Trois questions à Anne-Marie POUTIERS

Anne-Marie POUTIERS, née à Alger, réside à Paris depuis 1964.

Enseignante de Sciences de la Vie et de la Terre, retraitée de l’Education nationale.

Présidente, depuis 2001, de l’association amicale des Anciennes et Anciens Elèves du lycée Molière Paris 16ème (Association créée en 1899).

Présidente, depuis mars 2018, de l’Association  « Pour la Mémoire des Déportés et des Résistants d’Europe – Relais de la Mémoire Juniors » (Association créée en 1989, Relais créé en 2001).

 

1. Quels sont les objectifs de l’Association « Pour la Mémoire des Déportés et des Résistants d’Europe – Relais Mémoire Juniors » que vous présidez ?

Les buts de l’Association sont ceux voulus par ses fondateurs en 1989 :

Préserver la Mémoire et lutter contre l’oubli et la désinformation, Enseigner la Mémoire aux plus jeunes dans un grand souci de liberté d’option culturelle, cultuelle et politique, Entretenir la Mémoire afin que les futures générations deviennent les « porte-parole » des anciens, Projeter la Mémoire vers l’avenir en ouvrant les jeunes générations à la connaissance des valeurs fondatrices de la démocratie et en leur donnant l’occasion de s’engager dans la société envers les autres.

Le Relais de la Mémoire Juniors a été créé en 2001 avec, pour devise, « La Mémoire construit l’Avenir ». Chaque année, un thème est décidé par vote des Juniors et sert de fil directeur au travail des groupes de Juniors dans les établissements partenaires. Des réunions ont lieu régulièrement au sein des lycées pour préparer les rencontres biannuelles, avec pour objectif de présenter le résultat de ce travail, oralement et sous forme visuelle (power-point, affiches, journal, entretiens filmés).

Les thèmes* abordés permettent un échange approfondi sur le passé mais surtout sur le présent et l’avenir et incitent les Juniors à s’engager dans un processus de réflexion collective et individuelle.

*Les Résistances, Immigration, La Mémoire partagée, Education et enseignement en Europe, Intégration, Les valeurs de l’Europe, L’altérité : l’autre et moi, La montée des extrémismes, Engagements d’hier engagements d’aujourd’hui, Oubliés d’hier et d’aujourd’hui, Art et Mémoire, Les victimes mais aussi les bourreaux : vivre après, Les médias et les guerres, Les enfants dans la guerre, Propagande et enrôlement : des outils de guerre, Migrations et déplacements en temps de guerre, Les femmes en temps de guerre et de crise…

 

2. Comment a été créée cette association ?

L’Association a été créée au lendemain de la chute du mur de Berlin en 1989 par d’anciens résistants, d’anciens déportés et des personnalités de leur entourage*. Le terme « Europe » a été inscrit en souvenir du fait que « l’Europe s’est construite dans les camps », d’après Abel Farnoux.

Le Relais de la Mémoire Juniors a été créé en 2001 par Abel et Yvette Farnoux pour faire que l’œuvre ne s’arrête pas à la mort des Anciens mais dure réellement dans l’avenir, et pour compléter ses buts par la formation à la citoyenneté.

L’idée a été d’associer des élèves volontaires de différents lycées partenaires, dans divers pays d’Europe, au fur et à mesure du temps : France (Ile-de-France), Allemagne, Pologne, Angleterre, France (Marseille), Autriche et Belgique.

Ces Juniors sont les porte-parole des anciens et participent avec eux ou pour eux à toutes les activités en lien avec la Mémoire (formation dans les écoles, séminaires de travail, assemblées, cérémonies commémoratives, rencontres entre juniors, voyages à l’étranger, fêtes…).

Par leur participation active aux assemblées générales, leur vote des thèmes choisis annuellement, leur concours lors des discussions et des décisions d’organisation, les Juniors acquièrent des connaissances sur le fonctionnement d’une association et se forment à devenir des citoyens responsables.

*Membres fondateurs : Y. Bernard-Farnoux, A. Farnoux,  M. Albrecht, R. Haas, C. Bourdet, L. et R. Aubrac, J. Chaban-Delmas, R. Chandelier, E. Cresson, C. Sautter, B. Esambert, E. Raczymov, Révérend Père Riquet, Général de Bénouville, P. Sudreau, S. Veil, E. Wiesel.

 

3. Comment se matérialisent les rencontres mémorielles des jeunes des lycées européens ?

La rencontre d’automne a lieu dans les 5 pays étrangers à tour de rôle, la rencontre de printemps avec l’organisation de l’assemblée générale de l’Association a lieu en France puisque les fondateurs étaient tous des Français et que certains encore vivants doivent pouvoir assister à cette AG.

Chaque rencontre se déroule de la même façon avec des variantes laissées à l’initiative du pays organisateur. Elle se fait sur 3-4 jours avec des conférences de spécialistes ou de témoins sur le thème, des séries de « tables rondes » avec témoins et/ou personnalités en lien avec le sujet (8 à 10 Juniors pour 1 témoin), des visites de lieux de mémoire, un débat d’actualité entre Juniors, des ateliers artistiques dans lesquels les Juniors expriment leur ressenti des 3 jours de débats, une représentation artistique de ces ateliers, un dîner festif avec la participation des familles d’accueil et des personnalités.

Les Juniors sont généralement logés dans des familles de Juniors des lycées organisateurs, ce qui leur permet d’appréhender la vie d’une famille hôte, de participer aux activités de leur « correspondant », de pratiquer la langue du pays.

La visite de lieux de mémoire peut être celle d’un site mémoriel (Auschwitz-Birkenau, Mauthausen, Nécropole de Signes, Bergen-Belsen, Sachsenhausen, Natzweiler-Struthof, Camp des Milles, Mémorial de Caen et plages du débarquement, cimetières de La Cambe et Colleville…), d’un musée approprié au thème (Musée de la Résistance polonaise, Musée Général Leclerc-Libération de Paris-Jean Moulin, Musée de l’histoire de l’immigration en France, Mémorial des camps de la mort à Marseille….) ou d’un lieu particulièrement ciblé (maison d’accueil des enfants migrants de Norddeich en Allemagne).

Retour aux actualités