Deux sites mémoriels présidentiels rénovés

3 juillet 2017

Le monument à Albert Lebrun

Lebrun

Dans le cadre de l’hommage rendu aux Présidents de la République, la délégation générale de la Meurthe-et-Moselle a initié un projet de restauration du monument à  Albert Lebrun situé dans son village natal de Mercy-le-Haut.

Albert LEBRUN est né en 1871. Ingénieur des mines, il commence une carrière militaire avant de se diriger vers la politique.

Elu député en 1900 de la Meurthe-et-Moselle, il devient ministre pour la première fois en 1911. Il occupe plusieurs fonctions ministérielles durant la Troisième République : ministre des Colonies (1911-1912 et 1913-1914), de la Guerre (1913) et du Blocus (1917-1919). Il est élu sénateur en 1920 puis Président de la République le 10 mai 1932 après l’assassinat de Paul Doumer. Son premier mandat est marqué par la crise du 6 février 1934. Il se présente pour un deuxième septennat et est  réélu le 5 avril 1939. Il désigne Philippe Pétain comme président du Conseil après la démission de Paul Reynaud. Sans démissionner, Albert Lebrun laisse le pouvoir à Pétain et s’installe à Vizille (Isère) où il est arrêté par la Gestapo. Il est incarcéré au château d’Itter dans le Tyrol autrichien. Il ne reprend pas ses fonctions après la Libération.

Il décède le 6 mars 1950 à Paris et est inhumé dans le cimetière de Mercy-le-Haut (54).

En 1959, les amis d’Albert Lebrun présidé par André François-Poncet, ex-ambassadeur de France en Allemagne, organisent une souscription pour élever un monument à sa mémoire. Le monument est l’œuvre de l’architecte Jacques Duvaux et porte un médaillon sculpté par Josette Hebert-Coëffin.

Ce monument est inauguré le 5 juillet 1959 en présence de Louis Jacquinot alors ministre d’Etat, représentant le gouvernement. Il est situé à l’entrée de Mercy-le-Haut.

La délégation départementale du Souvenir Français a constaté que le monument nécessitait une rénovation qui sera réalisée pour le 14 juillet avec le concours de la famille et la municipalité.

Contact : Pascal SOLOFRIZZO, délégué général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle, pascal.solofrizzo@orange.fr

La tombe d’Armand Fallières

Egalement dans le cadre de l’hommage rendu aux Présidents de la République, le comité du Souvenir Français du Canton de Villeneuve-sur-Lot a remis en état la sépulture d’Armand Fallières, Président de la République de 1906 à 1913.

Né le 6 novembre 1841 à Mézin (Lot-et-Garonne), Armand Fallières poursuit des études de droit avant d’entrer dans la vie politique. Il est élu maire de Nérac en 1871 et conseiller général du Lot-et-Garonne. Député du Lot-et-Garonne en 1876, il milite au groupe des républicains de gauche modéré.

Ministre entre 1880 et 1892, il est nommé président du Conseil en 1883. Son gouvernement ne dure que trois semaines. Il est élu sénateur en 1890 et accède à la présidence du Sénat en 1899.

A l’Elysée, il signe la Triple Entente en août 1907 entre la France, la Russie et le Royaume-Uni. Il effectue de nombreux déplacements à l’étranger (pays scandinaves, Tunisie et Angleterre).  Son septennat est marqué par la querelle des inventaires suite à la loi de séparation des Églises et de l’État. A la fin de son mandat, il prend sa retraite et se retire à Villeneuve-de-Mézin (Lot-et-Garonne).

Il y décède le 22 juin 1931 et est inhumé dans le cimetière de Mézin. Constatant le mauvais état de sa sépulture, la délégation générale du Souvenir Français du Lot-et-Garonne l’a restaurée pour la cérémonie du 14 juillet.

 

La tombe avant et après la restauration.

La tombe avant et après la restauration.

Contact : Richard BOGG, Délégué général du Souvenir Français pour le Lot-et-Garonne, richardbogg.dg47@orange.fr

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Deux sites mémoriels présidentiels rénovés

3 juillet 2017

Le monument à Albert Lebrun

Lebrun

Dans le cadre de l’hommage rendu aux Présidents de la République, la délégation générale de la Meurthe-et-Moselle a initié un projet de restauration du monument à  Albert Lebrun situé dans son village natal de Mercy-le-Haut.

Albert LEBRUN est né en 1871. Ingénieur des mines, il commence une carrière militaire avant de se diriger vers la politique.

Elu député en 1900 de la Meurthe-et-Moselle, il devient ministre pour la première fois en 1911. Il occupe plusieurs fonctions ministérielles durant la Troisième République : ministre des Colonies (1911-1912 et 1913-1914), de la Guerre (1913) et du Blocus (1917-1919). Il est élu sénateur en 1920 puis Président de la République le 10 mai 1932 après l’assassinat de Paul Doumer. Son premier mandat est marqué par la crise du 6 février 1934. Il se présente pour un deuxième septennat et est  réélu le 5 avril 1939. Il désigne Philippe Pétain comme président du Conseil après la démission de Paul Reynaud. Sans démissionner, Albert Lebrun laisse le pouvoir à Pétain et s’installe à Vizille (Isère) où il est arrêté par la Gestapo. Il est incarcéré au château d’Itter dans le Tyrol autrichien. Il ne reprend pas ses fonctions après la Libération.

Il décède le 6 mars 1950 à Paris et est inhumé dans le cimetière de Mercy-le-Haut (54).

En 1959, les amis d’Albert Lebrun présidé par André François-Poncet, ex-ambassadeur de France en Allemagne, organisent une souscription pour élever un monument à sa mémoire. Le monument est l’œuvre de l’architecte Jacques Duvaux et porte un médaillon sculpté par Josette Hebert-Coëffin.

Ce monument est inauguré le 5 juillet 1959 en présence de Louis Jacquinot alors ministre d’Etat, représentant le gouvernement. Il est situé à l’entrée de Mercy-le-Haut.

La délégation départementale du Souvenir Français a constaté que le monument nécessitait une rénovation qui sera réalisée pour le 14 juillet avec le concours de la famille et la municipalité.

Contact : Pascal SOLOFRIZZO, délégué général du Souvenir Français pour la Meurthe-et-Moselle, pascal.solofrizzo@orange.fr

La tombe d’Armand Fallières

Egalement dans le cadre de l’hommage rendu aux Présidents de la République, le comité du Souvenir Français du Canton de Villeneuve-sur-Lot a remis en état la sépulture d’Armand Fallières, Président de la République de 1906 à 1913.

Né le 6 novembre 1841 à Mézin (Lot-et-Garonne), Armand Fallières poursuit des études de droit avant d’entrer dans la vie politique. Il est élu maire de Nérac en 1871 et conseiller général du Lot-et-Garonne. Député du Lot-et-Garonne en 1876, il milite au groupe des républicains de gauche modéré.

Ministre entre 1880 et 1892, il est nommé président du Conseil en 1883. Son gouvernement ne dure que trois semaines. Il est élu sénateur en 1890 et accède à la présidence du Sénat en 1899.

A l’Elysée, il signe la Triple Entente en août 1907 entre la France, la Russie et le Royaume-Uni. Il effectue de nombreux déplacements à l’étranger (pays scandinaves, Tunisie et Angleterre).  Son septennat est marqué par la querelle des inventaires suite à la loi de séparation des Églises et de l’État. A la fin de son mandat, il prend sa retraite et se retire à Villeneuve-de-Mézin (Lot-et-Garonne).

Il y décède le 22 juin 1931 et est inhumé dans le cimetière de Mézin. Constatant le mauvais état de sa sépulture, la délégation générale du Souvenir Français du Lot-et-Garonne l’a restaurée pour la cérémonie du 14 juillet.

 

La tombe avant et après la restauration.

La tombe avant et après la restauration.

Contact : Richard BOGG, Délégué général du Souvenir Français pour le Lot-et-Garonne, richardbogg.dg47@orange.fr

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >