La tombe de Gabriel BOISSY

En 1923, les Français se préoccupaient de trouver un acte symbolique par lequel ils pourraient commémorer le 11 novembre et entretenir la mémoire des poilus. Gabriel Boissy, alors journaliste à « l’Intransigeant » proposa de placer au-dessus de la tombe du Soldat inconnu une flamme qui rappelle le sacrifice et le souvenir des soldats. Son idée souleva l’enthousiasme général. Ainsi pour la première fois le 11 novembre 1923 la Flamme du souvenir sur la tombe du Soldat inconnu est allumée par le Ministre de la Guerre, André Maginot. Depuis ce jour, la Flamme est ravivée chaque soir, à 18h30.

Gabriel Boissy prend ensuite le poste de rédacteur à la revue « Comoedia » où il reste jusqu’à sa retraite. Il décède le 26 février 1949 et est inhumé au cimetière de Souvignargues dans le Gard, village d’origine de son épouse.

La tombe de M. Gabriel Boissy est restée longtemps ignorée en dehors de Souvignargues. En 2011, lors de la commémoration de l’armistice un porte-drapeau de l’Union des Blessés de la Face (Gueules Cassées), Daniel TAMAGNI la découvre en état d’abandon. Il alerte les autorités et la tombe est rénovée avec l’aide du Souvenir Français et des Gueules Cassées.

 Elle a été inaugurée le 11 novembre 2012. Après un financement de restructuration de la tombe assuré par Le Souvenir Français, M. TAMAGNI entretient aujourd’hui la tombe. Chaque année une cérémonie se déroulera sur la tombe de Gabriel Boissy.

Le 11 novembre 1923 le Ministre de Guerre, André Maginot, allume la flamme.

Contact : Jean-Marie VIARDOT, délégué général du Souvenir Français pour le Gard, jmviardot@free.fr

Annexe : L’édition de l’Excelsior du 12 novembre 1923 

Retour aux actualités