3 questions à Pierre Lemaitre

3 janvier 2018

Pierre Lemaitre a reçu le prix Goncourt 2013 pour Au Revoir Là-Haut. Psychologue de formation, il se consacre à l’écriture en tant que romancier et scénariste vivant de sa plume à partir de 2006. Il est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier avec une série de romans, Travail soigné, Robe de marié, Cadres noirs, Alex, Les Grands Moyens, Trois jours et une vie. Au Revoir Là-Haut, roman picaresque, marque un tournant dans son œuvre. Le 4 janvier 2018, il publie le second volet de la trilogie ouverte avec Au Revoir Là-Haut, sous le titre de Couleurs de l’incendie.

1. Pourquoi avez-vous écrit ce livre que l’on n’attendait pas spécialement de vous ?

J’avais l’ambition depuis longtemps d’écrire un roman autour de la Grande Guerre (dont la littérature m’avait fasciné lorsque j’étais adolescent). Puis en 2010, l’idée m’est venue d’une histoire qui reposait sur une arnaque aux monuments aux Morts. Mon actualité éditoriale m’a obligé à sursoir à ce projet pendant quelques temps. Lorsque j’y suis revenu, je me suis rendu compte que mon histoire n’avait pas l’ADN d’un roman policier. J’ai accepté que ce soit autre chose, un roman picaresque.

2. Votre livre Au Revoir Là-Haut présente également l’effervescence artistique de l’après-guerre. Est-ce un choix ? Et comment analysez-vous cette effervescence ?

La Grande Guerre a eu un effet de sidération sur l’art. La dimension dantesque de cette boucherie à l’échelle d’un continent a littéralement vitrifié l’expression artistique pendant toute la durée du conflit, au point même qu’on parlera du « grand silence des peintres ». La paix revenue, on assiste à un mouvement de balancier : l’art devient la forme privilégiée pour exprimer ce qu’a été la guerre et ce que sont ses traumatismes. En littérature, on verra apparaître la génération des « écrivains combattants » qui vont laisser une œuvre considérable et d’une qualité rare. La peinture va participer à ce mouvement d’expression. La conception de mon personnage repose sur ce constat.

3. Pensez-vous que ces tombes qu’elles soient dans les nécropoles nationales ou dans les cimetières communaux méritent aujourd’hui d’être sauvegardées tant par l’Etat que par Le Souvenir Français.

Je ne sais pas si elles doivent reposer sur Le Souvenir Français. Il me semble que l’Etat, c’est-à-dire la nation, devrait considérer cet entretien comme un devoir de mémoire, surtout à une époque où la communication, de plus en plus rapide, « chasse » les événements avec une rapidité croissante.

Dernier livre paru : Les Couleurs de l’incendie, Albin Michel, 2018.

Pour en savoir plus : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/couleurs-de-lincendie-9782226392121

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

Nos partenaires

L’agenda de nos partenaires Compagnie sans lézard : Octobre 2021 : Reprise du spectacle « Le cabaret du Poilu », la Grande Guerre racontée et chantée. Pour en savoir plus : https://12f25d93-2ef3-091a-10cd-7f6c4a8a4e09.filesusr.com/ugd/a5e871_625807e26ca942b7aa5187799e266c1c.pdf ANACEJ, Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes : Du 6 au 8 octobre 2021 : Rencontre nationale des professionnels et élus de la jeunesse, organisée par l’ANACEJ pour la […]

Voir l'article >
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Nos partenaires

6 octobre 2021

Pierre Lemaitre a reçu le prix Goncourt 2013 pour Au Revoir Là-Haut. Psychologue de formation, il se consacre à l’écriture en tant que romancier et scénariste vivant de sa plume à partir de 2006. Il est internationalement reconnu dans le domaine du roman policier avec une série de romans, Travail soigné, Robe de marié, Cadres noirs, Alex, Les Grands Moyens, Trois jours et une vie. Au Revoir Là-Haut, roman picaresque, marque un tournant dans son œuvre. Le 4 janvier 2018, il publie le second volet de la trilogie ouverte avec Au Revoir Là-Haut, sous le titre de Couleurs de l’incendie.

1. Pourquoi avez-vous écrit ce livre que l’on n’attendait pas spécialement de vous ?

J’avais l’ambition depuis longtemps d’écrire un roman autour de la Grande Guerre (dont la littérature m’avait fasciné lorsque j’étais adolescent). Puis en 2010, l’idée m’est venue d’une histoire qui reposait sur une arnaque aux monuments aux Morts. Mon actualité éditoriale m’a obligé à sursoir à ce projet pendant quelques temps. Lorsque j’y suis revenu, je me suis rendu compte que mon histoire n’avait pas l’ADN d’un roman policier. J’ai accepté que ce soit autre chose, un roman picaresque.

2. Votre livre Au Revoir Là-Haut présente également l’effervescence artistique de l’après-guerre. Est-ce un choix ? Et comment analysez-vous cette effervescence ?

La Grande Guerre a eu un effet de sidération sur l’art. La dimension dantesque de cette boucherie à l’échelle d’un continent a littéralement vitrifié l’expression artistique pendant toute la durée du conflit, au point même qu’on parlera du « grand silence des peintres ». La paix revenue, on assiste à un mouvement de balancier : l’art devient la forme privilégiée pour exprimer ce qu’a été la guerre et ce que sont ses traumatismes. En littérature, on verra apparaître la génération des « écrivains combattants » qui vont laisser une œuvre considérable et d’une qualité rare. La peinture va participer à ce mouvement d’expression. La conception de mon personnage repose sur ce constat.

3. Pensez-vous que ces tombes qu’elles soient dans les nécropoles nationales ou dans les cimetières communaux méritent aujourd’hui d’être sauvegardées tant par l’Etat que par Le Souvenir Français.

Je ne sais pas si elles doivent reposer sur Le Souvenir Français. Il me semble que l’Etat, c’est-à-dire la nation, devrait considérer cet entretien comme un devoir de mémoire, surtout à une époque où la communication, de plus en plus rapide, « chasse » les événements avec une rapidité croissante.

Dernier livre paru : Les Couleurs de l’incendie, Albin Michel, 2018.

Pour en savoir plus : http://www.albin-michel.fr/ouvrages/couleurs-de-lincendie-9782226392121

Articles récents

21 avril 2021

Message du Président Général Serge Barcellini suite au décès de Monsieur René Randrianja

Mesdames, Messieurs, Cher(e) ami(e), J’ai l’immense tristesse de vous faire part de la disparition brutale de René Randrianja dimanche dernier. René Randrianja avait rejoint notre conseil d’administration en septembre 2019. Il avait été président du CA de l’Association des anciens des Lycées Français du Monde. Il était un jeune homme plein d’avenir, il se plaisait […]

Voir l'article >
17 mars 2021

Les femmes, l’avenir du Souvenir Français

Discours du Président Général Serge Barcellini, lors de l’inauguration de l’exposition du musée de la Cour d’Or de Metz sur Marie Sautet. Le Souvenir Français n’a pas dans ses habitudes d’inscrire des actions dans la Journée internationale des droits des femmes. Notre agenda mémoriel est le plus souvent celui des 1er et 2 novembre – […]

Voir l'article >
29 janvier 2021

Le Souvenir Français et le rapport de Benjamin Stora au président de la République

A la recherche des Morts pour la France Mais où sont passés les Morts pour la France ? Dans les 157 pages du rapport de Benjamin Stora consacré aux questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, cette expression n’est pas à l’ordre jour. Elle n’est présente qu’à trois reprises, deux fois dans des […]

Voir l'article >
6 octobre 2021

Sous les projecteurs

Les 100 de 1941 Afin de sensibiliser le plus grand nombre de nos concitoyens à la question de l’entrée en déshérence des tombes familiales dans lesquelles sont inhumés des combattants « Morts pour la France », et/ou des combattants ayant joué un rôle important dans les guerres du 20ème siècle, le Souvenir Français  place, sous les projecteurs, […]

Voir l'article >

On aime on soutient

La mémoire à travers les livres Gwenaëlle Abolivier, Eddy Vaccaro, La Fiancé d’après la vie d’Odette Nilès, l’amoureuse de Guy Môquet, Editions du Soleil, 2021. Le 22 octobre 1941, 48 hommes, qui ne s’étaient pas résignés à voir leur pays tomber aux mains de l’Allemagne nazie, furent exécutés à Châteaubriant, Nantes, Suresnes et au Mont-Valérien. […]

Voir l'article >