3 questions à Pierre Lemaitre

3 janvier 2018

Pierre Lemaitre a reçu le prix Goncourt 2013 pour Au Revoir Là-Haut. Psychologue de formation, il se consacre à l’écriture en tant que romancier et scénariste vivant de sa plume à partir de 2006. Il est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier avec une série de romans, Travail soigné, Robe de marié, Cadres noirs, Alex, Les Grands Moyens, Trois jours et une vie. Au Revoir Là-Haut, roman picaresque, marque un tournant dans son œuvre. Le 4 janvier 2018, il publie le second volet de la trilogie ouverte avec Au Revoir Là-Haut, sous le titre de Couleurs de l’incendie.

1. Pourquoi avez-vous écrit ce livre que l’on n’attendait pas spécialement de vous ?

J’avais l’ambition depuis longtemps d’écrire un roman autour de la Grande Guerre (dont la littérature m’avait fasciné lorsque j’étais adolescent). Puis en 2010, l’idée m’est venue d’une histoire qui reposait sur une arnaque aux monuments aux Morts. Mon actualité éditoriale m’a obligé à sursoir à ce projet pendant quelques temps. Lorsque j’y suis revenu, je me suis rendu compte que mon histoire n’avait pas l’ADN d’un roman policier. J’ai accepté que ce soit autre chose, un roman picaresque.

2. Votre livre Au Revoir Là-Haut présente également l’effervescence artistique de l’après-guerre. Est-ce un choix ? Et comment analysez-vous cette effervescence ?

La Grande Guerre a eu un effet de sidération sur l’art. La dimension dantesque de cette boucherie à l’échelle d’un continent a littéralement vitrifié l’expression artistique pendant toute la durée du conflit, au point même qu’on parlera du « grand silence des peintres ». La paix revenue, on assiste à un mouvement de balancier : l’art devient la forme privilégiée pour exprimer ce qu’a été la guerre et ce que sont ses traumatismes. En littérature, on verra apparaître la génération des « écrivains combattants » qui vont laisser une œuvre considérable et d’une qualité rare. La peinture va participer à ce mouvement d’expression. La conception de mon personnage repose sur ce constat.

3. Pensez-vous que ces tombes qu’elles soient dans les nécropoles nationales ou dans les cimetières communaux méritent aujourd’hui d’être sauvegardées tant par l’Etat que par Le Souvenir Français.

Je ne sais pas si elles doivent reposer sur Le Souvenir Français. Il me semble que l’Etat, c’est-à-dire la nation, devrait considérer cet entretien comme un devoir de mémoire, surtout à une époque où la communication, de plus en plus rapide, « chasse » les événements avec une rapidité croissante.

Dernier livre paru : Les Couleurs de l’incendie, Albin Michel, 2018.

Pour en savoir plus : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/couleurs-de-lincendie-9782226392121

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

3 questions à Pierre Lemaitre

3 janvier 2018

Pierre Lemaitre a reçu le prix Goncourt 2013 pour Au Revoir Là-Haut. Psychologue de formation, il se consacre à l’écriture en tant que romancier et scénariste vivant de sa plume à partir de 2006. Il est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier avec une série de romans, Travail soigné, Robe de marié, Cadres noirs, Alex, Les Grands Moyens, Trois jours et une vie. Au Revoir Là-Haut, roman picaresque, marque un tournant dans son œuvre. Le 4 janvier 2018, il publie le second volet de la trilogie ouverte avec Au Revoir Là-Haut, sous le titre de Couleurs de l’incendie.

1. Pourquoi avez-vous écrit ce livre que l’on n’attendait pas spécialement de vous ?

J’avais l’ambition depuis longtemps d’écrire un roman autour de la Grande Guerre (dont la littérature m’avait fasciné lorsque j’étais adolescent). Puis en 2010, l’idée m’est venue d’une histoire qui reposait sur une arnaque aux monuments aux Morts. Mon actualité éditoriale m’a obligé à sursoir à ce projet pendant quelques temps. Lorsque j’y suis revenu, je me suis rendu compte que mon histoire n’avait pas l’ADN d’un roman policier. J’ai accepté que ce soit autre chose, un roman picaresque.

2. Votre livre Au Revoir Là-Haut présente également l’effervescence artistique de l’après-guerre. Est-ce un choix ? Et comment analysez-vous cette effervescence ?

La Grande Guerre a eu un effet de sidération sur l’art. La dimension dantesque de cette boucherie à l’échelle d’un continent a littéralement vitrifié l’expression artistique pendant toute la durée du conflit, au point même qu’on parlera du « grand silence des peintres ». La paix revenue, on assiste à un mouvement de balancier : l’art devient la forme privilégiée pour exprimer ce qu’a été la guerre et ce que sont ses traumatismes. En littérature, on verra apparaître la génération des « écrivains combattants » qui vont laisser une œuvre considérable et d’une qualité rare. La peinture va participer à ce mouvement d’expression. La conception de mon personnage repose sur ce constat.

3. Pensez-vous que ces tombes qu’elles soient dans les nécropoles nationales ou dans les cimetières communaux méritent aujourd’hui d’être sauvegardées tant par l’Etat que par Le Souvenir Français.

Je ne sais pas si elles doivent reposer sur Le Souvenir Français. Il me semble que l’Etat, c’est-à-dire la nation, devrait considérer cet entretien comme un devoir de mémoire, surtout à une époque où la communication, de plus en plus rapide, « chasse » les événements avec une rapidité croissante.

Dernier livre paru : Les Couleurs de l’incendie, Albin Michel, 2018.

Pour en savoir plus : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/couleurs-de-lincendie-9782226392121

Articles récents

18 mars 2022

Le Monument funéraire du sergent pilote André Louis TACHARD, « Mort pour la France » est menacé : il va être vendu aux enchères

  L’Hôtel des ventes de Montpellier propose la vente aux enchères, le 26 mars 2022, de quatre-vingts objets de la collection Jeanne TACHARD, dont le monument funéraire installé sur la sépulture d’André Louis TACHARD, située au cimetière du Montparnasse à Paris. André Louis TACHARD, architecte avant sa mobilisation en 1914, sergent pilote au 2e Groupe […]

Voir l'article >
25 février 2022

La mémoire de la guerre d’Algérie. Comment bien refermer la boite à chagrin ?

Le 27 août 1961, évoquant la guerre d’Algérie, le général de Gaulle confia à Hervé Alphand « il faut nous débarrasser de cette boite à chagrin où nous engloutissons pour rien nos énergies et qui nous attire toutes sortes de difficultés sur tous les plans. »

Voir l'article >
3 février 2022

Communiqué du Président général du Souvenir Français

La vandalisation des monuments dans les départements d’Outre-Mer se poursuit. Lorsque le monument de Joséphine de Beauharnais a été décapité, la majorité des Français sont restés silencieux. Elle était la première épouse de « l’horrible » Napoléon qui avait rétabli l’esclavage. Lorsque le monument de Schoelcher a été vandalisé, la majorité des Français sont restés silencieux. Qui […]

Voir l'article >
17 mars 2021

La revue du Souvenir Français

Vous n’êtes pas abonnés à la revue nationale mais certains textes ou articles vous intéressent ? Tous les trimestres, nous vous indiquons le sommaire de la revue à paraître (Janvier, avril, juillet et octobre). Si vous souhaitez la recevoir occasionnellement sans vous abonner, après avoir repéré un article qui vous plaisait, vous pouvez la commander […]

Voir l'article >
30 août 2022

Bilan des activités du président général

Eté 2022 1er juillet 2022 : Réunion de travail à l’Institut d’études politiques de Paris afin d’examiner le projet de rénovation du monument aux morts érigés dans l’entrée de l’école rue Saint Guillaume. 4 juillet 2022 : Réunion de travail en visioconférence avec des sénateurs et en particulier Jean-Marc Todeschini, ancien secrétaire d’état aux Anciens Combattants et […]

Voir l'article >

Le monument du mois

L’ossuaire français de Dolno Karaslari Pendant la Première Guerre mondiale, la Macédoine du Nord était un territoire du front d’Orient. L’armée française ainsi que les autres armées de l’Entente faisaient face aux armées des puissances centrales (Allemagne, Autriche-Hongrie et Bulgarie). Le front macédonien est percé le 15 septembre 1918 par les armées françaises. Des milliers […]

Voir l'article >