Le Souvenir Français en Belgique

1- Une mémoire commune

Pays par-deçà des États bourguignons, Pays-Bas, espagnols puis autrichiens, départements français, provinces du Royaume des Pays-Bas et enfin royaume indépendant après la révolution de 1830, la Belgique a une histoire étroitement liée à celle de la France.

belgiquesf2017

Dans ce pays frontalier, terre de batailles pour les armées françaises, nombreux sont les monuments et stèles qui rappellent les guerres de la Révolution et de l’Empire (Fleurus, Ligny, Waterloo, etc.), l’intervention française au siège d’Anvers en 1832 (pour soutenir l’indépendance belge) et les soldats français venus mourir en Belgique après la défaite de Sedan en 1870. Mais c’est surtout le XXe siècle qui a marqué les mémoires avec les interventions françaises au cours des deux guerres mondiales.

 

La Première Guerre mondiale débute en Belgique le 4 août 1914, par l’attaque des forts de Liège dont la résistance face aux troupes allemandes a valu à la ville de recevoir la Légion d’Honneur.

A partir du 7 août 1914 et jusqu’au 11 novembre 1918, l’armée française est en permanence présente sur le sol belge. Les combats les plus importants ont été :

  • La bataille des frontières (22/08/1914 – 23/08/1914) de Virton à Charleroi
  • La course à la mer : de l’Escaut vers l’Yser
  • La bataille de l’Yser (19/10/1914 – 10/11/1914) et la guerre des tranchées le long de l’Yser (Dixmude, Nieuport) jusqu’à l’offensive finale
  • Les batailles d’Ypres (19/10/1914 – 31/12/1914), (22/04/1914 – 25/05/1915) et (31/07/1917 – 10/11/1917, dite bataille de Passendale)
  • 1918 : la bataille des Monts de Flandre et l’offensive libératrice.

(Voir sur le site du Consulat Général de France à Bruxelles http://www.consulfrance-bruxelles.org/La-ligne-de-front-en-Belgique-en-1914-1918)

 

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la Belgique est envahie le 10 mai 1940. L’invasion débute par l’attaque et la prise du fort d’Eben-Emael qui sera à l’origine de la campagne des 18 jours. Un fois de plus, l’armée française intervient en Belgique. Elle établit des positions défensives dans les villes de Hannut et de Gembloux en application du plan Dyle. La 1ère armée française du général Blanchard reçoit l’ordre de défendre l’axe Gembloux-Wavre. Cette mission est confiée aux blindés du général Prioux qui sont envoyés en avant-garde dans le but de retarder la progression des Allemands qui menace les alliés dans le centre de la Belgique. Ce sera la première bataille de chars de l’histoire sur le front occidental. Elle permettra l’arrivée des divisions d’infanterie métropolitaines et nord-africaines sur l’axe Gembloux-Wavre.

La bataille de Gembloux, livrée du 14 au 15 mai 1940 dans cadre de la manœuvre Dyle, sera une éphémère victoire tactique qui permettra de retarder la progression allemande, mais se terminera par une retraite française vers Valenciennes, Lille et Dunkerque. Bien que la plupart des soldats tombés durant ces combats aient été rapatriés en France, 1.232 reposent dans la nécropole de Chastre en Brabant Wallon.

Moins connue, l’intervention des SAS français en 1944-45 au cours de la bataille des Ardennes n’en fut pas moins héroïque. Une plaque à Saint- Hubert rappelle la libération de la ville par les SAS français, dont le PC était dans l’église de Bertrix.

A mentionner également les nombreux réseaux de résistance et de passeurs, généralement en liaison avec ceux de France et avec Londres.

Plus de 80.000 combattants français ont fait le sacrifice de leur vie sur le sol belge, 34.561 d’entre eux reposent en Belgique, 16.130 en tombe individuelle et 18.431 en ossuaire, la plupart n’ayant pu être identifiés. Chaque année, des soldats sont retrouvés et inhumés avec les honneurs militaires qui leur sont dus. Ces cimetières militaires sont gérés par la DMPA , avec éventuellement l’aide du comité local du Souvenir Français. Celui-ci entretient aussi une vingtaine de tombes individuelles.

Plusieurs de ces sites ont été proposés pour être inscrits au patrimoine de l’UNESCO :

  • en Flandre : Mont Kemmel, Machelen-Zulte, Saint Charles de Potyze (nécropole où ont encore lieu plusieurs inhumations par an),
  • en Wallonie : Pelouse internationale de Liège-Robermont, Tintigny-Rossignol (Plateau et Orée de la Forêt, Bellefontaine), Aiseau Bellemotte.

 

2- La Délégation Générale du Souvenir Français en Belgique

Cinq Comités du Souvenir Français ont été créés depuis 2013

Le Comité de la Province du Luxembourg belge (Présidente : Mme M-Th. Pipeaux) commémore chaque année la Bataille des Frontières, bataille très sanglante pour l’armée française mais aussi pour les civils belges (nombreux villages martyrs). Huit délégués locaux, sous la responsabilité de la présidente du Comité, assurent la liaison avec les autorités communales, les associations patriotiques et la population locale. La Fédération Nationale des Troupes de la Marine organise chaque année son « Pèlerinage dans les Ardennes » pour rendre hommage aux marsouins et bigors du Corps d’armée colonial qui combattit à Neufchâteu et à Rossignol et y subit de très lourdes pertes. Les Spahis passent par la province en se rendant à La Horgne au mois de mai.

Le Comité du Souvenir Français en Val de Sambre (Président : M. D. Tilmant) commémore, en liaison étroite avec le Comité Royal du Souvenir de Le Roux (affilié), la Bataille dite de Charleroi. Chaque village (6 délégués locaux) rend hommage aux combattants, venus de Normandie et de Bretagne, pour interdire le passage des ponts sur la Sambre. Une grande cérémonie a lieu à la nécropole française de la Belle-Motte en présence de nombreuses délégations venues de France. Des expositions et des conférences rappellent les combats héroïques et les nombreuses victimes civiles des massacres (Tamines).

Le Comité du Souvenir Français en Flandre Occidentale (président Mme N. Lamote) a la lourde responsabilité d’assurer les commémorations des quatre années de guerre (1914-18) durant lesquelles la Belgique fut réduite au Westhoek (batailles de Dixmude, Nieuport, Ramskapelle, l’Yser, le Saillant d’Ypres, Mont Kemmel, Poperinge, Roulers, etc.). Hommage annuel à la Brigade de Fusiliers-marins de l’Amiral Ronarc’h. Commémoration annuelle de la première attaque chimique à Zuidschote et Steenstrate. Commémoration annuelle de la bataille du Mont Kemmel (1918).

Le Comité du Souvenir Français en Flandre Orientale (président B. Legay) a vu le jour en 2016. Il commémore l’offensive finale d’octobre 1918 avec le franchissement de la Lys (Zulte, Machelen, Olsene).

Le Comité du Souvenir Français de Mouscron-Comines-Warneton (président le Col (er) R. Salembier) représente le Souvenir Français au sein de l’Entente Patriotique de la région et y entretient les tombes isolées.

Sept associations affiliées au Souvenir Français entretiennent et transmettent la mémoire des combattants français en collaboration avec Le Souvenir Français :

Sur les Pas de la Mémoire (Gaume) organise et participe aux cérémonies de la bataille des frontières en tenue d’époque des 103e et 104e RI, venus de l’Orne et de la Sarthe. Association dynamique travaillant également avec les associations françaises de Lorraine.

Parrainage des Tombes Françaises en Province de Liège (Mai 1940) fleurit régulièrement les tombes et les monuments français de la province et organise les commémorations en l’honneur des dragons et cuirassiers français de la première bataille de chars dans la région de Hannut.

Union de Sociétés Militaires Françaises de Belgique  regroupe les associations d’anciens combattants et médaillés français de Belgique avec leurs drapeaux.

Comité Royal du Souvenir de Le Roux (en Val de Sambre) assure l’organisation des commémorations de la Bataille de Charleroi ainsi que de nombreuses manifestations de transmission de la mémoire.

Du Côté des Champs (Nivelles) : hommage aux combattants du 43e RI de 1940. Entretien de tombes isolées de dragons français tombés en août 1914 et de celle du sergent Debert, Mort pour la France en Algérie.

Fraternelle Régionale des Anciens Légionnaires Français (Anvers) : regroupe les anciens de la Légion Étrangère et leurs sympathisants pour toute la Belgique. Entretien des tombes et des deux obélisques du Schoonselhof (Anvers) et restaure les tombes isolées des militaires français.

Comité du Souvenir Franco-belge de Court-Saint-Etienne : Commémoration annuelle de la retraite de l’armée française en mai 1940 et entretient du monument aux régiments français qui y combattirent.

Des négociations sont en cours, et sur le point d’aboutir, avec d’autres associations, notamment avec le Comité Franco-belge pour la Commémoration de la Manœuvre « Dyle » (mai 1940), dans la région de Gembloux.      

La Délégation Générale entretient également des contacts étroits au niveau national avec la FNC/NSB et la Royale UFAC, associations belges d’anciens combattants.

 

Une trentaine de délégués locaux, répartis à travers la Belgique, assurent la présence du Souvenir Français sur le terrain auprès des associations et autorités locales.

Certains sont à l’intérieur des Comités ; d’autres dépendent directement du Délégué Général lorsqu’il n’y a pas de comité en place. Grâce aux recrutements qu’ils effectuent, ils peuvent devenir les embryons de futurs comités, la création des premiers comités s’étant faite à partir des délégués locaux les plus actifs et les plus entreprenants.

 

 
3- Le Souvenir Français a besoin de vous… aussi en Belgique !
Pour conserver la mémoire de ceux qui sont tombés sur le sol belge,

  • en participant activement aux nombreuses commémorations locales franco-belges,
  • en étant le relais local auprès d’un Comité du Souvenir Français, de la Délégation Générale,
  • en identifiant les tombes en déshérence et les monuments isolés, en les restaurant, en les entretenant.

Pour transmettre la mémoire aux jeunes générations en les associant activement aux actions entreprises par Le Souvenir Français, en impliquant les enseignants, en suscitant des visites dans les nombreux lieux de mémoire.

En le soutenant financièrement…..

Vous pouvez vous inscrire directement auprès de la Délégation Générale pour la Belgique, en précisant éventuellement le comité auquel vous souhaitez adhérer :

Le Délégué Général de la Belgique: Colonel (H) Claude MICHEL

Le Souvenir Français

Avenue Brugmann 345 boites 9 ou 8

B- 1180 BRUXELLES

 

IBAN : BE21 3630 6446 2503

BIC : BBRUBEBB

Contact: claude-edith.michel@orange.fr

belgiquesf2017-2

Retour aux actualités