On aime, on soutient

La mémoire à travers le livre

Les Vincennois pendant l’occupation 1940-1944

Cet ouvrage réalisé par le comité du Souvenir Français de Vincennes retrace la vie des habitants de la commune durant la Seconde Guerre mondiale. A travers des documents  et les témoignages de ceux qui ont vécu pendant cette période, il transmet le climat de ces années de guerre, et rappelle les événements comme les réquisitions des biens et des personnes, le quotidien de peur et de privations, les arrestations des juifs, le rôle difficile de la municipalité face aux exigences des occupants, les actes de résistance et de solidarité, l’exécution des otages et enfin la Libération.

Contact : Jean-Michel Le Bideau, président du comité du Souvenir Français de Vincennes, jean-michel.le-bideau@wanadoo.fr

 

Mémorial des victimes des communes du canton d’Apt

 

La plupart des communes du canton d’Apt dispose d’un monument qui honore le souvenir de leurs enfants, « Mort pour la France ». Cet ouvrage mémorial est un monument d’un genre particulier. Il n’est pas taillé dans la pierre ou le marbre, il n’est pas un lieu où l’on vient se recueillir ou déposer des fleurs. Pourtant, il est un monument qui rend hommage. Ce travail est l’aboutissement de plus de dix ans de recherches afin de présenter les 160 destins uniques , combattants de la guerre 1939-1945, résistants, déportés, victimes civiles décédées au cours des bombardements de 1944, combattants morts durant la campagne de France et pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie.

Pour soutenir cet ouvrage : Télécharger le bon de commande 

Contact : Jean-Paul Jouval, président du comité du Souvenir Français du canton d’Apt, jouval.jean-paul@neuf.fr

 

 Charles Mangold : Chef de l’armée secrète en Périgord : Vie et mort d’un grand résistant alsacien par Richard Seiler

Dès la défaite de l’armée française en juin 1940, Charles Mangold, fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères n’ayant aucune illusion sur la politique étrangère de l’Allemagne, quitte l’Alsace pour rallier Périgueux. En octobre 1942 il intègre la Résistance et tient rapidement un rôle de premier plan au sein de l’Armée secrète. Il est finalement arrêté le 7 août 1944 et fusillé le 12, au cours du « dernier quart d’heure », soit douze jours avant le départ définitif des nazis de Périgueux. Ce livre rend un hommage appuyé à un grand résistant alsacien par le président du comité du Souvenir Français de Strasbourg.

Pour soutenir cet ouvrage : http://www.editions-harmattan.fr/

Contact : seilerr@wanadoo.fr 

 

L’Armistice : une évocation du traité centenaire

Un essai pour le centenaire qui étudie le traité de la paix qui conclut la Grande Guerre. Avec émotion, cet ouvrage commente le texte de l’Armistice et ses effets sur tous les fronts. Une évocation de la paix pour rappeler une histoire meurtrière.

Pour soutenir cet ouvrage : http://www.editions-lacour.com/resultats.de.votre.recherche-22.php

Contact : sastre.christian@orange.fr

 

La mémoire à travers le spectacle

 

Le Verfügbar aux enfers

Une opérette à Ravensbrück d’après l’œuvre de Germaine TILLION. Ce projet associe l’association du mémorial de la Mayenne avec le conservatoire Ivan Bellocq et l’Association Mayennaise pour une Liaison Ecole-Théâtre. La mise en scène s’attache à l’esprit initial de l’œuvre de Germaine TILLION, celui d’une opérette-revue, au caractère grotesque et tragique à la fois, relevant de la comédie musicale et du music-hall. Germaine TILLION imagine un conférencier examinant, comme s’il était face à un insecte inconnu, des femmes -les Verfügbar- prisonnières corvéables à merci dans les camps de concentration. Ce chœur de femmes est le personnage principal de la pièce. Femmes chantant, dansant, jouant. Un refus de l’émotion et l’affirmation d’un rire salvateur qui assurent la survie. « Survivre, notre ultime sabotage », comme l’écrira Germaine TILLION en 1946.

Les 20 et 21 janvier 2018 au théâtre municipal de Mayenne.

Pour soutenir ce spectacle : www.memorial-des-deportes-mayennes.fr

Contact : memorial.deportes53@gmail.com

La mémoire à travers le film

 

Ils ne savaient pas que c’était une guerre

Ils sont quinze, âgés alors entre 1954 et 1962, d’à peine plus de 19 ans. Ils habitaient à Bourg-Argental (42). Ils ont fait partie de la centaine de jeunes de ce village qui ont été appelés au titre du service militaire obligatoire pour intervenir lors des « les événements d’Algérie ».  La plupart ne connaissait rien de ce pays, ni des enjeux de ce combat. Ils sont passés du village français au bled algérien, sans formation militaire adaptée. Ils sont revenus marqués à vie par ce qu’ils ont vu et vécu. Depuis, beaucoup ont gardé le silence, même auprès de leurs proches. A la proposition des Amis de Bourg-Argental et Electron Libre Compagnie, ces quinze anciens appelés ont témoigné de la façon dont ils ont vécu cet épisode de leur jeunesse.

Pour soutenir ce film : www.ilsnesavaientpas.com

Contact : electronlibrecompagnie@orange.fr

La mémoire à travers le patrimoine

 

Etude du monument aux Morts de Théza (66)

Photo : Journal de Catalan

Stéphanie Ragaru, généalogiste passionnée, a commencé à retracer le destin de chaque Thézenais mort pendant la guerre 1914-1918. Son projet : la réalisation d’un livret et d’une exposition qui sera présentée en novembre 2018. 16 habitants de ce village des Pyrénées-Orientales sont « Mort pour la France ». Afin d’être la plus complète possible, elle lance un appel aux descendants  de ces soldats afin de découvrir des photographies et des souvenirs de ces poilus. Les 16 noms inscrits sur le monument aux Morts du village sont : ARQUE Jean, BALOUET Joseph, BAZIA Jean, BONNET Albert, BORREIL Joseph, BOURNOLE Jacques, BRUNET Henri, CHAUVET Jean, GINESTOU Augustin, IMBERN Pierre, PELET Albert, ROBERT Michel, SOLER Antoine, SOLER Albert, THUBERT Pierre et TOIX Jean.

Pour soutenir cette initiative : desracinesetdesgenes66@orange.fr

Retour aux actualités