Billet d’humeur du Président : savez-vous ce que sont les coupes rases ?

3 mai 2021

En sylviculture, les expressions « coupes rases » « coupe à blanc » et « coupe à blanc-étoc » désignent un mode d’aménagement sylvicole passant par l’abattage de la totalité des arbres d’une parcelle d’une exploitation forestière. La coupe-rase a été inventée afin d’atteindre le degré ultime de l’exploitation mécanisée des forêts. Désormais aucun tri n’est fait parmi les arbres, tout doit être « rasé ». Les défenseurs de l’environnement dénoncent avec force l’aberration écologique que constituent ces coupes rases.

Or les coupes rases concernent aussi les champs de bataille de la Grande Guerre.

Au lendemain de la victoire de 1918, la France est confrontée aux réaménagements des centaines de milliers d’hectares de terrains agricoles broyés par la guerre.

Il est alors décidé de remettre en culture ce qui pourrait l’être, en particulier dans les zones céréalières et betteravières des Hauts-de-France et de boiser ce qui semblait impossible de remettre en culture. Il en fut ainsi en Meuse (sur le champ de bataille de Verdun, aux Eparges, en Argonne) mais aussi en Meurthe-et-Moselle, sur le site de Bois-le-Prêtre.

A l’origine, ces plantations d’arbres furent contestées par les anciens combattants qui ne retrouvaient pas, lors de leurs pèlerinages, les sites ravagés par la guerre qu’ils avaient connus. Pourtant, paradoxalement, ces forêts ont sauvegardé les sites des champs de bataille.

« Sous les arbres, la guerre », pourrait-on écrire. La guerre avec ses abris, ses souterrains, ses tranchées mais aussi les milliers de corps de combattants jamais retrouvés, dispersés dans le sol de ces forêts.

Pendant des décennies, l’Office Nationale des Forêt (ONF) a géré ces forêts avec soin et respect. Des textes prévoyaient que la traction animale devait être utilisée pour sortir les arbres coupés. Ce temps est révolu. Face à la concurrence du privé, et aux urgences des maladies des arbres, partout les engins mécaniques sont en action.

Seuls quelques secteurs échappent à ce nouveau modèle d’aménagement, comme celui de Fleury-devant-Douaumont, dont les travaux de l’ONF ont été en partie financés par la municipalité afin que la traction animale soit utilisée.

Bois-le-Prêtre est quant à lui méconnaissable.

Regardez ces photographies.

Ici git un champ de bataille. Ici gisent des combattants !

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
27 avril 2022

Bilan des activités du Président général

24 mars 2022 : publication du grand entretien dans la revue Historiens et Géographes de l’association de professeur d’histoire et de géographie. Pour lire l’entretien, cliquer ICI Revue de l’APHG 28 mars 2022 : Interview réalisée pour l’association Les papillons de Jour. Logo de l’association Samedi 2 avril 2022 : Inauguration du monument ossuaire de Dolmo Karaslari en […]

Voir l'article >

Billet d’humeur

Vladimir Poutine et la mémoire combattante russe à Paris. Deux monuments illustrent la volonté de Vladimir Poutine d’enraciner une mémoire combattante russe sur le territoire parisien. Deux monuments sont la parfaite illustration de la volonté de construire une « certaine mémoire ». Le premier est situé au Père Lachaise. Erigé dans l’allée des Anciens Combattants, il clôt […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du Président : savez-vous ce que sont les coupes rases ?

3 mai 2021

En sylviculture, les expressions « coupes rases » « coupe à blanc » et « coupe à blanc-étoc » désignent un mode d’aménagement sylvicole passant par l’abattage de la totalité des arbres d’une parcelle d’une exploitation forestière. La coupe-rase a été inventée afin d’atteindre le degré ultime de l’exploitation mécanisée des forêts. Désormais aucun tri n’est fait parmi les arbres, tout doit être « rasé ». Les défenseurs de l’environnement dénoncent avec force l’aberration écologique que constituent ces coupes rases.

Or les coupes rases concernent aussi les champs de bataille de la Grande Guerre.

Au lendemain de la victoire de 1918, la France est confrontée aux réaménagements des centaines de milliers d’hectares de terrains agricoles broyés par la guerre.

Il est alors décidé de remettre en culture ce qui pourrait l’être, en particulier dans les zones céréalières et betteravières des Hauts-de-France et de boiser ce qui semblait impossible de remettre en culture. Il en fut ainsi en Meuse (sur le champ de bataille de Verdun, aux Eparges, en Argonne) mais aussi en Meurthe-et-Moselle, sur le site de Bois-le-Prêtre.

A l’origine, ces plantations d’arbres furent contestées par les anciens combattants qui ne retrouvaient pas, lors de leurs pèlerinages, les sites ravagés par la guerre qu’ils avaient connus. Pourtant, paradoxalement, ces forêts ont sauvegardé les sites des champs de bataille.

« Sous les arbres, la guerre », pourrait-on écrire. La guerre avec ses abris, ses souterrains, ses tranchées mais aussi les milliers de corps de combattants jamais retrouvés, dispersés dans le sol de ces forêts.

Pendant des décennies, l’Office Nationale des Forêt (ONF) a géré ces forêts avec soin et respect. Des textes prévoyaient que la traction animale devait être utilisée pour sortir les arbres coupés. Ce temps est révolu. Face à la concurrence du privé, et aux urgences des maladies des arbres, partout les engins mécaniques sont en action.

Seuls quelques secteurs échappent à ce nouveau modèle d’aménagement, comme celui de Fleury-devant-Douaumont, dont les travaux de l’ONF ont été en partie financés par la municipalité afin que la traction animale soit utilisée.

Bois-le-Prêtre est quant à lui méconnaissable.

Regardez ces photographies.

Ici git un champ de bataille. Ici gisent des combattants !

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
27 avril 2022

Bilan des activités du Président général

24 mars 2022 : publication du grand entretien dans la revue Historiens et Géographes de l’association de professeur d’histoire et de géographie. Pour lire l’entretien, cliquer ICI Revue de l’APHG 28 mars 2022 : Interview réalisée pour l’association Les papillons de Jour. Logo de l’association Samedi 2 avril 2022 : Inauguration du monument ossuaire de Dolmo Karaslari en […]

Voir l'article >

Billet d’humeur

Vladimir Poutine et la mémoire combattante russe à Paris. Deux monuments illustrent la volonté de Vladimir Poutine d’enraciner une mémoire combattante russe sur le territoire parisien. Deux monuments sont la parfaite illustration de la volonté de construire une « certaine mémoire ». Le premier est situé au Père Lachaise. Erigé dans l’allée des Anciens Combattants, il clôt […]

Voir l'article >