Le cimetière de Langson

4 juin 2019

En 1931, le Japon se lance dans une politique d’expansion sur le continent asiatique. Il entre en guerre contre la Chine. En 1938, l’armée japonaise qui occupe tout le littoral chinois de Tien-Tsin à Canton met en place un blocus de la Chine nationaliste. Ce blocus est tenu en échec par la possibilité d’approvisionner les armées chinoises à partir du Tonkin sous protectorat français.

Profitant de l’effondrement français de mai-juin 1940, l’armée japonaise exige la fermeture de la frontière chinoise. Le 30 août 1940, un accord est signé à Tokyo entre la France et le Japon donnant à ce dernier toute facilité pour surveiller la frontière. Le même jour, le gouvernement japonais présente un ultimatum  exigeant le stationnement des troupes japonaises au Tonkin et l’utilisation de plusieurs bases aériennes.

Après avoir rejeté dans un premier temps cet ultimatum, le gouverneur général en Indochine, l’amiral Decoux autorise l’installation de 6000 soldats japonais et l’utilisation de trois aérodromes au Tonkin.

A peine cette convention signée, l’armée japonaise envahit le Tonkin, dans la nuit du 22 au 23 septembre 1940. L’armée française résiste, mais la disproportion des forces est énorme. Face aux 25 000 soldats japonais appuyés par des chars et des avions, la France aligne 12 000 hommes dont 3 000 européens, mal équipés et sans expérience du feu.

Les combats se déroulent pendant  deux  jours autour de Langson. Le 25 septembre, la garnison hisse le drapeau blanc.

La bataille a coûté à la France 300 tués dont le général Le Monnier. Les Japonais s’installent en Indochine, tout en laissant l’apparence du pouvoir à l’Amiral Decoux avant de mener un coup de force 5 années plus tard, le 9 mars 1945. Ce coup de force qui fit plus de 4 500 tués dont 2 119 européens et 37 000 prisonniers français  marque la fin de l’Indochine française et d’une évolution qui aurait pu être pacifique vers les indépendances.

A côté de Langson, dans un cimetière abandonné,  plusieurs dizaines de tombes portent chacune la marque du Souvenir Français.  Sur une seule  des tombes, une inscription encore lisible rappelle que là repose le légionnaire Kopera, mort le 19 novembre 1940, à la suite de l’invasion du Tonkin par les troupes japonaises.

Le Souvenir Français a proposé à l’ambassade de France de participer à la sauvegarde de ce cimetière.

 

Articles récents

12 janvier 2021

L’agenda du mois

C’est demain : les 9 grandes initiatives proposées par le Souvenir Français pour 2021 1. Le 150e anniversaire de 1870 Le 28 janvier 1871, la France et l’Allemagne signaient un armistice qui mettait fin à la guerre. 1. Le recueil des 100 Un recueil de 100 hommes et femmes s’étant illustrés pendant la guerre de […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>

Trois questions à Jean-Pierre Mennessier, chargé de la veille mémorielle sur les sites de vente en ligne

Jean-Pierre Mennessier est Président du Comité du Souvenir Français de Friville-Escarbotin Belloy (Somme) depuis 2014. Son engagement au sein de notre association s’inscrit à la fois dans une tradition familiale (ses aïeux ont participé à différents conflits, au 19ème et 20ème siècle, et dans sa jeunesse (sa rencontre avec le général de Gaulle). Engagé dans […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Trois questions à Jean-Pierre Mennessier, chargé de la veille mémorielle sur les sites de vente en ligne

12 janvier 2021

En 1931, le Japon se lance dans une politique d’expansion sur le continent asiatique. Il entre en guerre contre la Chine. En 1938, l’armée japonaise qui occupe tout le littoral chinois de Tien-Tsin à Canton met en place un blocus de la Chine nationaliste. Ce blocus est tenu en échec par la possibilité d’approvisionner les armées chinoises à partir du Tonkin sous protectorat français.

Profitant de l’effondrement français de mai-juin 1940, l’armée japonaise exige la fermeture de la frontière chinoise. Le 30 août 1940, un accord est signé à Tokyo entre la France et le Japon donnant à ce dernier toute facilité pour surveiller la frontière. Le même jour, le gouvernement japonais présente un ultimatum  exigeant le stationnement des troupes japonaises au Tonkin et l’utilisation de plusieurs bases aériennes.

Après avoir rejeté dans un premier temps cet ultimatum, le gouverneur général en Indochine, l’amiral Decoux autorise l’installation de 6000 soldats japonais et l’utilisation de trois aérodromes au Tonkin.

A peine cette convention signée, l’armée japonaise envahit le Tonkin, dans la nuit du 22 au 23 septembre 1940. L’armée française résiste, mais la disproportion des forces est énorme. Face aux 25 000 soldats japonais appuyés par des chars et des avions, la France aligne 12 000 hommes dont 3 000 européens, mal équipés et sans expérience du feu.

Les combats se déroulent pendant  deux  jours autour de Langson. Le 25 septembre, la garnison hisse le drapeau blanc.

La bataille a coûté à la France 300 tués dont le général Le Monnier. Les Japonais s’installent en Indochine, tout en laissant l’apparence du pouvoir à l’Amiral Decoux avant de mener un coup de force 5 années plus tard, le 9 mars 1945. Ce coup de force qui fit plus de 4 500 tués dont 2 119 européens et 37 000 prisonniers français  marque la fin de l’Indochine française et d’une évolution qui aurait pu être pacifique vers les indépendances.

A côté de Langson, dans un cimetière abandonné,  plusieurs dizaines de tombes portent chacune la marque du Souvenir Français.  Sur une seule  des tombes, une inscription encore lisible rappelle que là repose le légionnaire Kopera, mort le 19 novembre 1940, à la suite de l’invasion du Tonkin par les troupes japonaises.

Le Souvenir Français a proposé à l’ambassade de France de participer à la sauvegarde de ce cimetière.

 

Articles récents

L’agenda du mois

C’est demain : les 9 grandes initiatives proposées par le Souvenir Français pour 2021 1. Le 150e anniversaire de 1870 Le 28 janvier 1871, la France et l’Allemagne signaient un armistice qui mettait fin à la guerre. 1. Le recueil des 100 Un recueil de 100 hommes et femmes s’étant illustrés pendant la guerre de […]

Voir l'article >
" alt="" class="img-fluid"/>

Monument du mois

Le Souvenir Français dans la toponymie des rues de nos villes et villages. Près de 500 rues, places et ronds-points portent le nom du Souvenir Français. Ces baptêmes sont dus à la volonté des présidents de comité de donner à notre association une visibilité dans le paysage urbain. La rencontre entre un président de comité […]

Voir l'article >