Billet d’humeur du mois

22 février 2022

A chacun son Panthéon

A titre personnel, j’ai décidé de soutenir la demande de transfert au Panthéon de Missak Manouchian. Mon choix s’inscrit dans la volonté de redonner au Panthéon toute leur place aux combattants « Morts pour la France ». En effet, depuis 1945, sur 22 panthéonisés, seuls 2 sont « Morts pour la France », Jean Moulin et Pierre Brossolette.

Mourir pour la France n’est plus un bon critère pour être panthéonisé !

Malgré mon soutien à cette panthéonisation, je ne peux que m’interroger sur « l’emballement » des panthéonisations.

1945-1958, la 4ème République : 5 panthéonisés en 3 temps

1948 : Les savants Paul Langevin et Jean Perrin.

1949 : Les symboles de l’anti-esclavagiste Victor Schoelcher et Félix Eboué.

1952 : Un savant : Louis Braille

1958-1969, Les années de Gaulle : une panthéonisation

1964 : Jean Moulin, le choix effectué par le général de Gaulle afin de symboliser l’ensemble de la Résistance.

1969-1981, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing : aucune panthéonisation

Le Président Giscard d’Estaing a décidé l’entrée au Panthéon de Cassin qui y rentrera en 1987.

1981-1995, François Mitterrand, 4 panthéonisations

1987 : René Cassin pour mettre en œuvre la décision du Président Giscard d’Estaing

1989 : Trois symboles de la Révolution, Condorcet, Grégoire et Monge

1995-2007, Jacques Chirac, 4 panthéonisations

1995 : deux symboles scientifiques, Marie et Pierre Curie

1996 : André Malraux

2022 : Alexandre Dumas,

2007-2017, Nicolas Sarkozy et François Hollande, 4 panthéonisations

Aucune panthéonisation sous Nicolas Sarkozy qui a souhaité panthéonisé Camus, mais qui a reçu un refus de la famille.

Une panthéonisation collective sous François Hollande en 2015 (Germaine Tillon, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Jean Zay)

2017-2022, Emmanuel Macron, 4 panthéonisations

2018 : Simone et Antoine Veil

2020 : Maurice Genevoix

2021 : Joséphine Baker

Cette accélération des panthéonisations est due à deux faits majeurs,

Un fait politique : Jusqu’en 1958, les panthéonisations sont décidées par le Parlement. Ainsi, le Parlement n’ayant pas eu le temps de délibérer en 1915, Rouget de Lisle a été transféré aux Invalides et non au Panthéon.

En 1958, le Général de Gaulle qui pense que les parlementaires sont trop laxistes en matière de panthéonisation (!) décide de faire évoluer la Constitution et transfère le droit de panthéonisation au seul Président. Or, et c’est un paradoxe, ce sont les Présidents de la République qui deviennent laxistes…

Un fait sociétal : Cette accélération des panthéonisations est également sous-tendue par une évolution du regard sur les panthéonisés. Hier, on panthéonisait ceux qui étaient exceptionnels, dont l’intelligence, ou/et les réalisations étaient jugées inatteignables pour tout un chacun. Aujourd’hui, on panthéonise ceux qui nous ressemblent et qui ont fait des choix qui correspondent à la société du temps présent.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Billet d’humeur du mois

22 février 2022

A chacun son Panthéon

A titre personnel, j’ai décidé de soutenir la demande de transfert au Panthéon de Missak Manouchian. Mon choix s’inscrit dans la volonté de redonner au Panthéon toute leur place aux combattants « Morts pour la France ». En effet, depuis 1945, sur 22 panthéonisés, seuls 2 sont « Morts pour la France », Jean Moulin et Pierre Brossolette.

Mourir pour la France n’est plus un bon critère pour être panthéonisé !

Malgré mon soutien à cette panthéonisation, je ne peux que m’interroger sur « l’emballement » des panthéonisations.

1945-1958, la 4ème République : 5 panthéonisés en 3 temps

1948 : Les savants Paul Langevin et Jean Perrin.

1949 : Les symboles de l’anti-esclavagiste Victor Schoelcher et Félix Eboué.

1952 : Un savant : Louis Braille

1958-1969, Les années de Gaulle : une panthéonisation

1964 : Jean Moulin, le choix effectué par le général de Gaulle afin de symboliser l’ensemble de la Résistance.

1969-1981, Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing : aucune panthéonisation

Le Président Giscard d’Estaing a décidé l’entrée au Panthéon de Cassin qui y rentrera en 1987.

1981-1995, François Mitterrand, 4 panthéonisations

1987 : René Cassin pour mettre en œuvre la décision du Président Giscard d’Estaing

1989 : Trois symboles de la Révolution, Condorcet, Grégoire et Monge

1995-2007, Jacques Chirac, 4 panthéonisations

1995 : deux symboles scientifiques, Marie et Pierre Curie

1996 : André Malraux

2022 : Alexandre Dumas,

2007-2017, Nicolas Sarkozy et François Hollande, 4 panthéonisations

Aucune panthéonisation sous Nicolas Sarkozy qui a souhaité panthéonisé Camus, mais qui a reçu un refus de la famille.

Une panthéonisation collective sous François Hollande en 2015 (Germaine Tillon, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Jean Zay)

2017-2022, Emmanuel Macron, 4 panthéonisations

2018 : Simone et Antoine Veil

2020 : Maurice Genevoix

2021 : Joséphine Baker

Cette accélération des panthéonisations est due à deux faits majeurs,

Un fait politique : Jusqu’en 1958, les panthéonisations sont décidées par le Parlement. Ainsi, le Parlement n’ayant pas eu le temps de délibérer en 1915, Rouget de Lisle a été transféré aux Invalides et non au Panthéon.

En 1958, le Général de Gaulle qui pense que les parlementaires sont trop laxistes en matière de panthéonisation (!) décide de faire évoluer la Constitution et transfère le droit de panthéonisation au seul Président. Or, et c’est un paradoxe, ce sont les Présidents de la République qui deviennent laxistes…

Un fait sociétal : Cette accélération des panthéonisations est également sous-tendue par une évolution du regard sur les panthéonisés. Hier, on panthéonisait ceux qui étaient exceptionnels, dont l’intelligence, ou/et les réalisations étaient jugées inatteignables pour tout un chacun. Aujourd’hui, on panthéonise ceux qui nous ressemblent et qui ont fait des choix qui correspondent à la société du temps présent.

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >