On aime, on soutient . . .

La mémoire à travers le livre

« Comme on peut » de Fabrice Dekoninck et Sylvain Demange

Reprenant l’œuvre de Maurice Genevoix  Ceux de 14, ce livre est composé de 50 photos en couleurs de Fabrice Dekoninck et Sylvie Demange, avec des textes d’Annette Becker, de Fabrice Dekoninck et de Julien Larère-Genevoix.

Les photographes présentent le paysage des Eparges, apaisé mais encore bouleversé par les traces visibles des combats.

Au cours de leur enquête, ils ont rencontré des habitants, gardiens de la mémoire, dans leurs intérieurs chargés de souvenirs, des jeunes pour qui ces paysages sont aussi un fabuleux terrain d’aventures, des passionnés d’histoire militaire, des élus locaux, des descendants des combattants et des proches de l’écrivain. Ces personnes sont présentes dans le livre par leur portrait, leurs lieux et leurs objets ou en situation : chez eux, en forêt, ou lors de cérémonies.

Fabrice Dekoninck signe un texte sensible sur sa découverte de l’œuvre de Genevoix en lien avec sa propre histoire familiale. Julien Larère-Genevoix rend un hommage avec tendresse à son illustre grand-père. Enfin, l’historienne Annette Becker analyse la pratique de la photographie par les combattants, à travers Ceux de 14.

Collection « Foto », Créaphis éditions, 2017, 25€. Ouvrage publié à l’occasion d’une exposition photographique au Mémorial de Verdun du 21 octobre au 22 décembre 2017.

Pour soutenir cet ouvrage : http://memorial-verdun.fr

Contact : fabrice_dekoninck@yahoo.fr

 

La mémoire à travers le patrimoine

La restauration du monument français de la 32e DI dans la Kriekstraat à Kemmel (Belgique)

Le monument de la 32e Division dans la Kriekstraat à Kemmel fut érigé à l’initiative du 3e bataillon du 143e Régiment d’Infanterie, qui appartenait à cette division. L’obélisque fut inauguré officiellement le 8 septembre 1919. La Grappe de raisin sur la face avant du monument rappelle la région autour de Perpignan d’où était originaire la 32e Division. Durant la Seconde Guerre mondiale le monument fut partiellement démantelé par les troupes allemandes. Sur l’initiative de Monsieur Caenepeel de Ypres, un spécialiste en histoire militaire, fut créée « l’Amicale de la 32e Division » qui fit restaurer le monument, de sorte qu’une nouvelle inauguration put avoir lieu le 15 juillet 1963. Le monument tomba ensuite à nouveau dans l’oubli. Dans les années 2012-2014, aidée par Le Souvenir Français, la commune effectua une restauration en profondeur. Dans la soirée du 12 mai 2017, la foudre tomba sur le monument. La partie supérieure de l’obélisque fut abattue et le reste du monument lourdement endommagé.

L’administration communale s’engage à nouveau à restaurer le monument français de la Kriekstraat. L’administration peut compter sur le soutien de son partenaire Le Souvenir Français.

Les personnes qui font un don de 100€ ou plus sont  admises dans le « Comité de Protection ». Elles seront invitées à la réouverture du monument et pourront bénéficier du statut de VIP lors du week-end de la commémoration du centenaire au Mont Kemmel les 28 et 29 avril 2018.

Pour soutenir ce projet : Vous pouvez adresser votre chèque directement au Souvenir Français, 20 rue Eugène Flachat – 75017 Paris, avec la communication : « Soutien au monument de la Kriekstraat- Belgique ».

Contact : info@heuvelland.be

Appel à la vigilance

La fresque de  l’Association Bourbaki Les Verrières  « Le Passage » a été taguée le 6 octobre 2017  à La-Cluse-et-Mijoux (25). Cette fresque rend hommage aux 384 Prussiens et 860 soldats français qui sont tombés le 1er février 1871 sur ces lieux, lors de l’un des derniers actes de la guerre franco-prussienne.

Le Souvenir Français déplore cet acte de vandalisation et apporte son soutien à l’association pour la remise en état de la fresque.

Pour soutenir cette action : http://www.bourbaki-verrieres.ch

Contact : bourbaki-verrieres@bluewin.ch

La mémoire à travers les expositions

 

La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) présente une exposition consacrée à la Révolution russe : Et 1917 devient révolution.

Février 1917 : Le tsar Nicolas II, dernier des Romanov, abdique sous la pression de tout un peuple épuisé par la guerre. Naissent les soviets, organes de la nouvelle démocratie révolutionnaire, tandis que s’organise un gouvernement provisoire. Un temps d’incertitudes s’ouvre.

Octobre 1917 : Les bolcheviks prennent le pouvoir au nom des soviets et renversent le Gouvernement provisoire de Kerenski. Avec les décrets sur la paix, la terre, le contrôle ouvrier et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ils entendent ouvrir une nouvelle ère.

Mars 1918 : La paix séparée est signée avec l’Allemagne. La guerre civile se déchaîne. De l’Ukraine à l’Arménie, les nations tentent dans la tourmente d’affirmer leur indépendance.

En France, dès le printemps 1917, l’opinion, la presse, les soldats au front se passionnent pour ”la grande lueur à l’Est“. En Russie, s’élabore le récit de la ”grande révolution d’Octobre“, événement qui marquera de très nombreux mouvements politiques et protestataires durant le XXe siècle.

Le centenaire des révolutions russes coïncide avec celui de la Bibliothèque musée de la Guerre, devenue Bibliothèque de documentation internationale contemporaine qui d’emblée a eu pour objectif de collecter directement sur le terrain des documents originaux produits dans le feu des événements.

Des documents uniques – affiches, tracts, films, photographies, presse illustrée, objets collectés à chaud pendant les événements permettent de comprendre comment 1917 devient “révolution”, bouleversant l’univers politique, économique, social de millions d’hommes, de femmes et d’enfants en Russie, puis dans le monde entier. L’année 1917 en Russie a été revisitée depuis une vingtaine d’années par de nouvelles recherches historiques s’appuyant sur des archives inédites – intimes, iconographiques et audiovisuelles.

Exposition du 18 octobre 2017  au 18 février 2018, Hôtel national des Invalides – Cour d’Honneur, ouverte tous les jours de 10h à 17h sauf les jours fériés.

Pour en savoir plus : www.bdic.fr

Contact : communication-bdic@bdic.fr

 

1917 l’année où tout a changé à Vitry-le-François (Marne)

Pour la quatrième année consécutive, la Ville de Vitry-le-François organise, du 7 octobre au 12 novembre 2017, une exposition consacrée au centenaire de la Grande Guerre vue du côté des hommes et des femmes qui l’ont subie.

Cette exposition aborde le thème de l’année « où tout a changé », l’année 1917. L’exposition se divise en trois parties : les effets de la guerre sur la culture, les effets de la guerre sur les pratiques sportives et les grands événements de l’année 1917.

L’exposition est présentée dans la salle du Manège à travers un parcours animé par des reconstitutions « grandeur nature » et la présentation de collections d’objets d’époque. Des thèmes comme « le camouflage », « les journaux et la censure », des présentations de films d’actualité de l’époque qu’il est possible de visionner, ou la présentation d’œuvres de peintres aux armées ou même de simples poilus agrémentent ce programme.

L’exposition se démultiplie dans deux autres lieux : la médiathèque Albert Camus et l’école municipale de musique.
A la médiathèque Albert Camus sont présentés cinq originaux parmi les plus précieux de la collection de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC). Il s’agit :
• d’un manuscrit autographe de Roland Dorgelès, comprenant ses souvenirs et ses réflexions sur son roman « Les Croix de bois », un document daté de 1929 ;
• de quatre dessins originaux du peintre André Dunoyer de Segonzac, projets d’illustration pour le roman de Roland Dorgelès.
A l’école municipale de musique est exposée une collection d’instruments de musique ayant servi durant la Grande Guerre dans les tranchées, dont des instruments fabriqués par les poilus.

Exposition du 7 octobre au 12 novembre 2017

Salle du Manège, Esplanade Tauberbischofsheim, 9h30-12h/13h30-18h tous les jours de la semaine y compris le samedi et le dimanche sauf le matin du lundi au vendredi durant les périodes scolaires.
• Médiathèque Albert Camus, 2 rue Charles Péguy. Entrée gratuite. Jours et heures d’ouverture : mardi et vendredi de 13h30 à 18h, mercredi et jeudi de 9h à 12h et de 13h30 à 18h, samedi de 9h à 12h et de 13h à 16h. Fermé le dimanche et le lundi.
• Ecole municipale de musique, rue Ferdinand Buisson. Entrée gratuite. Jours et heures d’ouverture : du lundi au vendredi de 08h30 à 12h et de 13h30 à 17h. Fermé le samedi et le dimanche.
Pour soutenir cette exposition :  http://www.vitry-le-francois.net/download/loisirs/centenaire_2017.pdf

 

Exposition « l’Indochine dans le second conflit mondial »

Une exposition retraçant un aspect souvent méconnu de l’histoire de l’Indochine dans la guerre du Pacifique. L’Indochine des  missionnaires du XVIIe siècle, partis en quête de nouvelles terres à évangéliser s’est trouvée impliquée dans la guerre du Pacifique.  Ouverte aux scolaires, l’exposition aide à comprendre les relations entre la France et les nations de  l’Indochine d’aujourd’hui.

Cette rétrospective a été réalisée grâce à la générosité de la Fédération Nationale André Maginot et la Mairie du Ve arrondissement de Paris avec la participation des associations  de survivants de 1939-1945, des Anciens d’Indochine, l’Association des Comptoirs de l’Inde, l’ONAC-VG  et Le Souvenir Français.

Jusqu’au 4 novembre 2017 à la Mairie du 5e arrondissement 21, place du Panthéon 75005 Paris. Du lundi au vendredi de 11h à 18h et le samedi de 10h à 13h, entrée libre.

Pour en savoir plus : https://www.federation-maginot.com/exposition-lindochine-a-mairie-5eme/

Contact : communication@maginot.asso.fr

 

L’ouverture de la galerie documentaire au musée Clemenceau Paris

La galerie documentaire du musée Clemenceau Paris rouvre ses portes. Le musée vous propose des visites commentées les samedi 18 novembre et 16 décembre à 15h.

Pour en savoir plus : musee-clemenceau.fr

Contact : musee.clemenceau@wanadoo.fr

 

Les autres initiatives mémorielles

 

Le Centre national du patrimoine de la chanson – Le Hall de la Chanson au Parc de la Villette (Paris)

De nombreux jeunes Français furent appelés au nom « du maintien de l’ordre et de la pacification » à participer à une guerre, longtemps occultée. Comme parler d’une chose qu’on ne peut nommer ?

Sur la base d’interviews, La guerre de mon père retrace le parcours d’un homme de 45 ans qui enquête sur le silence de son père, parti faire son service militaire pendant les « évènements »…

Les 24 et 25 novembre à 20h00.

Pour soutenir ce spectacle : https://www.placeminute.com/contemporain/la_guerre_de_mon_pere_cabaret_guerre_dalgerie,1,22416.html?id_date=90977

 

L’actualité philatélique de l’Ancien d’Algérie

Chaque mois le magazine de la Fédération Nationale des Anciens Combattants en Algérie, Maroc et Tunisie publie une rubrique où il présente les derniers timbres commémoratifs.

Pour en savoir plus : fnacaphil.fr

Contact : fnacaphil@laposte.net

 

La quinzaine américaine à Saint-Maur-des-Fossés

Pour célébrer le centenaire de l’entrée en guerre des Etats-Unis, la ville de Saint-Maur-des-Fossés organise un cycle de concerts, conférences, projections et commémorations du 10 au 26 novembre.

Pour soutenir cette initiative : Télécharger le programme 

Une conférence débat pour célébrer le centenaire de l’arrivée des orchestres noirs américains en France en 1918.

Une approche musicale mais aussi historique qui retrace l’histoire de James Reese Europe et des Harlem Hellfighters, de Tim Brymn, de George Dulf, de Will Vodery et de quelques-uns des vingt-quatre autres orchestres militaires noirs américains qui sont venus en France en 1918. Dan Vernhettes, trompettiste et chef d’orchestres de jazz, historien du jazz, a publié chez jazz’edit plusieurs ouvrages sur l’émergence du jazz en Louisiane (Jazz PUzzles Vol. 1), le jazz sur le Mississippi (Jazz Puzzles Vol. 2), ainsi que des biographies de musiciens (Traveling Blues, la superbe biographie de Tommy Ladnier – Big Boy l’unique biographie de Frank Goudie – Hommage à Alfredo Espinoza), et prépare actuellement un ouvrage intitulé Cuba en Paris, biographies de musiciens cubains qui ont joué à Paris entre 1925 et 1955. Il a obtenu le prix de l’Académie du jazz et le prix du Hot Club de France pour ses ouvrages.

La conférence sera présentée :

Le 7 novembre à Saint Germain en Laye, La Clef, 46 rue de Mareil  à 19h30 ;

Le 26 novembre au Conservatoire de Saint-Maur à 15h00, concert à 18h00 : les deux partitions de St. Louis Blues et Memphis Blues selon Jim Europe seront interprétées par 30 élèves du conservatoire de Saint-Maur.

Pour soutenir ce projet : http://www.jazzedit.org/french/Centenaire/Centenaire%201918.html

Contact : Dan Vernhettes, jazzedit@sfr.fr

 

La Grande Guerre en chansons – Evocation de la chanson populaire au front et à l’arrière

De l’exaltation patriotique suite à la défaite de 1870 à la mobilisation générale de l’été 1914 et à la fin de la guerre, la chanson – résonance et miroir de son époque – permet aux poilus dans les tranchées et aux Français de l’arrière de témoigner de leur vie quotidienne entre angoisses et espoirs. Cette conférence-concert illustrée par une iconographie de l’époque est animée par Violane Barthélemy, artiste lyrique, et Alexandre Peigné, accordéoniste. La prochaine conférence sera présentée à la mairie des Deux-Sèvres le 11 novembre 2017, dans la salle de la Grange Bessines à 17h30.

Pour soutenir ce projet : http://violaineba.wixsite.com/violaine-barthelemy

Contact : violainebarthelemy@orange.fr

 

 

 

Retour aux actualités