Billet d’humeur du Président : savez-vous ce que sont les coupes rases ?

3 mai 2021

En sylviculture, les expressions « coupes rases » « coupe à blanc » et « coupe à blanc-étoc » désignent un mode d’aménagement sylvicole passant par l’abattage de la totalité des arbres d’une parcelle d’une exploitation forestière. La coupe-rase a été inventée afin d’atteindre le degré ultime de l’exploitation mécanisée des forêts. Désormais aucun tri n’est fait parmi les arbres, tout doit être « rasé ». Les défenseurs de l’environnement dénoncent avec force l’aberration écologique que constituent ces coupes rases.

Or les coupes rases concernent aussi les champs de bataille de la Grande Guerre.

Au lendemain de la victoire de 1918, la France est confrontée aux réaménagements des centaines de milliers d’hectares de terrains agricoles broyés par la guerre.

Il est alors décidé de remettre en culture ce qui pourrait l’être, en particulier dans les zones céréalières et betteravières des Hauts-de-France et de boiser ce qui semblait impossible de remettre en culture. Il en fut ainsi en Meuse (sur le champ de bataille de Verdun, aux Eparges, en Argonne) mais aussi en Meurthe-et-Moselle, sur le site de Bois-le-Prêtre.

A l’origine, ces plantations d’arbres furent contestées par les anciens combattants qui ne retrouvaient pas, lors de leurs pèlerinages, les sites ravagés par la guerre qu’ils avaient connus. Pourtant, paradoxalement, ces forêts ont sauvegardé les sites des champs de bataille.

« Sous les arbres, la guerre », pourrait-on écrire. La guerre avec ses abris, ses souterrains, ses tranchées mais aussi les milliers de corps de combattants jamais retrouvés, dispersés dans le sol de ces forêts.

Pendant des décennies, l’Office Nationale des Forêt (ONF) a géré ces forêts avec soin et respect. Des textes prévoyaient que la traction animale devait être utilisée pour sortir les arbres coupés. Ce temps est révolu. Face à la concurrence du privé, et aux urgences des maladies des arbres, partout les engins mécaniques sont en action.

Seuls quelques secteurs échappent à ce nouveau modèle d’aménagement, comme celui de Fleury-devant-Douaumont, dont les travaux de l’ONF ont été en partie financés par la municipalité afin que la traction animale soit utilisée.

Bois-le-Prêtre est quant à lui méconnaissable.

Regardez ces photographies.

Ici git un champ de bataille. Ici gisent des combattants !

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

En sylviculture, les expressions « coupes rases » « coupe à blanc » et « coupe à blanc-étoc » désignent un mode d’aménagement sylvicole passant par l’abattage de la totalité des arbres d’une parcelle d’une exploitation forestière. La coupe-rase a été inventée afin d’atteindre le degré ultime de l’exploitation mécanisée des forêts. Désormais aucun tri n’est fait parmi les arbres, tout doit être « rasé ». Les défenseurs de l’environnement dénoncent avec force l’aberration écologique que constituent ces coupes rases.

Or les coupes rases concernent aussi les champs de bataille de la Grande Guerre.

Au lendemain de la victoire de 1918, la France est confrontée aux réaménagements des centaines de milliers d’hectares de terrains agricoles broyés par la guerre.

Il est alors décidé de remettre en culture ce qui pourrait l’être, en particulier dans les zones céréalières et betteravières des Hauts-de-France et de boiser ce qui semblait impossible de remettre en culture. Il en fut ainsi en Meuse (sur le champ de bataille de Verdun, aux Eparges, en Argonne) mais aussi en Meurthe-et-Moselle, sur le site de Bois-le-Prêtre.

A l’origine, ces plantations d’arbres furent contestées par les anciens combattants qui ne retrouvaient pas, lors de leurs pèlerinages, les sites ravagés par la guerre qu’ils avaient connus. Pourtant, paradoxalement, ces forêts ont sauvegardé les sites des champs de bataille.

« Sous les arbres, la guerre », pourrait-on écrire. La guerre avec ses abris, ses souterrains, ses tranchées mais aussi les milliers de corps de combattants jamais retrouvés, dispersés dans le sol de ces forêts.

Pendant des décennies, l’Office Nationale des Forêt (ONF) a géré ces forêts avec soin et respect. Des textes prévoyaient que la traction animale devait être utilisée pour sortir les arbres coupés. Ce temps est révolu. Face à la concurrence du privé, et aux urgences des maladies des arbres, partout les engins mécaniques sont en action.

Seuls quelques secteurs échappent à ce nouveau modèle d’aménagement, comme celui de Fleury-devant-Douaumont, dont les travaux de l’ONF ont été en partie financés par la municipalité afin que la traction animale soit utilisée.

Bois-le-Prêtre est quant à lui méconnaissable.

Regardez ces photographies.

Ici git un champ de bataille. Ici gisent des combattants !

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >