Hommage à Charles Bernard

21 décembre 2021

Intervention de Monsieur Serge Barcellini, Président général du Souvenir Français, en quelques points essentiels

Quelle drôle d’idée se diront certains, que cet hommage à un inconnu mort lors d’une guerre oubliée !

Alors il me revient d’éclairer ce choix :

  • Une guerre oubliée

Oui la guerre de 1870-1871 l’est. Elle l’est en raison d’un double choix : celui de 1920 et celui de l’Education Nationale. L’inhumation d’un soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe d’une guerre victorieuse clôtura la période de deuil national que constitua 1871-1870. Quant à l’Education Nationale, l’absence de la guerre de 1870 dans les programmes scolaires pendant 30 années, expliquant la page blanche qu’elle constitua.

Et pourtant la connaissance de cette guerre est essentielle pour ceux qui veulent comprendre notre histoire contemporaine, celle de la France et celle de l’Europe.

Les années 1870-1945 ce sont en effet trois guerres qui « s’enchâssent » les unes dans les autres. Une longue guerre de 75 ans. 1945 constitue une rupture exceptionnelle qui ouvre le temps de la paix.

Comprendre la paix dans laquelle nous vivons nous oblige à connaître les guerres dont elle est issue. Ne pas connaître, oublier, c’est nous interdire de comprendre la richesse du temps présent.

  • Un combattant inconnu

Charles Bernard est né en 1846 et est tué à Buzenval le 19 janvier 1871. Il a 25 ans. Il s’est engagé volontairement au 116ème bataillon de la Garde Nationale. Un de ces volontaires qui se mobilise pour sauver Paris et desserrer l’étau allemand. Un de ces volontaires exceptionnel, un grand musicien qui reçut le 1er prix du conservatoire en contrebasse et violoncelle.

  • L’histoire qui éclaire

A travers le destin personnel de Charles Bernard, c’est l’histoire de Paris que nous retrouvons, et notamment celle de Paris assiégée, « Paris affamée, Paris mobilisée mais Paris aussi révoltée. Son destin n’est évidemment pas sans rappeler celui du peintre Frédéric Bazille, mort au combat le 28 novembre 1870 dont nous découvrons aujourd’hui le génie impressionniste.

Charles Bernard et Frédéric Bazille sont donc deux exemples d’engagés volontaires qui décidèrent d’offrir leur destin individuel à la Nation.

Deux génies culturels fauchés en pleine jeunesse, deux génies culturels qui ont manqué à la France.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
4 janvier 2022

Sous les projecteurs

La prix littéraire du CAR Le Souvenir Français a fusionné en 2015 avec le Comité d’Action de la Résistance, à la demande de son dernier président, le docteur Pierre Morel. Dans le cadre de cette fusion, Le Souvenir Français s’est engagé à perpétuer l’organisation du Prix littéraire de la Résistance, visant à honorer les écrivains […]

Voir l'article >

Nos partenaires

Les associations qui ont fusionné avec Le Souvenir Français De nombreuses associations ont fusionné avec Le Souvenir Français depuis plus de 20 ans. Parmi elles : – Amicale des Anciens du 6e Régiment d’Infanterie – Rhin et Dabube – Association du 11 novembre 1940 – Association des Anciens Combattants du Corps Expéditionnaire en Italie (1943-1944) – […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

4 janvier 2022

Intervention de Monsieur Serge Barcellini, Président général du Souvenir Français, en quelques points essentiels

Quelle drôle d’idée se diront certains, que cet hommage à un inconnu mort lors d’une guerre oubliée !

Alors il me revient d’éclairer ce choix :

  • Une guerre oubliée

Oui la guerre de 1870-1871 l’est. Elle l’est en raison d’un double choix : celui de 1920 et celui de l’Education Nationale. L’inhumation d’un soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe d’une guerre victorieuse clôtura la période de deuil national que constitua 1871-1870. Quant à l’Education Nationale, l’absence de la guerre de 1870 dans les programmes scolaires pendant 30 années, expliquant la page blanche qu’elle constitua.

Et pourtant la connaissance de cette guerre est essentielle pour ceux qui veulent comprendre notre histoire contemporaine, celle de la France et celle de l’Europe.

Les années 1870-1945 ce sont en effet trois guerres qui « s’enchâssent » les unes dans les autres. Une longue guerre de 75 ans. 1945 constitue une rupture exceptionnelle qui ouvre le temps de la paix.

Comprendre la paix dans laquelle nous vivons nous oblige à connaître les guerres dont elle est issue. Ne pas connaître, oublier, c’est nous interdire de comprendre la richesse du temps présent.

  • Un combattant inconnu

Charles Bernard est né en 1846 et est tué à Buzenval le 19 janvier 1871. Il a 25 ans. Il s’est engagé volontairement au 116ème bataillon de la Garde Nationale. Un de ces volontaires qui se mobilise pour sauver Paris et desserrer l’étau allemand. Un de ces volontaires exceptionnel, un grand musicien qui reçut le 1er prix du conservatoire en contrebasse et violoncelle.

  • L’histoire qui éclaire

A travers le destin personnel de Charles Bernard, c’est l’histoire de Paris que nous retrouvons, et notamment celle de Paris assiégée, « Paris affamée, Paris mobilisée mais Paris aussi révoltée. Son destin n’est évidemment pas sans rappeler celui du peintre Frédéric Bazille, mort au combat le 28 novembre 1870 dont nous découvrons aujourd’hui le génie impressionniste.

Charles Bernard et Frédéric Bazille sont donc deux exemples d’engagés volontaires qui décidèrent d’offrir leur destin individuel à la Nation.

Deux génies culturels fauchés en pleine jeunesse, deux génies culturels qui ont manqué à la France.

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
4 janvier 2022

Sous les projecteurs

La prix littéraire du CAR Le Souvenir Français a fusionné en 2015 avec le Comité d’Action de la Résistance, à la demande de son dernier président, le docteur Pierre Morel. Dans le cadre de cette fusion, Le Souvenir Français s’est engagé à perpétuer l’organisation du Prix littéraire de la Résistance, visant à honorer les écrivains […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Antoine de Meaux, Miarka, Phébus, 2020 Denise Jacob a dix-neuf ans quand elle entre en résistance, sous le nom de Miarka. Agent de liaison à Lyon, elle recueille les demandes de faux-papier, collecte et achemine les informations, jusqu’au jour de son arrestation, le 18 juin 1944. Soumise à la […]

Voir l'article >