qui sont morts pour la France, honorer leur mémoire et transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives.

Nous pouvons reprendre à notre compte ce que disait à Mars la Tour, Charles Turinaz, évêque de Nancy dans le discours qu’il prononçât, le 16 août 1890 pour le 20ème anniversaire de la Guerre:

 » Ô France! N’oublie jamais ceux qui sont morts pour toi. Reviens toujours sur ces lieux immortels dont les noms autrefois obscurs sont devenus immortels. »

Je vous remercie de votre attention. »

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
16 septembre 2020

Deux questions ont été posées à Philippe Jaulneau

Philippe Jaulneau est Président du Comité du Souvenir Français de Coulommiers (77). Son Comité a participé à la réfection du monument consacré à la guerre de 1870 qui sera inauguré le 19 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine. 1- Quelle est l’histoire du monument de 1870 de la guerre de Coulommiers ? La loi […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
14 septembre 2020

Les associations du Comité (septembre 2020)

Société Nationale d’Entraide de la Médaille Militaire Héritière de l’association « Les médaillés militaires de France » créée en 1904, la SNEMM, apolitique et non-confessionnelle, dispose d’un réseau de 850 sections réparties en France, dans les DOM-TOM et à l’étranger, qui contribuent à son action sociale et s’attachent avec elle au rayonnement de la médaille militaire créée […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Les associations du Comité (septembre 2020)

14 septembre 2020

A l’initiative du Souvenir Français, les services de la Préfecture de Meurthe-et-Moselle, la DPMA, l’ONACVG et la commune de Mars la Tour ont organisé le 30 août 2020 devant le monument Bogino une cérémonie commémorant le 150ème anniversaire de la bataille de Mars la Tour.

Cette cérémonie était présidée par Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, Ministre déléguée auprès la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants.

Etaient présents :

Monsieur Arnaud COCHET, Préfet de Meurthe-et-Moselle

Monsieur POTIER, Député, Madame GUILLOTIN, Sénatrice

Monsieur HUSSON Sénateur,

Monsieur JACQUIN, Sénateur

Madame BEAUSERT-LEICK, Présidente du Conseil départemental

Monsieur PELOSATO, Adjoint au Maire de Mars la Tour

Monsieur SOULIER, Président de la CC Mad et Moselle

Monsieur le Colonel LIPSKI, Délégué militaire départemental

Madame PEAUCELLE-DELELIS, Directrice Générale de l’ONACVG

Monsieur le CGA, Serge BARCELLINI, Président Général du Souvenir Français

Les comités accompagnés de leurs drapeaux de :

BACCARAT, BELLEVILLE, BLAMONT, CHAMPIGNEULLES, CONFLANS –JARNY, DIEULOUARD, LUNEVILLE, SEL ET VERMOIS, NOMENY, TOUL, TOUL NORD VANDOEUVRE,

ainsi que Victor-André PITZ, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meuse accompagné du drapeau de sa délégation étaient présents.

Pierre GOSSOT, Délégué général adjoint s’est occupé de la sonorisation qui a été mise à disposition gracieusement par Mr Hervé LEBEGUE de la société Lorraine Monument de Jarny que nous remercions.

Maurice VILAIN, délégué général adjoint de la Meurthe-et-Moselle a assuré la présentation des différentes phases de la cérémonie.

Dans un premier temps, Pascal SOLOFRIZZO, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle a présenté l’historique et la symbolique du monument national de Mars la Tour. (Voir ci-dessous)

Ensuite deux gerbes ont été déposées au pied du monument par Serge BARCELLINI et Pascal SOLOFRIZZO au nom du Souvenir Français et par Madame Geneviève DARRIEUSSECQ, Ministre déléguée auprès la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants.

Après la sonnerie aux Morts et la minute de silence en hommage aux soldats morts pour la Patrie à Mars La Tour et en particulier aux 1500 soldats qui reposent dans la crypte située sous le monument, Madame la Ministre et les autorités ont salué et remercié les porte-drapeaux.

Puis Maryse HUMBERT, Déléguée générale adjointe a présenté à Madame la Ministre l’exposition conçue et réalisée par le Souvenir Français pour le 150ème anniversaire de la Guerre de 1870. Cette exposition comportant 10 panneaux communs à l’ensemble des délégations générales de France rappelle l’historique de la Guerre de 1870 et montre comment au fil des années le souvenir des victimes de la guerre s’est manifesté, transmis et évolué en fonction du contexte politique et diplomatique. L’un de ces panneaux concerne plus particulièrement le rôle du Souvenir Français qui a été créé en 1887 pour entretenir les tombes et le souvenir des soldats morts au cours de cette guerre non seulement en France mais aussi en Alsace-Moselle annexée.

Elle est complétée par 2 panneaux départementaux réalisés par la DG 54 qui évoquent les principaux événements de la guerre en Meurthe-et-Moselle et la création du département de la Meurthe-et-Moselle le 7 septembre 1871, conséquence directe du traité de Francfort signé le 10 mai 1871 et de l’annexion par l’Allemagne d’une partie des deux anciens départements de la Moselle et de la Meurthe.

Avant de partir pour Gravelotte, Madame la Ministre a dit combien elle était ravie d’être venue à Mars la Tour et a chaleureusement remercié les organisateurs de cette cérémonie et en particulier le Souvenir Français.


Pascal SOLOFRIZZO, Délégué Général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle a présenté l’historique et la symbolique du monument national de Mars La Tour

« Madame La Ministre, Monsieur les Préfet, Monsieur le Président Général du Souvenir Français, Mesdames et Messieurs les Elus, Mesdames et Messieurs en vos titres, Grades et Qualités, Mesdames et Messieurs Les Porte-drapeaux, MMesdames et Messieurs, Chers Amis du Souvenir Français.

Il y a 150 ans, le 16 août 1870, une des batailles les plus importantes de la Guerre de 1870 se déroulait ici à Mars la Tour et dans les villages voisins, au nord-ouest sur le plateau de l’Yron à la ferme des Grizières et à l’est à Vionville, Rezonville, bataille au cours de laquelle 200 000 combattants français et allemands s’affrontaient. Au soir de la bataille, les pertes sont lourdes: 15 800 Français et 17 000 Allemands sont mis hors de combat.

Nous sommes rassemblés aujourd’hui devant le monument Bogino situé à moins d’un kilomètre de la frontière qui séparait la France et l’Allemagne de 1871 à 1918. Ce monument national commémore les soldats français tombés lors des combats de Mars la Tour et Gravelotte, les 16 et 18 août comme l’indiquent les noms inscrits sur le piédestal : Mars la Tour, Rezonville, Gravelotte et Saint Privat la Montagne.

Il est l’oeuvre d’un sculpteur français, Fréderic Bogino, né en 1831 à Paris où il est mort en 1899. Il fut édifié par souscription nationale à l’initiative des habitants de Mars la Tour en particulier, l’abbé Stef et le maire de Mars la Tour et inauguré le 2 novembre 1875.

Ce monument est une nécropole nationale car sous le piédestal de la statue se trouve une crypte renfermant les ossements de 1500 soldats morts pour la Patrie dans les combats des 16 et 18 août 1870 . Ces soldats avaient été dans un premier temps enterrés dans les cimetières communaux de Mars la Tour, Gravelotte, Saint Privat et Rezonville. Leurs dépouilles furent transférées en 1876 dans la crypte qui n’est plus aujourd’hui accessible, une dalle de pierre condamnant la porte d’entrée.

Pour réaliser la statue qui se trouve sur le piédestal, le fondeur Charnot a utilisé 2 tonnes de bronze provenant de 4 canons hors service fournis par le Général Paul de Ladmirault, un des vétérans de la bataille de Mars la Tour.

Cette statue haute de 5 mètres représente la France résignée mais debout soutenant un soldat mourant qui lâche son fusil. A ses pieds, un jeune enfant symbolisant la relève récupère son fusil et un second enfant s’appuie sur l’ancre, symbole d’espérance.

En 1877, à l’initiative du gouvernement, deux hauts reliefs en bronze sont venus compléter ce monument.

L’un intitulé « Le combat de cavalerie » et l’autre « Le combat d’infanterie » représentaient les chefs militaires dans des postures édifiantes de commandement ou de mort héroïque et glorifiaient l’Armée et ses chefs. Le premier a été volé en 2014 et le second se trouve aujourd’hui à l’église de Mars la Tour. Des reproductions de ces 2 hauts reliefs ont été récemment mises en place par l’ ONACVG.

Jusqu’en 1914, tous les ans, le 16 août, des cérémonies entretenaient le souvenir des disparus et attiraient des milliers de participants venus de la Lorraine restée française et de toute la France mais aussi de la région de Metz annexée par les Allemands, occasion pour les populations locales de se rassembler. Cependant après la construction de monuments commémoratifs en Lorraine annexée, les habitants de Metz préférèrent se recueillir au monument de Noisseville érigé avec l’accord de l’Allemagne par le Souvenir Français en 1908.

Dans un premier temps, le monument de Mars la Tour est devenu un véritable lieu de pèlerinage mémoriel, un centre de la mémoire locale et du patriotisme lorrain. Puis à la fin du XIXe siècle, avec l’accord de l’Etat, notamment à travers le Souvenir Français qui avait été créée par Xavier Niessen en 1887, ces commémorations prennent un caractère national destiné à entretenir la flamme du patriotisme et lors des tensions entre la France et L’Allemagne à nourrir de vifs sentiments nationalistes et un désir de revanche.

A Mars la Tour, non seulement on assistait aux cérémonies mais on visitait également l’église devenue une église-mémorial à l’initiative de l’abbé Joseph Faller, ainsi que le musée qu’il avait créé et ensuite on se rendait sur les champs de batailles.

Aujourd’hui encore, même si le souvenir de la Guerre de 1870 s’est progressivement estompé dans la mémoire des Français, à Mars la Tour, à Gravelotte et dans les villages environnants on ne l’a pas oubliée comme en témoignent les nombreuses initiatives récentes : le nouveau musée de Gravelotte ouvert en 2014, le musée en plein air du plateau de l’Yron qui évoque la dernière grande charge de cavalerie en Europe le 16 août 1870 à 17 heures, les chemins de mémoire qui permettent de découvrir les lieux des combats, les visites pour les scolaires proposées par les comités locaux du Souvenir Français, la réalisation d’un livret sur les

hauts lieux du souvenir des combattants de 1870-71 par la Délégation Générale du Souvenir Français de Meurthe-et-Moselle et les manifestations organisées chaque année par les communes concernées.

En commémorant le 150è anniversaire de la Guerre de 1870, notre association, Le Souvenir Français qui a été créé à l’issue de cette guerre reste fidèle à ses missions : entretenir les tombes de ceux qui sont morts pour la France, honorer leur mémoire et transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives.

Nous pouvons reprendre à notre compte ce que disait à Mars la Tour, Charles Turinaz, évêque de Nancy dans le discours qu’il prononçât, le 16 août 1890 pour le 20ème anniversaire de la Guerre:

 » Ô France! N’oublie jamais ceux qui sont morts pour toi. Reviens toujours sur ces lieux immortels dont les noms autrefois obscurs sont devenus immortels. »

Je vous remercie de votre attention. »

Articles récents

" alt="" class="img-fluid"/>
16 septembre 2020

Deux questions ont été posées à Philippe Jaulneau

Philippe Jaulneau est Président du Comité du Souvenir Français de Coulommiers (77). Son Comité a participé à la réfection du monument consacré à la guerre de 1870 qui sera inauguré le 19 septembre à l’occasion des Journées du Patrimoine. 1- Quelle est l’histoire du monument de 1870 de la guerre de Coulommiers ? La loi […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>
14 septembre 2020

Il y a 150 ans (septembre 2020)

Le 14 août à Gravelotte, organisation par le VDK de l’inhumation de cinq soldats prussiens, retrouvés dans le ruisseau de Vallières à Coincy, à la nécropole franco-allemande de Gravelotte. De nombreux événements ont été organisés les 15 et 16 août pour commémorer la bataille de Gravelotte, par Le Souvenir Français, Le Souvenir Napoléonien, les Arquebusiers de […]

Voir l'article >